Accueil > Sports / Santé > Le réchauffement climatique favorise plus qu’il atténue les maladies.

Le réchauffement climatique favorise plus qu’il atténue les maladies.

La menace continuellement en expansion des effets sur le cadre de vie.

lundi 26 septembre 2022, par Jaco

D’emblée, cette explication précise que les GES (gaz à effet de serre) assurent l’équilibre entre le rayonnement solaire entrant et son corollaire infrarouge sortant. En conséquence leur excès dans l’atmosphère provoque le réchauffement. Les humains qui s’exposent à ces conditions les vivent comme une accélération des maladies par la transmission due à l’agitation générale de l’atmosphère. Et ces incidences climatiques, comme d’une météorologie intensifiée, participent à la destruction et au transfert...

Même si elle n’est pas directement à l’origine de maladies pathogènes, ou bien on n’a pas encore établi que la crise climatique provoque des maladies, les préparatifs montrent le contraire. Les menaces croissantes pour la santé humaine promettent de devenir plus complexes et coûteuses. Les changements des systèmes de santé présument des menaces probables.

Le réchauffement climatique ne jouit pas de mesures politiques, médiatiques et même scientifiques pour déclencher des démarches universelles qui arrêtent le cycle de croissance des températures provoquant des calamités dites naturelles. Les déceptions ne sont pas prêtes à s’arrêter, elles essaiment quand la brutalité des intempéries des saisons augmente.

COP-27 en Egypte, l’Afrique exposée sans moyens aux pires climats.
13 septembre 2022

En dépit des mobilisations des jeunes, des réactions diversifiées des scientifiques et des appels de journalistes pour des réponses à la crise climatique, les décideurs campent sur le confort de leurs positions acquises. Même les alertes de Mr Guterres, secrétaire de l’ONU, restent inaudibles quand les projets sont moins versés à répondre à l’urgence.

Il n’y a pas d’exception, tous les problèmes de santé qui sont d’ailleurs variés et ceux des richesses ou denrées qui manquent, sont liés au réchauffement climatique. Le masquage des cavités des voies respiratoires et la distanciation sociale ont endigué certaines maladies, donc la pandémie de COVID-19 a été peut-être ralentie, leur propagation, mais demeure le contexte où baigne la vie humaine.

Les témoignages des journalistes sur les perturbations du climat et leurs conséquences en frappes météorologiques ne cessent de se développer et de se multiplier. Oui il est question de sauver le monde pensent nombreuses des expressions. Les dirigeants des médias perçoivent une certaine concurrence journalistique dans cette alerte collective. Ce qui est une bonne chose.

Les événements météorologiques extrêmes impactent la géographie et les êtres. Ils modifient la couverture terrestre et perturbent les habitats des animaux grands et petits. Ce qui redistribue les moustiques, les tiques, les puces, les mammifères et les oiseaux qui ont été associés à des épidémies telles que la dengue, le chikungunya, la maladie de Lyme et le virus du Nil occidental.

Au sud, les journalistes voient le réchauffement climatique sans pouvoir agir.
1er septembre 2022

Dans une étude portant sur 375 maladies infectieuses, 58 % (soit 218) ont à un moment donné été aggravées par les aléas climatiques, ont révélé des chercheurs le mois dernier dans la revue scientifique Nature « Climate Change ». A l’opposé, 16% étaient parfois diminuées mais l’ampleur de ce risque reste mal quantifiée.

Le changement climatique brouille, voire complique, la façon dont les maladies infectieuses sont combattues par toutes les hiérarchies des praticiens de médecine. Ce qui rajoute une menace furtive ou difficile à cerner et incomprise pour la santé publique. Les vagues de chaleur, sécheresses, incendies de forêt et autres dangers physiquement vécus, apportent moins de soins que de maux comme dit au précédent paragraphe.

Le réchauffement combiné à une capacité accrue de l’air à retenir l’eau, accélère l’évaporation de l’eau du sol. Ce qui entraîne la sécheresse dans des endroits généralement déjà secs du fait de l’existence du phénomène. La sécheresse est donc de plus en plus excessive provoque donc des vagues de chaleur lorsque le transfert hautes températures dès que l’évaporation des dernières eaux fait cesser les atténuations de la chaleur.

La sécheresse et les vagues de chaleur engendrent les conditions idoines pour les incendies de forêt. Dans les endroits humides, la formation prompte de l’évaporation renforce les précipitations qui sont susceptibles de provoquer des inondations lorsque la pluie tombe sur les zones humides et sols saturés. Le réchauffement des océans augmente l’évaporation et la vitesse des vents, intensifiant les averses et la force des tempêtes. Les surtensions s’aggravent par l’élévation du niveau de la mer, qui à leur tour peuvent favoriser les inondations. Cycle infernal !

L’air ambiant modifié réduit les êtres qui y sont adaptés. Quand les changements sont forts et rapides les habitants, même humains, n’ont pas le temps de s’acclimater. Les changements dans la couverture terrestre naturelle est des aléas parce qu’elle peut être un émetteur direct de GES, via la déforestation et la respiration. Ce qui modifier la température via l’albédo et l’évapotranspiration... Un vecteur direct dans la transmission de maladies pathogènes via l’air...

Maladies pathogènes aggravées par les aléas climatiques. Consulter en détails et à la source.


Voir en ligne : Réchauffement Climatique et santé.

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?