POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’appel de la Libye à ses citoyens et aux diplomaties étrangères



Le barème : les islamistes locaux derrière des terroristes internationaux


lundi 14 mars 2016
par Gros Emile


La situation de la Libye ne peut être désamorcée, sans une large alliance des forces internes au pays. Chose inimaginable avec l’emprise des islamistes et leur volonté de vouloir dominer les acteurs politiques. L’aide, des armées étrangères, tarde à venir. Seule l’Italie prépare 5000 hommes pour une intervention. L’Italie est en discussion avec les officiels libyens qui sont de plus en plus décidés à en finir avec leurs frères fauteurs de troubles.

Voir en ligne : Notre dossier : Libye


Libye, nouveau sanctuaire du #Daesh #Isis par Populi-Scoop

Les effets de cette crise au nord-est de l’Afrique sont multiples, la menace terroriste est plus répandue. Les pays voisins qui la ressentent en sont déjà touchés. L’assaut terroriste à Bengardane en Tunisie et quelques jours après des missiles sol-air, 3 à 6 Stingers, saisis par l’armée algérienne au sud du pays, ont pour origine la Libye.

La composition d’un gouvernement de transition en Libye est sur le point d’être annoncée, par le conseil présidentiel soutenu par l’ONU, selon des dépêches de l’AFP et de Reuters. Une exigence accompagne cette évolution. Elle recommande aux chancelleries diplomatiques ainsi que les cercles tribaux locaux, de ne plus traiter avec les milices récalcitrantes et les groupes qui ne s’y conforment pas.

Nos derniers articles sur la Libye.
- #Alerte : #ISIS prépare, de Libye, piratage & attaque-suicides en méditerranée
- L’implosion de la Libye : sanctuaire idéal pour le terrorisme

Un nécessaire balayage de la notion du « Printemps Arabe » qui devait atteindre l’ensemble des populations, des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, doit être dressé maintenant. L’avidité de démocratie et de justice sociale qui réduit les privilèges des dictateurs et leurs cercles prédateurs et corrompus, donne une idée de l’espoir qui naissait en 2011.

Le cœur de l’opposition libyenne, à l’instar des autres pays de cette région, était principalement une population civile. Elle était peu alignée derrière le militantisme islamiste. Sous la pression de ce dernier avec un terrorisme quotidien, elle se plie chaque jour davantage.

La solitude du peuple libyen et la diplomatie régionale du black-out : l’Algérie, le Maroc et le Tunisie accueillent des discussions inter-libyens, mais en vain !

La majorité des personnes en Libye qui ont pris les rues pour affronter le joug insupportable de l’oppression, étaient les gens qui en ont assez et voulaient se révolter. Tout le monde était d’accord que Kadhafi, et rien d’autre ne comptait, devait partir ou tomber. Mais le manque de confiance entre les meneurs a ouvert la porte à un certain BHL, émissaire français de la diplomatie parallèle, qui a créé une conduite générale devenue depuis illogique.

Un accord national a été tracé pour mettre en place un exécutif gouvernemental, mais il a de faibles possibilités de s’imposer. Dans son communiqué, publié samedi, le noyau d’officiels suivi par l’ONU a dit qu’il avait une majorité de signatures, de personnalités politiques, approuvant la possibilité de lancer nouveau gouvernement. Il a appelé les institutions du pays et la communauté internationale de cesser de traiter avec les groupes rivaux.

Voici le passage essentiel du communiqué libyen : « … Toutes les institutions souveraines et publiques libyennes et les chefs des organismes financiers pour commencer à communiquer immédiatement avec le gouvernement de l’entente nationale afin de remettre le pouvoir d’une manière pacifique et ordonnée ».

Cette déclaration soulève la possibilité que des troupes étrangères puissent être envoyées pour aider à cimenter le pouvoir. Un contingent italien comprenant 5000 soldats se dit prêt à entrer en Libye une fois qu’il sera invité par un gouvernement reconnu.


- La stabilité en Libye bute sur le chantage de "Fajr-Libya"
- Le Daesh en Libye galvanise les candidats au djihad

Mais la prise du pouvoir n’est pas acquise. Les islamistes ont envahi la capitale, après le vote de 2014 d’une nouvelle assemblée, où les électeurs ne leur ont pas donné la majorité.

Dernière sortie à propos du dossier libyen, celle de Barack Obama où il incrimine Cameroun et Sarkozy d’avoir soutenu une intervention sans lendemain et préconisée pour le chaos. Le président des Etats-Unis reconnait l’erreur et son pays qui a payé les plus lourdes conséquences, en perdant son ambassadeur tué dans ce pays maghrébin.

Mais les émails scandaleux de madame Clinton, alors qu’elle était secrétaire d’Etat, sont encore là. En Octobre 2011, elle a chanté victoire en se déplaçant pour constater la mort du despote Kadhafi. Et elle a aussi répondu à la demande de monarchies arabes...

À l’origine de l’intervention européenne couverte aussi par l’Otan, elle s’est faite sous la conduite de Mme Clinton, avec des émails. Elle fût en gros l’œuvre du Cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, enragé pour en découdre avec le dirigeant libyen, ayant obtenu l’aval des USA avec des courriels...


Le conseil présidentiel chargé de former un... par argotheme

#داعش أكملت استعداداتها للقيام بعمليات انتحارية وقرصنة بحرية انطلاقا من السواحل الليبية، على أهداف سياحية وتجارية في البحر المتوسط.

Posté par Hisham Alhashimi sur samedi 30 janvier 2016

Les Etats-Unis inquiets de l’évolution de la situation sécuritaire en Libye http://u.afp.com/ZmjJ #AFP

Posté par Agence France-Presse sur samedi 30 janvier 2016

Répondre à cet article