POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Islamistes, ex parti unique et bureaucratie du RND à l’affût pour se réhabiliter !



Les alliés à l’obscurantisme imposent leurs amis et veulent conduire une révolte insoumise.


mercredi 20 mars 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Aux dernières nouvelles, sur l’évolution du mouvement social, contestant le pouvoir de Bouteflika en Algérie, le faux « FLN » et le parti de la bureaucratie le « RND », rejoignent la population. Massivement, cette dernière ne veut plus de la présence de l’actuel régime et de ses acteurs dont Bouteflika, à la tête du pays. Mais les centres du pouvoir réel, comme l’armée capable de déloger le raïs et sa caste, tergiversent.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Le nombre de fois que les jeunes algériens sont arrivé à briser les diaboliques thèses des islamistes et de leurs alliés, qui visent à chapeauter le mouvement de révolte contre le pouvoir de Bouteflika, ne se compte, déjà en 4 semaines, pas. Les obscurantistes et leurs alliés ne cessent de proposer des plateformes et des projets où les ex-membres du FIS dissout sont remis en selles...

... Mais les militants de la nouvelle vague sont plus éclairés. Ils n’admettent pas de revenir vers le moyen-âge et encore moins à la cruauté des politiciens manipulant l’islam. Ils ont semé la cruauté, et la proposent toujours, avec l’avènement de la contestation du pouvoir obsolète que Bouteflika incarne avec une pesante incapacité physique et une médiocrité plus que généralisée.

- Une plateforme aux sombres desseins veut chapeauter la contestation d’Algérie 18 mars 2019

Chaque jour sortent, sur les réseaux sociaux du Web, des appels, des communiqués, des discours en vidéo, des plateformes et des idées se disant prêtes à diriger la révolte. Et à chaque le peuple en marche les récuse unanimement. Même quand se déplacent à l’intérieur du pays les alliés des islamistes, pour prêcher l’alliance sacrée de la criminalité politique et de l’islamisme, ils sont rejetés.

C’est ce qui est arrivé à, l’ancien du FFS (front des forces socialistes) Karim Tabou qui, déjà s’est déclaré partisan d’une république islamique, est allé à Bordj-Bou-Arréridj pour une conférence. Il a été non-seulement accueilli avec une ferme hostilité et a été empêché de tenir sa réunion. Dans la vidéo ci-après sa situation.

Il convient de dire aussi que la femme algérienne occupe une place capitale dans les manifestations qui ont plusieurs formes et versions. Les protestations dans les rues et les localités sont tenues par les corporations professionnelles et d’autres diverses catégories de communautés d’âge juvénile et d’appartenance aux activités.

D’après les projets visibles sur les exemplaires, par leur organisation et leur fierté, manifestations, l’ancien parti unique qui usurpe le sigle « FLN » sera dissout et ses chefs seront contrôlés sur les biens et privilèges qu’ils ont glanés. Le parti RND de l’ancien premier-ministre Ouyahia sera dissout et ses cadres aussi, seront questionnés sur d’éventuels biens volés du denier public.

- CONTRIBUTION : Sans le beau et fort leader, les Algériens célèbrent la modernité 17 mars 2019

Le passage à une seconde république, dont nous avons parlé sur Populi-Scoop depuis 2010, ne se fait s’effectue sur du velours. Même s’il est inscrit dans le parcours historique inévitable avec l’extinction de la génération qui a libéré le pays. Et dont Bouteflika, avec Gaïd Salah sont les derniers représentants. Le franchissement vers la seconde étape, pour la jeune nation, ne profite d’une sérénité. Les oisifs nationalistes refusent d’abdiquer à la nouvelle génération.

Les islamistes et la mafia qui gouverne derrière le « zombie », ne comprennent pas que le mouvement féministe, qui était imprévisible, refuse cette fois de reporter la parité ou de laisser le pays entre les mains des inflexibles politicards. Les obscurantistes gênent grandement les libertés de la gente féminine et les tenants de la gouvernance en place manipulent tous les symboles de la mémoire, de la culture et des libertés…

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article