POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


RAFAH : le Checkpoint referme et n’a jamais été pleinement ouvert.



Après une semaine de réouverture du point de passage de Rafah, sa fermeture pour rénovation...


mercredi 8 juin 2011
par Azouz Benhocine


Ces confins égypto-palestiniens où se dressent de hauts grillages infranchissables, ont le point de Rafah, le seul, où il est possible de passer. Un poste douanier et militarisé où un grand portail est dressé et des gardes assurent H24 une surveillance qui a eu le temps, avec les ans, d’être d’une vigilance très serrée.

En fin de mois de mai, le 28, l’Egypte a ouvert le point de passage de Rafah qui donne accès sur la prison à ciel ouvert de Gaza. Mais dans des conditions peu reluisantes que comme elles ont été largement présentées.

La pression ne s’est pas faite entendre, les manifestants issus de la révolution du Printemps Arabe ont exigé la réouverture du seul point de passage de Rafah... En face, une autre pression, le colonialisme d’Israël soutenu par les USA qui fournissent quelques 2 milliards de dollars par an à l’Egypte, en contrepartie des accords de camp David.

Territoire où résident 1,5 millions de palestiniens sous un Blocus draconien imposé par l’occupant colonialiste, Gaza reste enclavée. La liberté de circulation révélée en fin mai, est restée piètre avec les insurmontables tracas. Le droit de passage vient d’être suspendu, après une semaine d’un assouplissement qu’une totale ouverture. L’obstruction, pour travaux de rénovation selon la version officielle, est effective.

Rafah : Le Checkpoint

Les palestiniens avaient remarqué, dès la reprise du libre passage, que les franchissements de cette frontière était très limités. Il fallait patienter de longues heures. Et dès 18 heures, les services de contrôle sont arrêtés et les attentes duraient longtemps. Car les traversées des personnes, qui ressentaient le maintien de la frustration, étaient dès le début restreintes et sélectives. La donne n’avait pas tellement changé, l’Egypte même en allégeant la situation reste dans les anciennes méthodes...

Selon des constats d’observateurs, autonomes de la grande publicité qui montrait une victoire, seuls 300 à 500 personnes par jour réussissaient à franchir check-pot de Rafah.

Alors les grands médias ne cessaient d’annoncer cette liberté de circulation, la réalité est restée beaucoup moins libérée que comme elle est d’ailleurs toujours présentée. Car des milliers de déplacements étaient contrôlés et réduits. Des gosses, des vieillards, des femmes âgées et mêmes des malades patientaient pour accéder à Gaza. D’ailleurs le plus prévisible des faits, n’est jamais tombé : la difficulté de sortir de Gaza. Car il y eu une légère facilité d’y rentrer, puis moins admise.

Les témoins parlent de la situation réelle au passage de Rafah, vidéo du 06/04/2011

La riposte face à cet arrêt, alors que la grande et officielle communication se réjouissait de la fin de l’isolation des habitants de Gaza ainsi que des visiteurs se dirigeant vers cette zone enclavée par un blocus policé, permettant des massacres comme lors de l’opération génocidaire dite « Plomb Durci », est venue des bloggers palestiniens.

Vraiment impuissants devant la médiatisation qui semble ne pas vérifier la réalité, les blogueurs n’ont pas cessé de dénoncer les compte-gouttes faits aux transitaires, dès la joie de la réouverture. Ils avaient modéré leur enthousiasme de l’annonce dès le début. Prise avec précaution par les palestiniens et les voyageurs, car la réalité est toute autre...

En effet même les malades, et de nombreux cas urgents, n’avaient accès à l’Egypte, malgré l’apparence qui disait bien le contraire. La pression de l’Etat hébreu pour maintenir le blocus, sous le prétexte de l’entrée des armes destinées au Hamas, ne s’est pas fait attendre. Dès le 3ème jour de la réouverture du seul point de passage de Rafah, les restrictions sont revenues.

Il n’y a eu que 2 jours où vraiment, il était libre de passer. Puis les choses ont vite changé. Dès le matin du 3ème jour quelques 400 voyageurs ont été renvoyés et à qui on a refusé le passage, après les avoir fait longtemps attendre. Puis arrive depuis le 5 juin arrive la rénovation...