POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Des églises cibles d’attentats déjoués à Paris



L’étudiant en informatique, arrivé en France en 2009, avait l’arsenal complet


mercredi 22 avril 2015
par Hugo Mastréo


Tuée, à Villejuif, d’une seule balle tirée par Sid-Ahmed Gh’lam, un algérien de 24 ans débarqué en France en 2009 dans le cadre d’un regroupement familial, Aurélie Chatelain ne connaissait pas son assassin. Ce dernier arrêté fortuitement, s’avère être un islamo-terroriste. Elle était mère d’une fille et a croisé ce jeune, déjà identifié comme islamiste radicalisé.

Voir en ligne : Notre dossier : Terrorisme

Sid-Ahmed Ghlem s’est certainement blessé, lors de son crime de la femme âgée de 33 ans qui est venue en île France pour effectuer un stage professionnel, de deux balles à la jambe. Il était allongé devant la résidence d’étudiants, saignant des coups de feu qu’il s’est donné à lui-même, niveau du bas du pied.

Articles récents sur l’islamo-terrorisme en France
- Charlie-Hebdo, un repère dans la morale politique algérienne
- L’OCI compte poursuivre Charlie-Hebdo en justice
- #CharlieHebdo : la guerre secrète des hackers

Interrogé par la police anti-terroriste de Paris, le criminel a le profil type d’islamiste qui se radicalise, avec une spontanéité qui dit long sur la théologie du djihad fabriquant des combattants, sans laisser de traces. Ses parents vivent en province, où sa compagne et sa sœur ont été appréhendées, comme d’éventuelles complices...

L’assassin a appelé les secours, du SAMU, du 115 prétendant avoir été agressé. Avertie, la police découvre qu’il s’agit d’un terroriste connu. Une fois avoir suivi les gouttes de son sang sur la voie publique jusqu’à sa voiture, de couleur blanche et de marque Renault, garée dans une rue parallèle à celle de l’établissement d’hébergement pour étudiants.

Il s’était préparé à commettre des attentats contre des lieux de culte, au moins une église dans son programme. Il s’est tiré deux balles sur son propre pied. Le candidat ou déjà djihadiste n’est pourtant pas un "pied-niquelet", au regard des armes trouvées dans son véhicule et sa chambre d’étudiant.

Impressionnant arsenal d’armes de guerre des gilets par-balles et des gyrophares, outre 3 Klashs.

C’est la 1ère fois que ce genre de sites de prière, en dehors de ceux qui sont visités par les touristes, est visé par la menace terroriste islamiste aussi bien en Europe qu’en France. Cet étudiant en informatique, d’où son lieu de résidence, devait exécuter au moins deux attentats, contre (une ou) deux églises au moment des messes, le dimanche 19 avril.

Ces objectifs se situent à Villefuif, localité située à la première couronne de la banlieue sud de la capitale. Et où il est soupçonné d’avoir tué Aurélie et la laissant, avec des traces génétiques prouvant sa présence sur les lieux. La voiture de la victime devait servir aux attentats, si le terroriste ne s’est pas blessé, certainement, en attaquant la femme.

La fouille de sa voiture a tout de suite alerté sur son cas, qui s’avère être quelqu’un de déjà suivi par la police anti-terroriste. Il était préalablement concerné par la surveillance des prétendants au voyage pour rejoindre l’Etat Islamique. Dans sa voiture, deux sacs à dos contenaient les éléments les plus compromettants. L’un posé sur le siège passager à côté du conducteur, renfermait des documents divers dont ceux de la la propagande et pour les attentats qu’il préparait.

Si le hasard a permis d’arrêter ce dangereux criminel déjà dans les fichiers, faut-il revoir la base de données et classifier les individus mûrs pour passer à l’acte ? Les autorités du ministère français de l’intérieur, place Beauvau, ainsi que de la justice, avec une conférence au procureur de Paris, ont communiqué sur cette arrestation fortuite...

Attentat déjoué : qui est Sid Ahmed Ghlam ?

Aurélie Chatelain, un passionné de danse chômeurs, a été retrouvé mort près de Paris le dimanche dans sa voiture. Un ressortissant algérien, qui a été arrêté dimanche pour la planification des attaques en France, est soupçonné d’être impliqué dans l’assassiner de Chatelain. (AFP)

Répondre à cet article