POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les médias traditionnels et corporatistes se désolidarisent de Julian Assange

Passée l’ère des plagiaires qui imitaient Wikileaks, la presse alternative consolide sa crédibilité

lundi 30 juillet 2018
par N.E. Tatem


Les craintes que le responsable de Wikileaks soit délogé, du siège de l’ambassade équatorienne de la capitale anglaise, pour être livré à la justice des USA, augmentent lors de cet été 2018. Le changement de président dans le pays qui lui a permis l’accueil, augure un risque de faire taire cet intrépide journaliste. Non seulement il a démontré qu’avec Internet la censure n’a pas lieu d’être, mais il a créé une sorte de ligne éditoriale collective, autonome des cercles coutumiers de la cachoterie et de la manipulation.

Voir en ligne : Nos articles sur Wikileaks & Julian Assange

Chez Populi-Scoop nous avons la démarche de Wikileaks pour un modèle. Maintenant que l’hystérie des opportunistes est éteinte, la défense de Julian Assange est notre principe. Parmi les derniers hauts faits d’armes de cet informaticien qui fuite des informations de haute valeur, c’est la diffusion des messages emails de Mme Hillary Clinton en 2016. En plein campagne électorale alors qu’elle était candidate face à Donald Trump. Des contenus qui ont largement démontré les pires manigances des démocrates américains et induisent leur défaite.

NOTRE DERNIER SUJET LES MÉDIAS ALTERNATIFS.
11 juillet 2018

Depuis Julian Assange a perdu l’amitié des médias corporatistes, traditionnellement au service des entreprises pour les gains publicitaires et en accointance avec l’establishment pour diverses raisons de connivence avec les armuriers et les décideurs indécrottables. Les autorités américaines, même après le vote présidentiel laissent croire que la Russie a interféré dans l’élection de 2016 et a fourni à Wikileaks les affaires de la malheureuse candidate à la présidence des Etats-Unis. Il est même accusé d’être un potentiel non négligeable parmi les « complotistes ».

Pour échapper aux tueurs de la CIA, le lanceur d’alerte Edward Snowden a directement choisi la Russie, pour être infailliblement bien protégé. Ce n’est pas le cas de Julian Assange qui lui s’est réfugié le 19 juin 2012 dans l’ambassade de l’Equateur de Londres, à la suite de laquelle l’ex-président Raffael Correa lui a, le 16 août 2012, accordé l’asile politique.

Selon le quotidien espagnol El Pais, interviewant le nouveau chef d’Etat Lenine Moreno, des discussions de haut niveau, avec la Grande-Bretagne sur le sort de Julian Assange, sont en cours. Elles sont initiées par le président équatorien Lénine Moreno qui dit être en discussion, selon une autre dépêche de l’AFP, avec les autorités anglaises. Mais les soutiens et les avocats du journaliste, hacker et aussi lanceur d’alertes australien, craignent le pire.

Il est vrai qu’il faut une issue à la situation de Julian Assange, parce qu’elle dure. Dans le paysage médiatique actuelle, les supports faisant de l’information et participant à une meilleure compréhension de l’actualité, les sites les plus récents qui ont une lecture profilant différemment les faits et apportant des thématiques plus insolites que par le passé dérangent les professionnels.

Les « mainstreams » refusent toute solidarité à Julian Assange et désirent même, faussement, de le classer avec sa plate-forme « Wikileaks » parmi les diffuseurs qui font de la « théorie du complot » leur ligne éditoriale. Or il s’agit d’une culture médiatique alternative. Comme furent aussi auparavant les propositions des économies, musiques ou modes de vie « faites autrement », différents des canons établis.

Les plus honnêtes des journalistes, d’ailleurs qui ne s’agitent pas aussi férocement que ceux ne voulant pas entendre parler des « médias alternatifs », voient dans la condamnation de Julian Assange comme un précédent qui nuirait gravement à la liberté de presse. Voire c’est le premier danger qui menace les nouveaux réseaux qui renouent avec l’information colporté, sans déformation sinon avec une rigoureuse intelligence, par les citoyens.

Twitt sur la mère de Julian Assange

Répondre à cet article