POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les Algériens avec l’armée contre les charlatans, mais pour une révolution identitaire



L’acte-18 de la #RDN (*), un vendredi de prières hypocrites sur les trottoirs des manifestations


vendredi 21 juin 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Une récente publication attribue à l’Algérie 1 million de salafistes. Ce qui vaut les analyses des intellectuels, aussi bien exilés que ceux qui résistent sur le sol national. Ces obscurantistes animés de la théologie du "Djihad", ont discrètement influencé la société, avec l’aide de nationalistes qui les ont induits. Car apeurés d’être jugés par les progressistes, maintenant en plein révolte, qui comptent demander des comptes. Ceux identifiables, comme ailleurs, par leur longue barbe, leur robe "kamis" et leur pantalon court imitant le "Sirwel" du prophète Mahomed sont à l’affût, alors la sécularisation fait la différence.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Au lieu de prendre en considération quelques points du manifeste de la rencontre dite de la société civile, Gaïd Salah, l’homme fort qui a manœuvré pour la destitution de Bouteflika, a opté pour les intimidations. Il s’est intéressé maladroitement aux symboles, comme l’exposition de l’emblème culturel et identitaire des berbères, lors des manifestations.

- Les réactionnaires plus opportunistes lors d’une assise de crise en Algérie ! 17 juin 2019

D’emblée, il convient de répondre à une suspicion galvaudée en Algérie avec disproportions avec les protestations de 2019. Pourquoi l’actuel chef de l’état-major de l’armée n’a pas réagi auparavant, quand Boutefilka a accaparé un 3ème puis un 4ème mandat ? La réponse est simple, la population pouvait réagir défavorablement. D’où le présent message d’accompagner la revendication populaire de réformer les élites du pays…

La nouvelle bataille, qui s’est ouverte pour les porteurs du mouvement de rupture avec la première république, celle qui a été guidée et imposée par la légitimité mémorielle, devient âpre en Algérie. Pour une fois la police a été réactive, mais sans grands escarmouches. Le cri de guerre proclamé par le chef des armées, qui est le seul audible des officiels, a ses échos qui ont secoués les esprits.

L’offensive a été donnée depuis une caserne de la région de Béchar. Elle s’insère dans une pression globale des réactionnaires qui ont fondé l’islamisme. Lequel d’une part, amadoué et de l’autre flattant ses alliés, tente de se présenter en conservatisme. Alors qu’il est cruauté emballée, dans sa verve théologique, par l’importation de l’identité moyen-orientale du défaitiste nationalisme arabe.

- 5è CONTRIBUTION : récidiver le passé ou déployer le projet national dans le millénaire ? 11 juin 2019

La demande des manifestants algériens est d’une simplicité à ne pas faire réfléchir. « Dégagez tous » dont le Hashtag « #Yetna7aw_Ga3 » suivi de « #algeria », largement imprégné de populisme et même de discordance, renouant avec le charlatanisme de la cruauté de la « décennie noire », n’inspire pas à monter le substitut de la relève générationnelle qui a perdu l’ambition de modernité.

Le don d’Allah pèse en Algérie. Le poids de l’islamisme inquiète de larges franges de la population. Ces minorités fanatisées, habituellement versatiles et agissantes, qui s’alliaient avec le nationalisme qui dirige et qui s’est détourné de la modernité et de la justice sociale, sont aiguillonnées par des prédicateurs ayant une dent douloureuse envers l’armée qui les a privés du pouvoir en 1990/91 et persiste à les écarter.

Le yaz peut être représenté avec les caractères Unicode suivant :

’’’ⵣ’’’ UniCar 2D63 lettre tifinaghe yaz U+2D63 lettre tifinaghe : yaz

(*) = Révolution Démocratique Nationale.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article