POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les Azawads contrôlent Kidal et infligent une leçon à la faction liée à Bamako



Derniers combats au nord du Mali, sur fond de néocolonialisme...


vendredi 22 juillet 2016
par Azouz Benhocine


Le 26 juin dernier, une intervention de l’armée française a visé une base du MNLA (Mouvement National de Libération des Azawads), sans faire de victimes mais du matériel a été détruit. Cette organisation paramilitaire est depuis des années la colonne vertébrale unissant derrière tout le mouvement politique composé de 6 organisations politiques (alliées au sein du CMA) où militent les Berbères du nord du Mali. Ces derniers aspirent depuis longtemps à une autonomie, en vain... Ils cèdent à tous opposants, comme les terroristes, quand l’autorité de Bamako est mise à mal. C’est pour fortifier le gouvernement malien que l’armée français a mené son opération. LIRE FIN de cet article, le témoignage...

Voir en ligne : Notre dossier : Azawads Mali

Les rebelles Azawads du nord du Mali ont six mouvements alliés au sein du CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) et sont en conflit avec d’autres groupes, au nombre de trois, regroupés au sein du GATIA (Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés). Leur discorde est principalement axée sur l’administration de la ville de Kidal, laquelle n’a jamais diluée le conflit latent et qui ranime souvent des combats, malgré et dans les différents accords qui depuis des années sont discutés et signés…


- Alger reprend, encore une fois, l’initiative pour une solution aux AZAWADS 11 juin 2014

Si les berbères du nord-ouest africain militent depuis des décennies pour l’autonomie de la région nord du Mali qui est leur fief, l’apparition du GATIA date de 2014 et est née principalement pour contrecarrer toute idée de partition, ce qui maintient et alimente un ancien clivage, dû principalement aux ségrégations dont se plaignent les berbères pour les traitements que leur réservent les autorités noires de la capitale malienne.

Les GATIA sont les derniers venus au Monde, pour endiguer la volonté et la revendication d’autonomie des berbères du nord. C’est aussi suite à l’insécurité, notamment islamo-terroriste descendue du nord algérien, qui a marqué l’incapacité du gouvernement malien d’assurer la stabilité, que cette nouvelle faction a pris forme, sous l’impulsion des autorités maliennes et une visible impulsion française.


- Les Azawads contrôlent Kidal suite à une attaque de l’armée malienne. 22 mai 2014

Les derniers combats sont du jeudi 21 juillet 2016, commencés vers 16 heures, et ont duré moins de 24 heures, pour se terminer en début d’après-midi le lendemain. La Minusma, la mission de l’ONU au Mali, dans un communiqué a appelé à la « cessation immédiate des hostilités ». Sa présence pour la protection de la population civile qui est son mandat, a été prise par surprise malgré la latence des clivages. Vendredi matin, ses hélicoptères tournaient au-dessus de Kidal alors que les tirs nourris étaient sur le sol.

D’après la communication des éléments des deux parties, qui ne livre guère de bilans précis, les combats ont fait de nombreux morts. Les troupes de la Minusma ont été déployées sur place, d’après des informations publiées sur sa page Twitter. Voici son communiqué publié sur sa page facebook :


- Réunion décisive, MNLA et autorités maliennes à Alger, le 16.07 10 juillet 2014

Les enjeux géostratégiques que cette région africaine accumule, font bouger plusieurs autres pays et puissances régionales. L’Algérie pour sa part et à titre d’exemple, avec ses tractations de ramener la paix entre frères, cherche à faire taire tout espoir d’autonomie des populations berbères du nord malien, afin de ne pas offrir exemple, en acceptant le contraire, à ses « amazyghs » (berbères) de Gharbaïa et de Kabylie.

Alger a plusieurs reprises accueilli les pourparlers entre les belligérants, dont les derniers datent de février 2016 qui ont duré jusqu’au 15 mai, desquels un accord a été paraphé à Bamako, alors que visiblement une cohabitation entre le Gatia et la CMA est impossible. La guerre larvée entre ces groupes armés pro-Bamako et pro-rebelles a fini par éclater, sur les cendres d’une dernière entente de paix et de gouvernance collégiale de Kidal, signée, le dimanche 17 juillet, à Niamey au Niger.


- MALI : LES "AQMIVISTES" dans le nord-ouest africain 16 février 2013

Les responsables régionaux et les diplomaties qui s’investissaient depuis des décennies déjà dans ce conflit, tentent minimiser ces derniers événements sanglants où ont résonné des armes de guerre, et des colonnes de véhicules tout-terrains ont porté des combattants qui se son affrontés à plusieurs endroits…

Azawad
Par ChipmunkdavisTravail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php ?curid=18982018

-

Drapeau proposé par le MNLA.
Par OrionistTravail personnel based on description here and various images here, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php ?curid=18434246

Répondre à cet article