POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


23 144 bombes ou missiles utilisées par les USA en 2015



Vaines frappes ou bien juste l’entretien des conflits au Moyen-Orient ?


dimanche 6 mars 2016
par Gros Emile


Les Etats-Unis ne se demandent pas pourquoi les gens deviennent terroristes ? Depuis déjà 14 ans, du 11 septembre, ils traquent les islamistes armés, en vain. Le « sunnisme » est attribué comme nouvelle idéologie coranique, alimentant un sectarisme endogène à l’islam. Les USA ont frappé avec au moins 23,144 bombes et missiles en 2015, pour abattre des chefs meneurs d’hommes ou des Emirs seigneurs de guerre. Mais cela ne prévient pas l’apparition de nouveaux terroristes, au contraire...

Voir en ligne : Notre dossier : USA Etats-Unis


frappe américaine qui dit toucher les reserves... par Populi-Scoop

Plus simplement, les américains ne peuvent rien contre la multiplication de la haine qui leur est vouée, par leurs anciens alliés. Ils ont encore perdu une guerre qu’ils ont originellement enfanté contre le communisme d’Afghanistan ! Il s’allient maintenant avec les chiites, ce qui alimente aussi le clivage interne aux musulmans les plus fanatisés.


- L’aide des Etats-Unis à l’industrie d’armement d’Israël.
- Les armes à feu dans la démocratie yankee

Sources: estimation basée sur des forces combinées commandant de la composante Air 2010-2015 Statistiques Airpower;  Informations demandées à CJTF-Opération Resolve Inhérente Bureau des affaires publiques, le 7 Janvier 2016;  New America Foundation (NAF);  Longue Guerre Journal (LWJ);  Le Bureau of Investigative Journalism (TBIJ). Sources : estimation basée sur des forces combinées commandant de la composante Air 2010-2015 Statistiques Airpower ; Informations demandées à CJTF-Opération Resolve Inhérente Bureau des affaires publiques, le 7 Janvier 2016 ; New America Foundation (NAF) ; Longue Guerre Journal (LWJ) ; Le Bureau of Investigative Journalism (TBIJ).
Le nombre des combattants de l’Etat islamique sont toujours 30 000 hommes, d’après les divers suivis internationaux. Loin d’être justes, ces estimations sont différents chez les irakiens qui croient plus de 50 000 djihadistes opérationnels. Le pentagone dit avoir déjà tué plus de 25 000, depuis 2014, mais le nombre reste le même. Soit l’un reproduit l’autre, soit le monde des calculs, si inchangé, est illusoire.

Des données compilées par un certain Micah Zenko (ICI : sa fiche), un expert proche de l’administration américaine, ont démontré que les Etats-Unis interviennent, à longueur d’année, dans désormais 7 pays dans le Monde, pour tuer des terroristes. Ce chercheur est un universitaire qui a rejoint le « Conseil des relations étrangères », il construit des rapports officiels utilisés par l’administration.

Depuis plus de 10 ans, ils étaient six pays visés par les Etats-Unis : Afghanistan, Pakistan, Syrie, Irak, Yémen et Somalie à vivre des intrusions du Pentagone, faites en attaques de fiefs et refuges de terroristes. Avec la dernière l’intervention en Libye, le 15 février 2016, où a été abattu un groupe de djihadistes séjournant dans un camp d’entraînement, c’est le 7ème qui se rajoute.

Trois cibles principales organisations terroristes, constituent les points visés par les frappes d’avions et de drones américains. Pas seulement les militants d’#ISIS parmi les extrémistes qui sont dans le collimateur des États-Unis. Il y a aussi et toujours la chasse d’Al-Qaïda et des combattants talibans. Soit une vraie nébuleuse djihadiste considérée à l’origine de menaces de sécurité pour les USA et leurs alliés, ainsi que contre leurs intérêts communs.


- Le Pentagone veut son avion de la guerre des étoiles
- ESCLAVAGE MODERNE SOUS LES ORDRES DES GI’S

Pas moins de 23 144 bombes et missiles ont été utilisés en 2015 et déjà plus de 2.800 pendant uniquement le mois de janvier 2016, pour cibler l’ennemi qui n’est pas une armée régulière, mais plutôt une théologie guerrière. Plus de 90% des frappes se concentrent en Irak et en Syrie. Le nombre des civils dans ces attaques peut être élevé, selon les analystes et les groupes de surveillance.

Mais c’est là aussi que les plaintes pour « victimes collatérales » touchées sont, paradoxalement, rares. Les responsables américains soulignent régulièrement le succès de ces grèves. Un rapport des Nations Unies, de l’année dernière, a allégué que les frappes de drones américains au Yémen ont tué plus de civils que des agents d’Al-Qaïda. En Septembre 2015, l’aviation américaine a tiré sur un hôpital de charité dans le nord de l’Afghanistan, laissant une cinquantaine de morts : 30 patients et le personnel de l’établissement, ainsi que des dizaines de blessés.

Répondre à cet article