POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’aide des Etats-Unis à l’industrie d’armement d’Israël.



Le rapport officiel qui dresse le lourd bilan


mercredi 10 février 2016
par Gros Emile


La stratégie israélienne en matière de colonisation vise à entretenir un état permanent de conflit. Dans le contexte redessiné par le printemps arabe, l’Etat hébreu voit évoluer l’Iran, alors que la Syrie est détruite. L’avancée d’Israël, sur ses ennemis régionaux, n’a jamais autant été agrandie. L’aide des Etats-Unis favorise la colonisation illégale. A coups de milliards, depuis 1948 le scénario en marche est celui de la guerre, avec des bombes hyper-puissantes et une industrie financée par un impérialisme se disant porteur de démocratie...

Voir en ligne : Notre dossier : « USA Israël »


Aide des USA à israël - chiffres et rapport par Populi-Scoop

PDF - 445.7 ko
Rapport armement d’Israël par USA
Rapport destiné au congrès américain sur financement militaire des USA

La publication d’un rapport d’expertise de l’aide étrangère des États-Unis à Israël, en juin 2015, demandé par le congrès en 2014, n’a jamais été exploitée par les médias. Nous vous en donnons une copie (en anglais : le Doc). Outre qu’il révèle les subventions depuis 1948, mais aussi il confirme qu’en 2015, l’Etat hébreu devait engranger environ 55% du financement total que les États-Unis accordent à leurs alliés dans le monde entier. Ce qui financera 23% à 25% du budget global de la défense israélienne.

Ces pourcentages démontrent clairement que l’engagement américain à la sécurité d’Israël est incontournable. Le satellite placé au Moyen-Orient est entretenu. Ces chiffres mettent aussi en évidence que la dépendance de l’entité du colonialisme sioniste tient au soutien des États-Unis. Notamment pour disposer d’une force militaire hégémonique et supérieure lui permettant de continuer ses projets d’occupation.


- Israël a espionné les négociations du nucléaire iranien
- Israël lance "Ofek-10", renforce sa surveillance !

De l’assistance militaire des États-Unis accordée à ses alliés, qui sont des gendarmes régionaux, le plus grand bénéficiaire est Israël avec 121 milliards de $, qui est un total depuis 1948. Il ne s’agit pas d’argent frais, mais sous forme d’une assistance militaire directe. Actuellement l’industrie de la défense israélienne se classe parmi les 10 premiers pays vendeurs d’armes dans le monde, l’enveloppe accordée est de 815,3 millions en 2014.

Elle représente 26,3% des investissements nouveaux en Israël, dans le secteur de l’industrie militaire qui n’est pas en difficulté économique. Cette activité très prisée par les pays occidentaux dont les économies vacillent l’émergence de nouvelles nations, de la vente d’armes, est le gisement qui pourvoit les guerres et les crises dans le Monde.

Parmi les engagements permanents, le programme d’aide militaire de 10 ans initié en 2007, par l’administration Bush. Dotée d’un enveloppe de 30 milliards $ et s’étale sur les exercices de 2009 à 2018. Comme les allocations sont annuellement inscrites au budget, l’administration Obama a tenu à rester fidèle à cette promesse relevant d’une décision d’un gouvernement parti après G. W. Bush. 3,1 milliards $ ont été alloué pour 2014 et le même montant est fixé pour l’exercice 2015.

Dans le but de donner une force de frappe à son allié au Moyen-Orient, un suivi des efforts a été mis en place depuis 2008. Un département a été créé à cet effet, auprès de la chambre haute (congrès) : "Congressional Research Service". Depuis, le Congrès a exigé de l’exécutif de présenter des rapports biennaux sur « le maintien de l’avantage militaire d’Israël sur ses voisins ».


- Le nouvel apartheid et la révolte de la jeunesse palestinienne
- Des personnalités françaises appellent la LDJ à s’attaquer à l’AFP...

Cette exigence empêche les présidents venus après Bush de changer les choses, elle indique que « la raison d’être de ce plan décennal (2009 à 2018) est qu’Israël doit compter sur un meilleur équipement et de formation, pour compenser les dépassements de ses ennemis. L’allié est géographiquement petit et sa population est moins nombreuse que ses adversaires potentiels ».

A terme, la poursuite de l’occupation de la Palestine, basée sur la spoliation des terres palestiniennes, peut devenir dangereux pour les juifs amassés, depuis 1948, avec la pseudo-idéologie sioniste.

Répondre à cet article