Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Quelle mission à l’inspection de la présidence en Algérie ? 3é (...)

Quelle mission à l’inspection de la présidence en Algérie ? 3é Partie.

Un cabinet anticonstitutionnel piétine les prérogatives hiérarchiques

dimanche 3 avril 2022, par Djamel Damien Boucheref

Installer une inspection à la présidence de l’Etats qui serait chargée du travail de scruter le gouvernement, les localités ou bien les entreprises demeure un farfelu recommencement des gabegies qui réduisent la notion d’un Etat fiable en une chapelle de carences. Substituer au contrôle institutionnel dûment attribué aux hiérarchies, un appareil informel est une nouvelle dérive du saccage endémique.

Lire :
 1ère partie Arrêt des exportations algériennes à matières 1ères importées.
20 mars 2022
 2è partie La concurrence priverait Air-Algérie des prix exorbitants.
24 mars 2022

La présidence de Tebboune s’arroge un rôle improvisé en dehors du fonctionnement normalisé des appareils. Un bureau rapproché au 1er responsable de la nation, le moins qu’on puisse qualifier une telle non-programmée action, c’est qu’elle est anticonstitutionnelle. Cette dernière invention relève du potentat et du népotisme qui ont pris le relai du pouvoir en Algérie, après la honteuse destitution de Bouteflika.

La concurrence priverait Air-Algérie des prix exorbitants. 2è partie
24 mars 2022

Dans le bricolage des autorités algériennes, il y a moult inutiles et volontaires duplicités qui n’ont rien à apporter à l’émergence économiques et aux libertés démocratiques dont a besoin la sérénité générale qui aide l’innovation. Ce qui mène à ces improvisations peu réfléchies, est leur première caractéristique insolite et sortant des us de république, une idée bananière venant d’El-Mouradiya !

La raison est qu’il n’y a pas d’audit judicieux des problèmes. Les actions qui performent la gouvernance, comme une identification étudiée des manquements n’arrivent pas des sages expertises. Aucune appréciation circonspecte des moyens pouvant générer des perspectives claires à suivre au niveau sociétal et institutionnel, n’est dressée.

Voilà plus de 2 années que Tebboune est au sommet de l’Etat qui demeure moribond et pas encore enclin à sortir du marasme. Oui c’est à mi-mandat qu’il faut évaluer la marche effectuée après la chute du despote qui a terminé sur un fauteuil roulant après piétiné la constitution de 2 mandats criminels par les corruptions qu’ils ont entretenus.

Arrêt des exportations algériennes à matières 1ères importées. -1ère partie-
20 mars

Parce que le même système idéologique aux manettes est inspiré d’une doctrine erronée. Il tente de se ressusciter des vestiges qui ont fatalement été nuisibles à la nation. En cherchant à reproduire leur prestige, les décideurs qui ont déjà ruiné le prestige mémoriel de l’Algérie et empêché l’émergence économique, font encore avec la dictature de la manipulation de la justice et de l’institution militaire.

L’hybridité de l’État Algérien, descendant d’une association adultérine du nationalisme fasciste et de la théocratie obscurantiste, le plonge au cœur de la crise identitaire qu’il transmet sur les humains. La crise du pouvoir de l’état bureaucratisé par les énarques refuse d’avancer vers une modernité de sécularisation complète et franche. Alors que la jeunesse a, avec le Hirak, compris le diagnostic !

60 ans d’indépendance en Algérie : prison pour opinion sur Internet.
3 mars 2022

La présidence de Tebboune a déclaré qu’elle a créé une inspection basée auprès des services de la haute instance de l’Etat. Allergie à la transparence oblige, pas plus de détails par ailleurs n’ont été donnés. Ce cabinet tombé d’une moralité impromptue n’ait pas habilité à regarder au ministère de l’armée et celui de la justice, selon même les propos qui ont décrété sa mise en place.

Le délabrement des institutions républicaines prolifère en recourant à ce genre d’officine informelle de contrôle. Pratiquement cette inspection se substitue, dans l’esprit de la logique qui la mise en place, aux hiérarchies en place. Et c’est une atteinte grave et anticonstitutionnelle aux appareils, en touchant illégalement aux prérogatives établies par lois et règlements.

Voici donc la 3ème partie sur une inspection mis en service au niveau de la présidence. Quelle est sa mission ? Et pourquoi lui épargner de contrôler l’armée et la justice ? C’est la suite des 2 articles que nous publions sur, le 1er, l’intriguant limogeage du ministre du transport Mr Aïssa Bekkai et le second sur l’arrêt des exportations des produits dont les matières premières sont importées.

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.


Voir en ligne : Algérie

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?