POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La Libye est sur le point d’être contrôlée par le Daesh



Le dernier round des discutions entre libyens avant que bascule la nation !


jeudi 4 juin 2015
par Hugo Mastréo


L’appréhension qu’a la communauté internationale en 2015 de la situation en Libye, manifestement pas une attaque comme en 2011. Le risque qu’au Maghreb les islamo-terroristes deviennent imbattables et s’insèrent dans un vaste (Etat Islamique) califat est en net avancée, alors que tergiversent les intervenants régionaux et mondiaux. L’incapacité des Libyens à s’unir et à trouver une solution semble être inexistante, aux tribus et aux milices le terrorisme égorgeur...

Voir en ligne : Notre dossier : LIBYE

Pour lyncher le despote Kadhafi, la mobilisation de forces disparates, présidées par les monarchies du Golf et leurs principaux alliés occidentaux, n’a pas été suppliée. Mais maintenant, alors que le Daesh s’est installé, les décideurs qui ont agi pour freiner l’assaut du dictateur sur la population de Benghazi où la révolte a commencé, se détourne de ce pays qui, pourtant, livre des dizaines d’émigrants vers l’Europe.

Nos sujets les plus lus sur la crise en Libye
- La Libye et les bombes humanitaires
- Des Egyptiens quittent la Libye via l’Algérie
- Offensive pan-islamiste de la Turquie en Libye

La géopolitique mondiale n’échappe pas à ce que les hommes construisent. Les chefs qui la pilotent n’ont aucune réponse à l’accaparement des richesses par les groupes terroristes, notamment le pétrole en Syrie et en Irak. C’est aussi le cas de la Libye, où la confrontation actuelle, qui est d’ordre politique, a pour seule motivation et objectif, les ressources énergétiques. Les belligérants en place savent que l’argent peut assurer la victoire.

Malgré les efforts des voisins de la Libye, comme l’Algérie, l’Egypte et le Maroc, pour faire sortir le pays de sa crise institutionnelle qui a brisé l’armée et disloque chaque jour davantage le semblant d’Etat, la « djamahirya » léguée par l’ancien régime. La désintégration s’approfondit au profit de...

... L’islamo-terrorisme en Libye se partage entre les frères musulmans locaux, généralement plus alliés des tribus que le gouvernement, reconnu par plusieurs pays du Monde, d’un côté. Et de l’autre les « djihadistes » internationaux de l’EI (Etat Islamique créé sur les territoires à cheval entre la Syrie et l’Irak), auquel aussi se sont joints nombreux islamistes libyens, ayant pour idéal la grand Califat en terre d’islam.

L’avancée de l’EI "Etat-Islamique, le grand Califat de l’islam, Irak+Syrie+Libye...

Les milices armées des tribus qu’encadrent étroitement les Frères Musulmans libyens, qui prolongent la secte égyptienne, viennent de déclarer la guerre à leurs anciens alliés, les éléments affidés au Daesh. L’hégémonie du terrorisme international, c’est-à-dire le plus cruel qui peut s’abattre sur la population et le plus redouté au niveau international, gagne du terrain.

Mais ce clivage interne entre islamistes ne vient qu’après le constat du defférlement en masse en Libye, de « djihabistes » arabes et africains. Ils prennent des villes et même toutes des régions, comme d’habitude à une vitesse fulgurante mais obéissant à une minutieuse stratégies discrète et irréversible.

Ils ont le contrôle de l’aéroport de la ville libyenne de Syrte après le retrait, jeudi soir, des combattants de la coalition des milices de Fajr Libya. Aussi, leurs attentats deviennent plus atroces et surprenants.

Les empressements de l’envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Bernardino Leone, s’avèrent aussi sans résultats. Le principe de mise en place d’un gouvernement d’union nationale, d’ailleurs qui tue la légitimité l’exécutif issu des dernières élections, confond la légalité.

Le gouvernement requiert la contribution de tous les libyens et sa réalisation exige des conditions d’entente auxquelles aucune lueur d’espoir n’est encore visible. Cependant les affidés de l’Etat Islamique s’amoncellent et s’implantent...

Répondre à cet article