POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


De l’or volé en Syrie par les Etats-Unis, n’est pas une idée "complotiste" !



Butin de guerre partagé avec les alliés sur place, détourné par les soldats et pris publiquement


dimanche 3 mars 2019
par Azouz Benhocine


Les butins de guerre est un vieil épilogue des conflits et ça existe encore que des richesses soient prises des perdants. Les douanes américaines ont arrêtés plusieurs soldats américains, parce que leurs bagages contenaient des objets de valeurs et des éléments historiques volés des musées irakiens, lors de l’agression de 2003. Mais dans toutes les guerres les prédateurs des richesses opèrent...

Voir en ligne : Notre dossier Syrie

Ils aiment qualifier les informations alternatives, celles dont se détournent les médias corporatistes, de "complotistes". Même les témoignages oculaires rapportent des faits, comme le transfert de quantités d’or de Syrie vers les USA, les complaisants n’y croient pas et ne veulent guère que les populations sachent...

C’est le cas d’actualité où on sait que des démentis ripostent massivement. Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire de la guerre basé au Royaume-Uni, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR). Les médias syriens et russes ont rapporté que, contrairement aux prétentions de Washington, la guerre contre le groupe extrémiste est sélective.

- NOS ARTICLES SUR DAESH ou EI (Etat Islamique)

Les forces américaines collaborent plus et de multiples façons avec les groupes de criminels. En cas de défaite de ces derniers, ils négocient leur reddition. Par exemple ils ont cédé de l’or, aux américains qui les ont arrêtés. Puis ils les ont guidés en hélicoptères vers les endroits où l’or était caché.

Un accord avec Washington existe pour épargner des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste. Ces constats sont souvent par des des reporters et des analystes qui ont suivi la conquête de l’Irak en 2003 et la crise syrienne déclenchée depuis 2011.

L’agence SANA a indiqué (lire ICI) que des habitants avaient assisté à des vols d’hélicoptères américains pour transporter de grosses caisses d’or, une quarantaine de tonnes. Le fait a été constaté dans la région d’al-Dashisha, dans le sud de Hasaka. De l’or volé par l’Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d’autres régions de la Syrie.

En s’intéressant à la crise syrienne nombreux journalistes ont découvert moult interprétation des faits d’actualité comme bon semble aux auteurs des narrations. Ceux qui les diffusent ont déjà des opinions, alors que l’impartialité n’a jamais annihilé les tendances qui sont derrières des systèmes politiques disposant de médias.

A titre d’exemples, avec la destruction par la coalition dirigée par les États-Unis, des terroristes ont été aidés pour être libérés dans la nature (lire ICI article de la BBC).

Le journal turc Daily Sabah a cité les hélicoptères de l’armée américaine qui auraient déjà transféré l’or de la base des forces américaines à Kobani. Cette ville est contrôlée par les Kurdes et est située à proximité de la frontière nord-syrienne. Lire ICI.

- NOS ARTICLES SUR LES USA.

Des sources locales disent qu’une partie de l’or a également été distribuée aux unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis.

Selon les deux sources très présentes sur le terrain syrien, les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans l’espoir d’acquérir le butin de guerre du groupe. Sur Populi-Scoop, dès l’avènement de l’EI (Etat Islamique), nous avons rapporté l’attaque des banques à Mossoul, outre un demi-milliard, des quantités d’or ont dérobées par les terroristes. Lire ICI.

Depuis la Jordanie les Etats-Unis ont installé, dès la fin de l’année 2011 après les troubles et l’apparition des violences terroristes, une base militaire dans la région d’al-Tafn. Malgré qu’aucun droit international n’autorise une telle ingérence et le refus des officiels du pays, la lutte contre le terrorisme est utilisé pour justifier ce casernement.

Les organes de presse russe ont souvent cité cette base comme le lieu d’où partent des frappes terroristes, alors que prétendument elle sert aux entraînements de l’opposition.

Répondre à cet article