Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Les services secrets du Maroc mènent la corruption au parlement (...)

Les services secrets du Maroc mènent la corruption au parlement européen.

Le "makhzen" paie des séjours et donne des chèques aux journalistes pour sa promotion !

mardi 24 janvier 2023, par Hugo Mastréo

Le Makhzen du Maghreb aspire à prospérer sans les moyens adéquats, ni même les ressources naturelles importantes. Mais avec la forme de délinquance colonialiste et expansionniste, au même titre que son allié Israël. Ce dernier est bardé de réseaux de lobbying consolidés ainsi qu’alliés par le critère et antécédent religieux. Et ces soutiens regardent bien qui se rapproche de leur protégé. Le royaume chérifien compte sur cette alliance pour atteindre les mêmes objectifs...

La corruption généralisée qu’entretient le Maroc est largement répandue à d’autres monarchies arabes. Le fléau sert actuellement à blanchir l’argent public détourné, en le déposant dans les banques du Golf Arabique. Faute d’avoir une influence soutenue comme celle de l’Etat hébreu, c’est cette abjecte et cynique méthode qui sert au Qatar qui cherche de l’influence. Et pour le palais du nord-ouest africain, se faire oublier avec ses moult ignominies et délinquances.

Le règne de la corruption est dans les rouages des Etats.
24 janvier 2022

Européens, Israéliens et Américains dans la corruption en Afrique.
13 janvier 2021

Le fléau au sein des rouages, auquel s’adonnent d’autres monarchies arabes, est connu et souvent critiqué par les médias honnêtes. Faute d’avoir une influence soutenue comme celle de l’Etat hébreu qui est basée sur l’Occident et l’argument religieux prétendant au lobbying, ce sont les chèques, les séjours touristiques et même la prostitution. Ce qui est assez cynique par rapport à celle du Qatar qui cherche de l’influence, l’impunité et le respect avec les pétrodollars.

Voici l’un des derniers votes au sein du parlement européen qui peut intéresser les enquêteurs de Bruxelles qui ont la charge de lutter contre la corruption transfrontalière. 356 voix ont été pour l’adoption du texte, du 20 janviers 2023, qui indique une mise en garde de l’UE pour le Maroc, à propos des journalistes accablés, comme en Algérie. La résolution concerne l’état de la liberté de la presse critique. Donc la résolution n’est pas liée à ce qui est la « QatarGate », où a été aussi révélé l’implication du royaume d’Afrique du nord.

Mais il y a eu aussi 32 contre la résolution ainsi que 42 abstentions. A se demander pour quelle motivation ces derniers ? En effet ceux-là sont les derniers à qui aucun argument n’est juste, sauf celui qu’une connivence peut être pressentie. L’affaire a été connue quand Francesco Giorgi, compagnon d’Eva Kaili députée de Grèce et qui siège à la tête du staff de l’élue, a affirmé, mi-décembre 2022, aux enquêteurs avoir fait partie d’une organisation utilisée à la fois pour le Maroc et le Qatar au sein de l’institution européenne.

Le texte est non-contraignant car c’est une demande en direction des autorités du palais "makhzénien" pour le « …respect la liberté d’expression et la liberté des médias… ». La résolution a été votée par la majorité des députés européens le 19 janvier à Strasbourg. Les eurodéputés demandent aussi au Maroc de « … garantir aux journalistes incarcérés … des procès équitables. »

C’est après le Qatar que cette histoire de corruption au Parlement européen s’est élargie au Maroc. Alors que maintenant le poids de la seconde monarchie arabe dans ce scandale pèse plus que celui de la première. Cette dernière du Golf arabique aspirait à calmer les ardeurs des dénonciateurs pour le vacarme de la coupe du monde du football…

Notre dernier article sur la corruption dans cette région d’Afrique : Pour corruption de SONATRACH, en Algérie, des amendes aux USA.
22 décembre 2022

Rapport 2020 de "Transparency International" sur la corruption en Afrique.
7 février 2021

D’une manière expéditive, le Parlement européen a, pour la première fois depuis éclater l’opprobre de la chancellerie continentale, en adoptant à la majorité un texte dénonçant une pratique fatale à leur hémicycle venant du Maroc. Ce texte appelle au respect de la liberté d’expression et dénonce le sort des journalistes emprisonnés.

On savait que la monarchie maghrébine du cannabis offrait des séjours touristiques à certains journalistes afin qu’ils soient publicistes informels qui font la promotion de la couronne aux yeux des occidentaux surtout. C’était un secret de polichinelle pour nombreux médias chargés de mettre sous les feux de la rampe le tourisme et cacher sous le tapis la nauséabonde corruption.

Les enjeux sont divers allant de fermer l’œil sur les faramineuses quantités de Cannabis déversées en Europe et ailleurs, alors que le Maroc s’apprête à légaliser l’usage. Jusqu’à réduire tout soutien au Polisario… Ces séjours hôteliers sont aussi agrémentés de chèques et d’autres cadeaux dont pour certains hommes des prostituées offertes par le palais lors de la présence sur place.

Parmi les lieux qu’évoquent les enquêteurs la Mamounia, hôtel des plus cossus de Marrakech. Il serait aussi le lieu où le politicien italien invitait ses confrères parlementaires et autres assistants. L’éloquent article du 16 décembre de l’année passée décrit les fastes offrandes du pays du Maghreb à l’ami Panzeri, le député européen d’Italie qui a opté à collaborer avec la justice.

Selon des connaisseurs, le modus operandi de la fraude, les arrangements financiers avec des États tiers et l’identité des personnes protagonistes de cette affaire ne peut aller plus. La corruption peut atteindre la justice qui fera taire et disparaitre cette diplomatie des enveloppes sous-tables, dite fallacieusement du lobbying, au détriment des institutions européennes.

Des diplomates, qui gardent l’anonymat, citent même l’ONU où son secrétaire Mr Javier Prez de Cualar a été, par le passé, soudoyé pour le conflit du Sahara occidental... Ce n’est pas de la diplomatie et encore moins du lobbying qui masquent les crimes des soutiens du Maroc au parlement européen. Précisément c’est le service des renseignements marocains (DGED) qui aurait été impliqués à un haut niveau dans l’influence des députés européens, selon Der Spiegel. Les contacts présumés dès 2019 existaient bien avant cette date pour d’autres cas comme des journalistes payés pour redorer la monarchie du cannabis !


Voir en ligne : Maroc & corruption

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?