POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > Pour les terroristes les élites, comme Mina Mangal journaliste Afghane, sont (...)

Pour les terroristes les élites, comme Mina Mangal journaliste Afghane, sont à éliminer



Présentatrice des informations en langue pachtoune puis conseillère culturelle au parlement afghan


mardi 14 mai 2019
par Azouz Benhocine


Elle est la dernière des 18 journalistes tués en Afghanistan au cours des 16 derniers mois. C’est principalement en étant femme que Mina Mangal a été assassinée. Elle militait pour la gente féminine qui est visée dans son ensemble, par l’interprétation des dogmes d’une religion qui porte de telles mesures et qui font que les exactions deviennent facilitées.

Voir en ligne : Notre dossier Afghanistan

Les islamo-terroristes ont rarement des femmes à les commander. Quelques jours avant cet horrible acte, cinq personnes ont été massacrées dans les locaux de l’organisation non gouvernementale Counterpart International. Parmi les motifs proclamés, le porte-parole des Talibans cite des activités occidentales non conformes à l’islam. Outre le fait que l’ONG, dit-il, "promouvait les relations mixtes entre hommes et femmes".

Dans un communiqué du ministère afghan de l’Intérieur, publié samedi 11 mai 2019, Mme Mina Mangal était sur le point de travailler comme conseillère auprès de la commission des affaires culturelles du parlement afghan. Elle avait été abattue ce jour, vers 07 h20 heure locale, par des tueurs qui ont réussi à s’évaporer dans la nature.

- Entre Talibans et USA, parents et enfants : deal et fausses négociations pour l’Afghanistan ! 13 mars 2019

Les espoirs des afghanes ont été ranimés après la chute en 2001 du régime ultra-religieux des islamistes. Il leur interdisait l’école et le travail. Ainsi qu’il imposait le port de la burqa traditionnelle. Mais leur situation n’a guère changé. Elle s’est dégradée avec les djihadistes téléguidés par les Américains, avec la CIA. Depuis d’il y a des décennies quand elle les dirigeait venus du Monde en entier, comme dernièrement Syrie.

Les musulmans venaient de toutes les mosquées du Monde, faire la guerre contre l’athéisme en Afghanistan. Alors que les Américains leur indiquaient le communisme, voire l’Union Soviétique. Or, c’était en effet le parti communiste afghan, dirigé par le docteur Najibullah, qui a demandé, comme les cas de la Syrie aussi ou bien du Venezuela, l’aide des Russes.

D’ailleurs en négociation encore avec les Talibans (lire notre article ICI), les Etats-Unis ne s’embarrassent pas de la question de la défense de leurs droits des femmes. Elle a été complètement évacuée des pourparlers récemment ouverts entre les forces américaines et des représentants des talibans. Et rien n’indique que ces derniers aient le moins du monde évolué sur ce point.

Selon plusieurs sources concordantes, elle a récemment publié un post sur Facebook, le 3 mai, où elle préconisait avoir reçu des menaces. Elle craignait donc pour sa vie, mais répondait avec bravoure. Elle disait qu’on lui envoyait des messages de menace, mais une femme forte n’avait pas peur de la mort et qu’elle aimait son pays. Ce qui a déclaré sur Twitter SUIVEZ Populi-Scoop, à son sujet, une autre militante des droits des femmes reconnue, madame Wazhma Frogh, dont le post est le suivant :

- Ce que les Etats-unis et l’Arabie Saoudite affectent de leur maudite alliance 7 novembre 2018

Madam Frogh @FroghWazhma

Je ne peux pas arrêter mes larmes à la perte de cette belle âme. Elle avait une voix forte et élevait activement la voix de son peuple. Dans ce statut Facebook, elle dit qu’elle est menacée et qu’elle dit qu’elle fait confiance à son Allah et qu’une femme forte n’a pas peur de la mort. RIP Mina Mangal

C’est dans le sud-est de Kaboul, qu’elle a été atteinte par neuf balles en pleine rue. Ex-journaliste de premier plan, elle présentait des programmes d’actualités à la télévision. Mais surtout militante des droits des femmes. Ce qui fait que son assassinat, qui a eu lieu alors qu’elle se rendait à son travail au parlement, intéresserait les terroristes de toutes les tendances islamistes qui sèment depuis des décennies la terreur dans le pays.

Sa mort provoque l’indignation des activistes féministes du pays. La vague de chagrin et de colère, chez les militantes des droits des femmes, est dirigée contre les autorités qui l’avaient laissée sans protection face aux menaces qu’elle a exprimées.

Répondre à cet article