Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > Fin des accords agricoles et de pêche UE-Maroc pour le Sahara (...)

Fin des accords agricoles et de pêche UE-Maroc pour le Sahara occidental.

Le chantage du makhzen avec les migrants en Afrique du Nord est brisé.

vendredi 1er octobre 2021, par Hugo Mastréo

L’UE pourrait constater que la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) permet de réaliser l’autodétermination des Sahraouis. Elle est aussi conforme au droit international. De même que c’est le moment à la diplomatie continentale de prendre le dessus, sur les tergiversations pour des questions qui à la longue desservent sa présence dans les affaires du Monde.

C’est au profit de la paix régionale que la plus haute juridiction de l’UE a de nouveau soutenu l’autodétermination du Sahara occidental. Il est maintenant temps pour les institutions politiques de l’UE de mettre leur politique en conformité avec la loi en combinant les pouvoirs normatifs et commerciaux avec ce qui était reconnu depuis des décennies.

Chantage du Maroc aux migrants sur Ceuta, un remaké de la méthode de Turquie.
20 mai 2021

Plutôt que d’essayer une fois de plus de se détourner de l’autodétermination en contestant la décision de la CJUE, le Conseil européen devrait saisir la nomination prévue du diplomate vétéran de l’UE Staffan de Mistura, connu dans le conflit syrien, comme nouvel envoyé des Nations Unies au Sahara occidental. Ce qui relance un processus de paix crédible cher à l’ONU. Actuellement un journaliste russe est inopérant dans cette mission.

Un conflit non résolu au Sahara occidental continuera d’avoir un impact sur les intérêts européens. En particulier la coopération avec les acteurs essentiels d’Afrique du nord en pâtira. Ignorer ce qui déjà fait pour ce conflit n’est pas opportun. Et le résoudre est donc dans l’intérêt de l’UE, car c’est bien une démonstration de respect de la légalité.

Tel que s’est prononcé la Cour clairement, il ne peut pas y avoir de frein aux relations de l’UE avec le Sahara occidental et le Maroc, à moins que le conflit aille bien au risque de pouvoir s’élargir. Oui le Makhzen marocain a créé un deal avec la puissance coloniale du Moyen-Orient, l’Etat hébreu, et alimente le séparatisme kabyle en Algérie. Ce qui accentue la déstabilisation dans la région du Maghreb.

Il n’y a pas d’autre choix aux pays du vieux du continent que de respecter les décisions de la Cour. En tant que partie la plus forte de la région, l’UE a beaucoup moins à perdre en cas de perturbation des relations à long terme. En particulier à un moment où la situation socio-économique du royaume reste fragile et ses ressorts rigides. Le Maroc fait chantage, telle la Turquie, avec les migrations.

Le Maroc et Israël redoutent une diplomatie mondiale comme pour l’apartheid !
4 janvier 2019

La forte sympathie envers la monarchie alaouite est compromettante avec la production informelle et immodérée du Cannabis. Une complaisance qui dure depuis des décennies. Au lieu de continuer à travailler main dans la main avec le Maroc, retardant l’inévitable fixé par les instances internationales, le Conseil Européen ferait bien d’affronter la réalité, aussi amère et bloquante soit-elle.

Après avoir soutenu publiquement Rabat à plusieurs reprises, au détriment de l’engagement de l’UE envers le droit international, le Conseil doit maintenant réduire ses pertes. Cela risquera sans doute une nouvelle crise. Mais il devrait tirer confiance de la capacité prouvée de l’UE à rester relativement unie et à résister aux efforts du Maroc pour « militariser la migration »

Les diplomates européens considéraient la question du Sahara occidental exclusivement à travers le prisme de ses relations avec le Maroc. Or ce pays se livre à moult trafics. Le Conseil se trouve désormais pris entre ses volontés politiques et ses obligations juridiques, sans aucune voie réaliste. Le Conseil peut faire recours, aidé par des marocains, mais les accords passés seront effacés car irréguliers.

2 conséquences sont lourdes. La 1ère est que les pêcheurs de l’UE ne seront plus autorisés à opérer dans les eaux du Sahara occidental avec des permis marocains. Et la 2ème : les exportations agricoles marocaines en provenance du territoire seront exclues des tarifs préférentiels de l’UE.

La Cour a également renforcé la position internationale du Polisario, en réaffirmant son statut de représentant légal international du territoire du Sahara occidental et de son peuple. Chose contre laquelle le Maroc, la Commission et le Conseil ont vigoureusement plaidé. La proclamation par l’ex-président Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental tombe à l’eau.


Voir en ligne : Maroc & POLISARIO

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?