Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > En Tunisie, un 1/3 du gouvernement des femmes et tous universitaires.

En Tunisie, un 1/3 du gouvernement des femmes et tous universitaires.

Remettre le pays en marche, urgence favorisée par les amis du pays.

mardi 12 octobre 2021, par Azouz Benhocine

Des universitaires, des jeunes et des non-partisans, telles sont les principales caractéristiques du 3ème gouvernement sous le règne de Kais Saied et qui est conduit par une femme. Lundi 11 octobre 2021, lors d’une cérémonie au palais de Carthage, l’équipe et sa cheffe ont prêté serment. Mme Bouden a, à l’occasion, présenté les membre de son gouvernement et a donné sa première allocution. Ce fut une vraie découverte à l’opinion et externe.

Najla Bouden qui a été chargée de piloter le gouvernement-3 sous le président Kais Saied en Tunisie n’a pas la tâche facile. Composé de 24 ministres et d’un sous-secrétaire d’État, avec 9 femmes donc plus du tiers, cet exécutif entre en fonctions sans préalable, puisque le Parlement est suspendu. Celui de Hichem Mechichi et de son prédécesseur Elyes Fakhfakh, sont partis sans satisfaire.

Femme 1er-ministre en Tunisie, le défi aux traditions obsolètes.
29 septembre 2021

Les grandes difficultés que ce pays du Maghreb a déjà surmonté par le passé, notamment depuis 2011, après le printemps du jasmin, sont peut-être moins graves que les présentes, mais maintenant le projet s’est clarifié. Et les mêmes semblent revenir inchangées, donc connues. Le capital de sympathie dont jouit la Tunisie auprès des pays libéraux et occidentaux, quant à lui ne s’est pas épuisé.

En tout cas le socle d’une république démocratique, pas une dictature militaire ni une monarchie réactionnaire, n’est pas un fantasme de gargarisme comme le prétendent des pays se disant révolutionnaires ou bien des entités plus prospères de richesses naturelles. Ce qui a encore bien avancé dernièrement, avec la désignation d’une dame pour former le gouvernement.

La situation économique du pays risque de l’asphyxier. En effet les commentateurs observent les avis des agences de notation qui doivent publier leur évaluation. Selon la précédente notation la Tunisie est déjà B, elle peut être dégradée à C. Ce qui était le cas de la Grèce, il y a quelques années ou le du Liban. Cependant, ce niveau lui sera épargné, du fait de ses expériences dernières.

Les amis de la Tunisie à savoir la France, l’Italie, la Libye et l’Algérie ne se détournent pas de suivre, souvent discrètement, la situation depuis que le raïs a opté à éliminer les partis politiques et à bloquer des institutions squattées par des islamistes, des corrompus, des incompétents et des populistes. Dans des circonstances pires la Tunisie a réussi à se démettre du pire.

En Tunisie, le président équilibriste entre laïcité et islamisme.
7 septembre 2019

Relancer une économie durement touchée par d’abord l’inertie sous l’effet d’une insécurité qui a maintenant reculé, puis la pandémie, n’est pas une mince affaire. Les réformes sont dérisoires car le projet attendu par les plus dynamiques de la société a été vidé de sa substance humaine engagée. Ce défi de reprise économique la nouvelle équipe gouvernementale.

Une urgence est visible pour l’année qui tire à sa fin. Ce sont entre 4 et 6 milliards de dollars qui permettent de la clôturer sans banqueroute, une nécessité pour que le budget 2021 ne soit plus déficitaire que comme il se présente. D’autres finances doivent être dénichés et être visibles pour s’inscrire pour l’exercice 2022.

Le marasme qui a, depuis 2011, duré une décennie en Tunisie doit être surmonté. Les priorités peuvent énumérées.
 Primo accélérer la redynamisation de l’économie. Ce qui améliore le pouvoir d’achat.
 Ensuite, les services publics à destination des citoyens dans les secteurs du transport, de l’éducation et de la santé, doivent sortir répondre à leur public.
 Le problème sécuritaire revient aux institutions qui doivent gagner l’adhésion des citoyens, pour endiguer toutes violences et obstruer les sources de ces fléaux.

La composition du gouvernement :
 Ministre de l’Intérieur : Taoufik Charfeddine
 Ministre des Affaires étrangères : Othman Jerandi
 Ministre de la Défense : Imed Memmich
 Ministre de la Justice : Leila Jaffel
 Ministre des Finances : Sihem Boughdiri Nemssia
 Ministre du Commerce : Fadhila Rabhi Ben Hamza
 Ministre de l’Economie et du Plan : Samir Saïed
 Ministre de l’Agriculture : Mahmoud Elyes Hamza
 Ministre des Affaires sociales : Malek Zahi
 Ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines : Neila Nouira Ghonji
 Ministre de la Santé : Ali Mrabet
 Ministre de l’Education : Fethi Sellaouti
 Ministre de l’Enseignement supérieur : Moncef Boukthir
 Ministre de la Jeunesse et des Sports : Kamel Deguiche
 Ministre des Technologies de l’information et de la Communication : Nizar Ben Neji
 Ministre du Transport : Rabii Majidi
 Ministre de l’Equipement et de l’Habitat : Sarra Zaâfrani
 Ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières : Mohamed Rekik
 Ministre de l’Environnement : Leila Chikhaoui
 Ministre du Tourisme : Mohamed Moez Belhassine
 Ministre des Affaires religieuses : Brahim Chaibi
 Ministre de la Femme, de la Famille et des Personnes âgées : Amel Belhaj
 Ministre des Affaires culturelles : Hayet Guermazi
 Ministre de l’Emploi : Nassreddine Nsibi
 Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères chargée de la coopération internationale : Aïda Hamdi


Voir en ligne : Tunisie

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?