POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’échec du multiculturalisme projette et induit plus de déracinement des émigrants.

Les beurs de France, sont-ils déjà français ou pas encore ?

lundi 21 février 2011
par Damien Djamel Bouch’Raf


Pour bien évaluer l’intégration de tous les Nacer, Fatima, Mohamed, Malika… qui sont de la 3ème génération de maghrébins vivant en France, le multiculturalisme vous répond de sa panne ruineuse. Serait-il seulement, ce concept « multiculturalisme » en rapport avec seulement la spiritualité ?

Ou bien, est-ce un multiculturalisme qui tisse vigoureusement des liens avec un ensemble de cultures, se partageant les espaces circonstanciels d’époque et de territoire ? « Le vivre-en-collectivité républicaine ! »

Sans considération aucune de la population, dont l’échec du « multiculturalisme » identifié Par l’allemagne de Merkel semble lui revenir et incomber, des assises sont préconisées par la majorité présidentielles, dirigée par Mr Sarkozy, pour le 4 avril, afin de redorer le blason de la république laïque. Un pacte social défini ou commenté AINSI :

Le contrat social de Jean-Jacques Rousseau Le contrat social, essai de philosophie politique, 1762. Rousseau établit que toute légitimité politique se fonde sur la communauté et la volonté générale. Ainsi, si nul n’a le droit d’aliéner au profit d’un autre sa liberté morale et civique, il est souhaitable que les hommes concluent entre eux un pacte, un contrat : l’individu renonce à une liberté absolue et se soumet aux règles dictées par l’intérêt général. En échange, la communauté garantit la sécurité de chacun et le respect des règles et des droits ainsi établis.

Rousseau s’inspire en partie des idées de Montesquieu et des théories de Hobbes et Locke. Le Contrat Social est essentiel dans l’histoire des idées politiques : les révolutionnaires, comme Robespierre ou Saint-Just y trouveront une source d’inspiration, ainsi que la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Nathalie Cros

« L’islam de France et non l’islam en France » , telle est la consigne que galvaude le président français en parlant de multiculturalisme. Quand est soulevée aussi, indirectement et par ricochet, cette communauté musulmane qui accumule tous les refoulements de sa présence en hexagone, suscitant mille et une passions. Est-ce vraiment un débat sur une religion ?


Onfray : le multiculturalisme est la seule bonne réponse
envoyé par noop. - L’info internationale vidéo.

Soumise à des harcèlements continuels de la part des opinions qui lui attribuent non seulement la délinquance remontée au stade d’insécurité, la communauté musulmane vivant en France est la cible préférentielle de tous les discours xénophobes. "Le multiculturalisme est un échec" sous-entend l’éradication da la seule particularité en rapport avec l’islam. Et qui recèle les populations, vivant l’exil intérieur dans les zones urbaines dites sensibles, à majorité maghrébine en France.

Les propos, généralement attribués à l’extrême-droite incarnée par le FN et, qui lui, les assument pleinement, sont officiellement et socialement usités. S’emparant d’un thème récurent « l’assimilation », tant désirée comme une aliénation de la personnalité de ressortissants d’un quelconque ailleurs. Il y a une forte exigence politique à convertir la mentalité des êtres, une dépersonnalisation !

Pour que devienne douloureusement l’émigrant conforme à l’être, autochtone, qui lui marque des hostilités fondamentales, un débat ! Dont la discrimination à l’embauche et l’accès à un habitat décent sont toutes faites, restent en second plan de cette assimilation. Le discours du FN est aussi celui d’autres partis, préférant le mettre au programme populiste électoraliste, et en taisant même les racismes d’une autre ère. La réalité répandue et perçue paradoxalement dans le quotidien des jeunes, elle parle d’elle-même. Il n’est pas facile d’être maghrébin !