Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > L’oppression d’un omniscient despotisme en Algérie.

L’oppression d’un omniscient despotisme en Algérie.

D’obtus prédateurs jaloux du système qui les a intronisés.

dimanche 20 février 2022, par Djamel Damien Boucheref

Le lanceur d’alerte du Hirak en Algérie, Zaki Hannash, a été arrêté et sera présenté devant un magistrat. Son domicile a été perquisitionné lors de la descente où il a été appréhendé sous prétexte encore à établir par des juges à la solde d’une autorité qui n’arrive pas à se faire entendre par ses sujets silencieux.

Le fort rejet des institutions, préconisées par le bureaucrate Tebboune, s’exprime par une séditieuse avant-garde. Une nébuleuse de militants comme celle que l’Algérie produit sémantiquement en avatars à la RDN (révolution démocratique nationale), refuse que le régime de Boutef continue. Ce Hirak est encore cette fois aussi avorté. Mais en en dépit qu’il soit naufragé, la conscience politique s’est plus largement ancrée.

1200 médecins quittent l’Algérie qui les a formés.
6 février 2022

Les injustes arrestations des citoyens algériens de l’opposition continuent, 3 années après la chute de Bouteflika, au détriment des plus basiques droits humains. Avec un excès de zèle des autorités, pour préserver leur emprise monopolistique sur la rente et les cercles de décision. Plus de 6000 cas de traitements judiciaires ont déjà été intentés, sans accusations avérées que la répression des droits citoyens.

Actuellement, plus de 330 prisonniers d’opinion croupissent dans les geôles des établissements pénitenciers. Dans un contexte de cloisonnement de l’Algérie par des dirigeants qui peinent à prouver leur légitimité à leurs propres administrés et aux yeux du Monde. C’est la répression qui s’opère dans un isolement des militants qui, eux, continuent l’action du Hirak éclaté en 2019.

La pire des humiliations que subissent ces persécutés, par une police aveugle et une justice sauvant ses moult corruptions, est celle des perquisitions sur laquelle nous avons publié un sujet. Les services qui mêlent armée et police d’adonnent à ces fouilles, sous prétextes de dénicher des liens avec une « main étrangère ». Mais jamais les résultats n’ont exposé leur utilité, ni leurs réels bilans.

Certains des internés attendent depuis bien des mois leurs jugements. Ce qui a poussé à la grève de la faim d’une quarantaine des détenus. Et d’autres sont face à des procédures qui disent long sur les affabulées instructions basées sur des délits du genre atteinte à l’ordre public, manifestations sans autorisations, attroupement non-autorisé ou offense à l’armée, le gouvernement, le président, les juridictions...

Mini-remaniement gouvernemental obligatoire et urgent en Algérie.
12 janvier 2022

La propagation de fausses informations, menace à la sécurité publique et insulte à un corps constitué, seront donc les délits indiqués dans l’arrestation du jeune activiste Zaki Hannache. Ce n’est rien d’autre qu’une autre ignominie, dans un pays où la démocratie a été dévoyée suite au déchaînement de l’islamo-terrorisme et de la légalisation de l’islamisme…

Les décideurs de l’ancien parti unique en alliance avec certains militaires visant la prise de la rente et l’impunité. Ils se sont arrangés pour mettre en place l’islam politique, pour endiguer les libertés. D’ailleurs l’Algérie, avant même la Turquie, est le 1er pays à légaliser des partis revendiquant l’islam en programme. Et surtout la 2ème nation, après l’Afghanistan, à voir déferler les combattants de la cruauté religieuse.

Les jeunes qui rêvent d’une Algérie comme la Suède ou le Canada sont mis en prison, pour l’avoir dit sur les réseaux sociaux du Net notamment. Après Bouteflika la vengeance de la bureaucratie issue de l’ENA, pour contrecarrer les universitaires, est plus atroce.

L’emprisonnement des démocrates, et des jeunes militants qui aspirent à une patrie prospère et heureuse, nous apprend que l’enjeu de la rente est lié à la nature du pouvoir qui dirige à Alger. Celui qui a le second s’accapare facilement les ressources nationales. Et le népotisme qui règne dans le plus vaste pays d’Afrique le montre.

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.


Voir en ligne : Algérie

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?