POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


DSK : acte de proxénétisme payé en nature chez les Ch’tis



La fondation Scelles et le présidentiable client de prostituées


mardi 16 décembre 2014
par Gros Emile


En février 2015 reprendra le procès de DSK pour proxénétisme, devant le tribunal de Lille. Cette autre procédure est due à une nouvelle partie civile qu’est la fondation « Scelles », une association « ONG » qui lutte contre l’exploitation sexuelle. Elle mène une action humanitaire, voire morale, avec une philosophie simple « toute personne doit pouvoir vivre sans avoir recours à la prostitution. »

Voir en ligne : Notre dossier : DSK

Qui est la « fondation Scelles » ?

Extrait : La Fondation Scelles estime que la prostitution est une atteinte aux Droits humains d’égalité, de dignité et une source de violences sociales et personnelles. (Son site-Web)

Cette organisation est du nom d’un activiste français, défenseur des droits de l’homme, chrétien, progressiste et ancien militant en Algérie pour l’amélioration du sort de la population arabe, alors sous occupation colonialiste. Jean Scelles, né il y a exactement 110 ans, est un personnage hors du commun, qualifié même de visionnaire dans son portait dans l’encyclopédie Wikipedia, pour son intégrité morale et la justesse de ses combats.

En Algérie, il s’engagea pour créer le dialogue entre les personnes de bonne volonté sans préjugés ethniques, puisque des communautés diverses cohabitaient dans l’ancienne colonie française (départements d’outre-mer) du Maghreb. Pour combattre le régime de Vichy, allié du fascisme hitlérien, il créa le réseau de résistance Combat d’outre-mer, en 1940.

Puis pendant la guerre d’Algérie, où il vivait, il s’opposa aux extrémistes. Jean Scelles proposa des solutions de paix et dénonça la torture. Gênant et en étroite mitoyenneté avec les combattants algériens pour l’indépendance, il fut rapatrié en France où il poursuivit ses engagements en faveur des immigrés, des prisonniers et combattit le proxénétisme. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages... (VOIR PLUS BAS sa biographie) [1] ).

L’affaire DSK : proxénétisme chez les Chtis !

Le droit de se porter partie civile, a été acquis en 1975 par l’association « les Equipes d’action contre le proxénétisme », fondée par Scelles au début de l’année 1950, au sein du mouvement catholique « Jeune République », qui lui a été lancé et dirigé par le polytechnicien Marc Sangnier. Elle a généralement travaillé depuis, pour l’obtention, devant les tribunaux, d’indemnité aux victimes de la traite humaine dans la prostitution.

Dans l’affaire DSK, cette fondation suit, il vrai un duel contre l’impunité à l’égard de femmes ayant servies dans des plaisirs sexuels. Forts d’arguments, le mémoire dresse un constat imbattable : l’existence de femmes professionnelles, constitue en soi un acte de proxénétisme dont le bénéficiaire est au centre du cercle des plaisirs du Carlton de Lille.

La thèse que les femmes utilisées pendant les soirées étaient rémunérées, sera authentifiée selon certainement des confrontations. Les déclarations des prostituées seront certainement soumises à l’ancien directeur du FMI qui a raté d’être le président de la France pour la gauche, en remplacement de Sarkozy. Parmi ces témoignages des prostituées, le fait que les tarifs ont été souvent négociés par DSK est en réalité chiffrée : 500 à 1000 euros, selon le document de la fondation Scelles

A ce prix on porte assistance généreuse à la prostitution, sous les yeux de la loi qui l’interdit !

Notes

[1] Bibliographie de Jean Scelles :

En tant que rédacteur en chef d’Esclavage et de L’Âme populaire, respectivement revues des Équipes d’action et du Sillon Catholique, Jean Scelles a produit un très grand nombre d’articles, généralement courts et percutants. Dans cette courte bibliographie, les articles présentant une étude complète.
- • « Du Mur des lamentations au Wafk algérien », dans Revue de la Méditerranée, novembre-décembre 1949, revue bimensuelle, p. 708-721.
- • « Le drame palestinien », dans Revue Pax Christi, no 9, 1949.
- • « Renforcer les relations diplomatiques avec le monde musulman », à la séance de l’Assemblée de l’Union Française, no 131, séance du 4 mars 1952.
- • « La paix en Algérie et les croyants », L’Âme populaire, Supplément de janvier 1957.
- • « L’Occident et le monde musulman », Rythmes du Monde, t. V, no 1-2, 1957, p. 1-25.
- • «  Le Cheikh El-Okbi », Rythmes du Monde, t. VIII, no 2, 1960, p. 120-123.
- • « La psychologie des travailleurs manuels nord-africains en France », Auxilia, janvier-avril 1960, supplément au bulletin bimensuel.

Répondre à cet article