POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le prix Nobel alternatif 2018 consacre 3 saoudiens qui sont en prison

Quand on sait que l’Arabie Saoudite préside le comité des droits de l’homme de l’ONU !

samedi 24 novembre 2018
par Hugo Mastréo


Ancien journaliste, mais néanmoins bien formé en science politique, philosophie et économie, l’homme public (ancien député européen) allemand et suédois Jakob von Uexkull est le fondateur du prix Nobel Alternatif. Il a commenté cette année, 2018 lors de la cérémonie d’attribution des distinctions, ainsi : « ... honteux de voir des politiciens même élus démocratiquement d’autres pays rejoindre la famille répressive saoudienne, au lieu de soutenir les réformateurs courageux qui œuvrent pour Démocratie et égalité en Arabie Saoudite. »

Voir en ligne : Notre dossier Arabie Saoudite

Ils croupissent dans les prisons saoudiennes, mais cela ne les a pas privés d’être récompensés symboliquement, mais combien aussi fortement, du « prix Nobel alternatif ». Depuis 2013, les trois défenseurs des droits humains Mohammad Fahad al Qahtani, Abdullah al Hamid et Waleed Abu al Khair sont condamnés à de lourdes peines de prison, pour avoir demandé des réformes dans leur pays l’Arabie saoudite.

- Diminution drastique des investissements étrangers en Arabie Saoudite 14 juin 2018

Pour certaines appréhensions qu’on peut qualifier minoratives, il ne s’agit que de folklore une telle distinction qui semble singer ou parodier l’originale « le prix Nobel » avec lequel elle n’a aucun lien. Mais au regard de la bourse distribuée aux distingués, généralement au nombre de 4 domaines ou disciplines, équivalente à 250 000 $, pour toutes les thématiques à la rigueur infaillible, c’est déjà une valorisation des bonnes actions décelées à travers toute la Terre et les travaux des humains.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu le 23 novembre à Stockholm. Elle s’est consacrée à encourager l’anticorruption sous toutes ses formes. Cette année elle n’est pas dotée du jury, nonobstant elle a été attribuée aux deux militants de la lutte contre la corruption Thelma Aldana (Guatemala) et Ivan Velasquez (Colombie). Les autres bourses Right Livelihood, d’une valeur d’un million de couronnes suédoises (96 791 euros), sont destinées à poursuivre le travail des lauréats.

- Ce que les Etats-unis et l’Arabie Saoudite affectent de leur maudite alliance 7 novembre 2018

Le droit de la liberté d’expression, d’association et le droit de réunion sont quasiment inexistants au royaume dit gardien des lieux saints de l’islam. Voilà en outre un lèse-croyance qui se rajoute à une religion déjà malmenée par ses adeptes fanatisés et avec lesquels les Ibn-Saoud jouent aux manipulateurs.

Avec l’honneur du prix qui ne devait pas être remis à l’Arabie Saoudite, car la Suède est à la pointe des nations en mésentente avec le palais des despotes saoudiens. Mais l’action des 3 hommes ne pouvait être niée. Le prix est suivi par l’accompagnement d’une doléance destinée aux responsable de la monarchie qui est dans les « unes » des actualités en cette fin d’année 2018.

- Pour les combats au sol au Yémen, Al-Qaïda aux côtés des soldats de l’EAU 8 août 2018

Plusieurs faits dont la guerre au Yémen et la mort du journaliste Jamal Khashoggi, qui est aussi agent de la CIA et publiciste de l’islamo-terrorisme, mettent, à travers l’ensemble des supports de presse du Monde, Ryadh au-devant des médias. C’est aussi une manière de dénoncer la pire des monarchies arabes qui sont pléthoriques par rapport aux 23 pays dits du « monde arabe ».

La Fondation Right Livelihood Award se joint à Amnesty International pour appeler l’Arabie saoudite à libérer non seulement les trois lauréats, qui ont agi par des moyens pacifiques, mais également à cesser de harceler et de tuer des défenseurs des droits de l’homme et des militants.

La désignation des distingués saoudiens a été faite le 24 septembre 2018, avec un brin de surprise. Les lauréats saoudiens emprisonnés ont été représentés, le 23 novembre, par des membres de la famille d’Al Qahtani et du défenseur saoudien des droits de l’homme, Yahya Assiri.

- NOS ARTICLES SUR L’AFFAIRE JAMAL KHASHOGGI.

Image associée à la récompense Logo Nobel alternatif

Illustration.Jakob von Uexkull


Récompense les personnes ou associations qui travaillent et recherchent des solutions pratiques et exemplaires pour les défis les plus urgents de notre monde actuel.

Répondre à cet article