POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Al-Jazeera suspend son émission "Jazeera Mubasher Misr"



L’Egypte face à la déstabilisation des islamistes soutenus par la chaîne qatarie


jeudi 25 décembre 2014
par Azouz Benhocine


La chaîne de télévision la plus regardée du monde arabe "Al-Jazeera" a perdu l’un de ses meilleurs publics, l’égyptien, en Juillet 2011. C’était aussi avec une rupture des relations entre l’Egypte et le Qatar. Dans la monarchie qui a ambition de dominer sa région et même le Monde, l’ambassade égyptienne a été fermée en mars 2012. Cette perte de l’auditoire du 1er pays arabe, dont le poids n’est pas à démontrer, a été très fortement ressentie par Doha.

Voir en ligne : Notre dossier : Qatar et Egypte

Quand la représentation diplomatique égyptienne a été retirée de ce pays du Golf, ce n’était pas uniquement les exposés de la chaîne-TV, produits en soutien de la secte des "Frères Musulmans", qui ont été perdus. C’était aussi suite à des commentaires critiques faites par l’émir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, sur les affaires intérieures de l’Egypte.

Depuis 2011, alors que "Square Tahrir" était occupé par les révolutionnaires qui avaient le projet de destituer le président Moubarek, chaîne-TV "Al-Jazeera" s’est mise à encourager les islamistes au détriment des laïcs, des chrétiens et des démocrates égyptiens.

C’était le cas de l’Algérie, pendant la fameuse "décennie noire" des années 90, où Al-Jazeera donnait parole aux islamistes qui mettaient à feu et sang le pays, avec la connivence ou l’indifférence des dirigeants de ce pays d’Afrique du Nord.

L’Egypte et le Qatar ont répondu conjointement à une invitation du monarque saoudien pour consolider leurs relations. A ce stade, c’est encore en état d’une simple prise de contact.

Deux jours après cette démarche saoudienne, la chaîne Al-Jazeera a suspendu lundi, 22 décembre 2014, la diffusion de sa chaîne égyptienne, "Jazeera Mubasher Misr". Celle qui jouait, comme elle l’a fait depuis 2011 pour la Syrie, en faveur des islamo-terroristes. "Jazeera Mubasher Misr" a diffusé son dernier bulletin de nouvelles de Doha, ce canal a annoncé lui-même sur sa barre de nouvelles, cet arrêt.

La suspension, telle qu’elle a été annoncée, durera jusqu’à ce que des "circonstances sont appropriées" soient fixées pour le retour, a précisé le canal-TV qatari . Il a ajouté, qu’il est à la recherche d’un accord pour obtenir les permis nécessaires pour la diffusion en Egypte, et ce en coordination avec les autorités.

L’Egypte et le Qatar se sont mis d’accord pour répondre à l’appel interjeté par le roi saoudien Abdallah, afin de consolider leurs relations, la Cour royale saoudienne s’est réservé de l’annoncer dès samedi 20 décembre.

La communication saoudienne a été suivie par une réunion entre le président Abdel Fattah al-Sisi d’Egypte et un envoyé spécial qatari de l’émir du Qatar. Un émissaire du roi Abdallah a tenu à suivre l’arbitrage. Le roi Abdallah avait exhorté l’Egypte, en novembre dernier, pour soutenir un accord entre les pays du Golfe à Riyad, dont le rétablissement des relations diplomatiques avec le Qatar était le point le plus important.

Les liens égyptiens avec le Qatar se sont détériorées, suite à l’éviction de l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en juillet dernier. Ce qui a été motivée par des manifestations de masse contre son régime et non par un simple coup-d’état empêchant les "Frères Musulmans" de gouverner le pays des pharaons.

Le Qatar s’est montré, comme à l’accoutumé, un fervent partisan du régime islamiste dirigé par Morsi. Al-Jazeera a mené une couverture médiatique protestant contre l’éviction du président islamiste. Ce qui a provoqué des tensions avec d’autres États du Golfe, principalement l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis qui ont, par ailleurs, soutenu le nouveau régime de l’Egypte, tenu par le militaire Al-Sissi.

Au Caire le bureau de Jazeera a été, depuis, fermé après l’éviction. La chaîne qatarie, dont le slogan est fournir "l’opinion et l’autre opinion" a longtemps été accusé de soutenir les factions politiques islamistes de l’Egypte, en particulier les frères musulmans. Elle le fait toujours envers nombreux islamistes au dépens de nombreux Etats assujettis aux troubles causés par les islamistes.

Répondre à cet article