POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > Israël aux USA : dcisives lections du Congrs et du Snat

Israël aux USA : dcisives lections du Congrs et du Snat

Le cas d’une guerre contre l’Iran ne sduit pas tous les amricains

lundi 25 novembre 2013, par Azouz Benhocine

Les tristement clbres Protocoles des Sages de Sion fabriqus par la police secrte du Tsar, disent en gros : quune sinistre conspiration des Juifs, pour dominer le monde, est un projet toujours en marche. Cent ans plus tard, avec le contrle des tats-Unis par lEtat hbreu, la ralit vrifie le pamphlet.

Que cela risque dagacer ou daccuser dantismitisme, lide est largement tablie et partage auprs des chancelleries et cercles diplomatiques. Mme si on ne la dit pas sur la place publique et les forums internationaux, aprs lavoir longtemps vcue travers le vto amricain protecteur d’un colonialisme dmenti par la lgalit, lheure est arrive den saisir le code et les rgles protectrices suivies jusqu l.

Le sulfureux et nanmoins grand penseur Noam Chomsky inverse la caractristique de la connivence solidaire entre Isral et les Etats-Unis. Dans son expos, il dnonce le poste avanc, sorte de pion au service des States pour contrler lorient. La similitude des deux conceptions est assez forte, cependant un paradoxe limite les conclusions quon se fait.

Le congrs amricain et Isral restent les deux animaux tirer la charrue dans le sens contraire celui de la Maison Blanche sous Barack Obama. Pour des commentateurs prpondrants dans lopinion mondiale et largement influents auprs des amricains, la chambre basse est un Aipac-2. En effet, frquemment le rle et les votes du congrs majorit du parti rpublicain sont plus contraignants lactuel locataire de la Maison Blanche.

En sopposant au prsident, comme en le punissant avec le blocage dObamacar, le nouveau systme de scurit sociale et de mdicalisation des citoyens non-assurs, puis avec le dernier ShutDown (fermeture des salaires de certains fonctionnaires pendant plusieurs semaines en 2013), les positions juges pro-arabes du prsient, en sont des illustrations de la prsence de ladversit pro-isralienne au sein des institutions lues.

Mettre les b tons dans les roues de ladministration la plus centrale du pays, sont des situations qui vrifient linalinabilit des intrts sionistes dans les affaires des Etats-Unis. Mais mme si ces arrts des dcisions prsidentielles ont t ponctuels, il ont largement expliqu l’avenir des prochains votes du congrs et du Snat.

De mme qu’ l’intrieur des deux chambres, il n’y a aucune survolte. Les dbats ont t ouverts pour l’Obamacar et le ShutDown, ils sont finis. Il est question de passer autre chose, l’ombre d’Isral et des explications, ce n’est que les rsultats des lections qui dcideront.

L’volution vidente sest manifeste avec la rlection dObama. Isral et lensemble de ses soutiens ont espr que Mitt Romney soit lu, il a t dsavou lissue du vote. Snateurs et membres du Congrs continuent de dfendre gouvernement isralien contre leur propre prsident, mme aprs ce rsultat. Ce qui contraste. Cependant un seul mot contre Isral liminerait, quelques rares exceptions, un candidat dsirant siger au congrs ou su Snat.

Les snateurs et les membres du congrs disent publiquement qu’ils sont informs par les services de renseignement israliens avec plus de confiance que les agences de renseignement des tats-Unis. Pas un seul ne cache cette ignominie. Ce qui est impensable si un autre pays a t impliqu, comme lIrlande ou l’Italie, dont beaucoup d’Amricains sont des descendants. L Etat juif est unique pour ces lus amricains de haut niveau, linverse serait l’antismitisme.

<img1191|right> Le compromis de 6 mois avec lIran, pour son programme nuclaire, rajoute une vritable controverse qui fait la diffrence entre la tendance gnrale qui dpasse les Etats-Unis du fait dune entente internationale. Les amricains ne veulent entendre daucune guerre qui enverrait leurs soldats ltranger. Mais Isral sous Netanyahou narrtera pas loffensive dune cause qui contredit une dcision des puissances du Monde

Certes les responsables israliens ne sont pas des aventuriers, pour aller en guerre contre l’Iran. Mais ils restent imprvisibles. Ils en demandent qu garder main-basse sur toutes les lections aux Etats-Unis, pour faire ce qui semble tre un droit de dclencher des guerres au nom de la domination amricaine.

Alors qu’Obama ne cesse de dfendre, becs et ongles, son traitement de l’uranium iranien, ainsi ses contacts avec les responsables du pays des perses, le puissant lobby Aipac a tenu une confrence pour appeler la guerre, selon les applaudissements de cette vido


Voir en ligne : Notre dossier : USA - Israël - Iran

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.