POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


LA CHAUSSURE PROMISE A OBAMA, POUR UNE PALESTINE DECOLONISEE !



112 Etats du monde reconnaissent l’Etat palestinien et prennent rendez-vous pour septembre à l’ONU !


samedi 28 mai 2011
par Hugo Mastréo


Le 44è président américain, Barack Obama, confronté à la puissance du lobby sioniste qui s’implique directement dans les affaires du pays de l’oncle Sam, n’arrive pas à diligenter une politique, même s’il la désire et l’a proposée, en mesure d’imposer la paix au Proche-Orient. Abimée sa crédibilité, devant l’opinion générale car ses pouvoirs restent aléatoirement endigués par des forces occultes, aura du mal à lui assurer dignement un second mandat. Déjà il est désigné comme musulman. Et dernièrement, même l’idée qu’il ne soit pas né au USA a été largement médiatisée pour bloquer son avenir à la Maison Blanche.

Obama déçoit davantage ceux qui ont été joyeux et applaudi son élection de part le monde, que ceux qui l’ont élu ! Ceux qui espéraient des changements avec son arrivée au plus haut poste de la 1ère puissance, sont plus déçus ! Au point que l’idée qu’une chaussure, égale à celle lancée conte G. W. Bush, lui sera un jour lancée. Dès que les conditions seront données à un militant parmi les offusqués, désormais nombreux, du comportement de l’occupant du bureau ovale…

L’idée fait son chemin autour de la question palestinienne. De laquelle il est pris au mot de vouloir : un Etat palestinien en 2011 ! Sans vraiment pouvoir tenir cette promesse. A l’instar de certains rares présidents des States qui ont changé de position pour échapper à la pression mise par le redoutable Aipac, il doit d’abord songer à se faire réélire avant de garder vivants les espoirs des opprimés que sont les palestiniens.

Le première interview d’Obama comme président (Al-Arabiya TV exclusive)

Son histoire est celle de l’Amérique, disent nombreux observateurs des States. Or les contre-valeurs de l’Amérique réelle sont celles d’obéir aux forces de l’argent, comparables à ceux du seul et illégitime colonialisme du monde. L’Aipac veille sur les décideursdont un autre démocrate américain ayant été président des USA n’hésita pas de qualifier d’apartheid... Précisément Israël, sans que les Africains comme Desmond Tutu ne lui répliquent !

Sa foi de président, premier à être d’une origine métissée, souvent mise au devant et galvaudée à tous vents, qui est dite comme « la possibilité d’unir les gens autour d’une politique des résultats » . Disuète, elle n’est plus perçue comme une force de proposition qui dessine du nouveau.

Le Fatah palestinien, après des décennies de guérill, a choisi le pragmatisme politique pour gagner sa légitimité internationale, en optant à une résistante non-violente. A petits pas le Hamas tente de rejoindre cette métrhode -de Gandhi et de Mandéla- de lutter contre les spoliateurs.

Quand les pourparlers de paix ont repris, en Septembre 2010 à la Maison Blanche sous l’impulsion du président Obama, une lueur de fin de conflit a semblé paraître. Mais malheureusement et seulement trois semaines plus tard, ils sont vite plongés au point mort. Un moratoire diffusé par Israël pour la construction de NOUVELLES COLONIES en Cisjordanie occupée, a fait expirer tous espoirs de paix.

M. Abbas s’est refusé de négocier depuis. Tandis que la construction de nouvelles colonies continuerait, ce qui est contraire à la logique, clarté et volonté, de faire la paix.

M. Netanyahu, connu comme l’un des faucons des plus féroces pour la reprise et l’intensification de l’occupation, a refusé de prolonger le moratoire. Ce dernier consiste à suspendre la colonisation avec un projet d’annuler et de démanteler les plus illégales expansions vis-à-vis des résolutions onusiennes reconnaissant les frontières de 1967.

Malgré les appels du président Obama et d’autres responsables américains, les israéliens poussent l’humanité à douter, que ce peuple, les israéliens espèrent vraiment vivre en paix. M. Abbas avait conclu depuis que les négociations ont été condamnées.

De leur côté les juifs du monde préoccupés d’être souvent considérés comme et parmi les criminels de guerre Tsahal. Tsahal : une armée composée de binationaux comme toute entité de mercenariat, attendent que la paix devienne l’œuvre de 2011.

Même les plus irréductibles sionistes croient à la création urgente d’un Etat palestinien. Et poussent les responsables israéliens à négocier. Afin de sauver la mise en protection de l’accaparement des territoires palestiniens d’avant 1967.