POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanité > La famine dans le Monde pour 2020, les guerres aggravent les (...)

La famine dans le Monde pour 2020, les guerres aggravent les cas.

Outre COVID-19, le changement climatique menace des régions et les moyens manquent.

jeudi 6 mai 2021, par Hugo Mastréo

Des solutions durables aux crises alimentaires dont souffrent certaines populations dans le Monde, notamment en Afrique, mobilisent les responsables mondiaux. Ces problèmes de famine proviennent des conditions d’existence qui sont subis par les citoyens en conséquence d’abord des conflits causés par les crises politiques. Récemment les effets du COVID-19 ont aussi créé des problèmes du genre. Aussi le changement climatique impacte l’agriculture vivrière et cause des défaillances en nutrition...

Selon le dernier rapport du FAO, au moins 28 millions de personnes supplémentaires se trouvaient dans une phase « d’urgence » de crise alimentaire. Une grande majorité est en Afrique. Nous nous apprêtons à créer un article sur l’agriculture de ce continent, nous sommes astreints à la priorité d’alerter sur la famine.

La terrifiante famine que l’Arabie Saoudite inflige au Yémen avec moult complicités.
12 juillet 2019

Deux personnes sur trois touchées par les crises alimentaires l’année dernière se trouvaient en Afrique, bien que d’autres parties du monde n’aient pas été épargnées, le Yémen, l’Afghanistan, la Syrie et Haïti étant parmi les 10 régions les plus touchées.

Rapport mondial sur les crises alimentaires en 2019
Ce document sur les crises alimentaires est accepté comme référence sur les dernières estimations de la faim aiguë dans le monde.

Ce qui signifie que ces populations sont à un pas de cette famine qui semble progresser et se déplacer que se juguler. Elle nécessite une action urgente pour sauver des vies et la mobilisation des moyens de subsistance. Pour éviter la catastrophe tant redoutée des pertes de vie en masse.

Prioritairement, nous signalons avec tous les autres supports portant des informations susceptibles d’être prises en compte, que au Burkina Faso, au Soudan du Sud et au Yémen, 133 000 personnes se trouveraient maintenant, ce jour où nous mettons en ligne ce sujet, dans la phase la plus grave ou le terme « catastrophe » prime.

Cette insécurité alimentaire date de l’année dernière, où pandémie et d’autres crises augmentèrent. Ce qui exige une prompte action d’urgence, afin d’éviter de nombreuses morts, sinon une extinction généralisée de populations régionalisées. Et un effondrement total des moyens de subsistance, selon le rapport du FAO.

Le COVID-19 mondialisé et ravageur a révélé la fragilité du système alimentaire mondial. La nécessité de la protection par des systèmes plus équitables, durables et résilients, sont citées dans une déclaration conjointe de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, le Programme alimentaire mondial, relevant des Nations, qui ont associé l’USAID (ce dernier est un organisme public des Etats-Unis, consacré aux aides locales et internationales).

Quand les politiciens méprisent la science du climat.
2 janvier 2020

L’appel dresse un constat qui appelle à agir. «  Une transformation radicale de nos systèmes agroalimentaires est nécessaire…  », ont ajouté ces structures. «  Si les tendances actuelles ne sont pas inversées, les crises alimentaires augmenteront en fréquence et en gravité.  »

De son côté le secrétaire de l’ONU, Antonio Guterres, a repris les définitions classiques «  Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour mettre fin à ce cercle vicieux. Il n’y a pas de place pour la famine et la famine au 21ème siècle  », a dit dans une récente déclaration. Il a ajouté que les conflits et la faim doivent être combattus conjointement, car ils se renforcent mutuellement.

Au moins 155 millions de personnes l’année dernière, le nombre le plus élevé en cinq ans d’existence du rapport datant de 2019. Définie comme tout manque de nourriture qui menace des vies, des moyens de subsistance ou les deux, l’insécurité alimentaire aiguë à des niveaux de crise ou pire a touché.

Or près de 20 millions de personnes supplémentaires ont été confrontées à des crises alimentaires l’année dernière de 2020, dans les contextes de conflits armés, de pandémie de COVID-19 et de conditions météorologiques extrêmes. Et en 2021 les perspectives pour cette année sont à nouveau sombres et sans solutions, selon un rapport du Global Network Against Food Crises.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Faim et famine

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don