Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > La vie d’une fille compte en Iran, pour changer la théocratie (...)

La vie d’une fille compte en Iran, pour changer la théocratie barbare.

Les citoyens aspirent à obtenir des libertés limitées par l’islamisme.

samedi 8 octobre 2022, par Rebel Kazimir

Les grandes manifestations, en Iran sous la théocratie, datent 2009 et 2019. Cette fois-ci, elles sont menées par des femmes et en particulier par le "Génération Z", les jeunes nés entre 1997 et 2010. Plus largement des personnes d’âges et de milieux socio-économiques divers se soient jointes pour démontrer une soiffe de liberté, avec bien le prétexte du foulard islamique.

Les manifestations en Iran ne s’estompent pas, après plus de 3 semaines que sortent les citoyens en quête de leurs droits et libertés. A ce stade, il serait peu judicieux de saisir la portée exacte de cette révolte principalement féminine. Alors qu’elle est charnière pour ce pays, et pour la pseudo-idéologie extraite d’une religion qui est à l’épreuve de réalités rationnelles. Et pour le monde qui observe c’est un fait majeur.

L’islamisme dénoncé avec le rejet féminin du Hidjab en Iran.
30 septembre 2022

Un sanglant carnage dit « vendredi Zahedan » en Iran, comme le nomment des ONG, a été commis à huit-clos. Dans la région proche de l’Afghanistan et du Pakistan, Sistan-Baloutchistan, on parle Baloutche est habitée par une ethnie minoritaire du même nom. Les forces de sécurité ont réprimé une manifestation qui avait éclaté après les prières du vendredi 30 septembre et depuis c’est un vrai massacre de plus de 80 Iraniens.

Après 43 ans de règne, le régime de Téhéran est ébranlé, avec l’affaire de Mahsa Amini, une fille âgée de 22ans. D’une manière ou d’une autre le pouvoir des Mollahs a l’habitude de réprimer cruellement le moindre souffle qui sorte du balisage ultra-policier basé sur la persécution. Il n’a jamais été admis que le gouvernement du fascisme vert change de cap sur le plan intérieur qui est celui de la charia obscurantiste.

Alors s’abat la sauvage répression puisée de l’islamo-terrorisme qui jalonne ce modèle de société. Le guide suprême Ali Khamenei s’exprima lundi, 3 octobre, après 17 jours de protestations. Il a affirmé, sans preuves, que les « émeutes » avaient été provoquées par les États-Unis et Israël. Mais il sait que ses auditoires ne le croient pas, car la majorité est consciente que les griefs sont légitimes.

Même si le régime théocratique ne tombe pas, l’Iran vient de changer. Ce pays emprunte désormais la version qualitative de la contestation du modèle de société cloîtré dans le dogme religieux. Sur le plan des querelles et objections face à la tyrannie rangée par les contradictions, la population connait maintenant la position peu ambivalente prise par nombreux, celle du non-retour en arrière.

Un an des talibans en Afghanistan : Russie, Chine & Inde relation en aparté.
6 octobre 2022

Outre le mécontentement local, la mort de Mahsa Amini , suite à son arrestation pour tenue vestimentaire non-conforme aux règles des mollahs, a provoqué l’indignation dans le monde entier. Il serait fastidieux de tenter de répertorier ou citer les soutiens de personnalités de tous les pays au mouvement populaire animée de la colère contre la théocratie de Téhéran.

Photo : Bulent Kilic/AFP via Getty

Les manifestations en Iran sont d’une ampleur qui n’a jamais été atteinte contre le régime actuel. Lequel, fermant certaines parties d’Internet dans le but de perturber le mouvement de protestation croissant, a riposté avec une violence inouïe tuant plus d’une centaine de citoyens parmi les protestataires. Les femmes, y compris les touristes, doivent porter un foulard depuis 1979.

La mort de la citoyenne a été justifiée par les responsables. Ils auraient d’abord déclaré que Mahsa était décédée d’une crise cardiaque et ont poursuivi en disant qu’elle souffrait d’épilepsie, une affirmation que son père a démentie. Le format de vie fixé aux femmes avec l’islamisme en général est de les différencier, des autres de l’humanité, avec l’accoutrement.

Le pouvoir conduit par Ali Khamenei n’arrive à juguler la sédition qui a prétexté la vie de la jeune citoyenne. L’occasion de se subvertir contre le modèle de société instauré par des fanatiques dans un pays isolé et impénétrable était attendue depuis des années. La réalité interne est assez inconnue, elle est aussi décriée pour l’hostilité envers les regards externes...

Mais il est impossible d’arrêter l’emprise des Mollahs et des sectes ou appareils qui sont à leur service. La plus haute instance militaire iranienne a donné pour instruction aux commandants des forces armées de toutes les provinces d’affronter "sans pitié" les manifestants qui sont descendus dans les rues.


Voir en ligne : Iran

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?