Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > Une ado de 14 ans devant la conscience des juges en Algérie.

Une ado de 14 ans devant la conscience des juges en Algérie.

L’islam politique manipule des citoyens avides de dignité que de piété !

dimanche 26 décembre 2021, par Djamel Damien Boucheref

Sans moindre honte, les procureurs qui procèdent aux poursuites judiciaires à l’égard de l’adolescente Zerfa Sirine, semblent être sans conscience. Puisque c’est de cette conviction que s’exprime le droit. Mineur et fille de détenu, elle est poursuivie en justice pour attroupement. Donc c’est en raison de ses liens avec le mouvement antigouvernemental, qu’elle est harcelée.

Les trahisons du Hirak en Algérie sont multiples. D’abord celle du régionalisme clanique où l’hégémonie des opportunistes mêlée aux songes macabres des islamofascistes se voyaient déjà à la tête du pays. Mais celle des caciques du système est la vraie perfidie. Car une fois débarrassée du despote Bouteflika, elle leur a permis de se maintenir et reprendre le règne de la prédation.

Elle leur a permis de faire la répression qui s’emporte, depuis la chute de Boutef, à s’en prendre aux militants engagés. L’exemple d’une jeune fille âgée de 14 ans, originaire de la pittoresque ville d’Annaba, de l’est du pays, en est l’exemple de l’acharnement contre certaines catégories. Certaines de ces dernières subissent le sort du pire apartheid. La société civile qui rayonne le plus, est visée.

Sans projet, le Hirak d’Algérie figé par la meute des rentiers prédateurs.
14 décembre 2021

Avec 20 autres suspects, dans uniquement cette ville connue pour avoir eu un réseau des plus belles de salles de cinéma, surtout aux heures de gloire de Boumediene de la décennie 1970, cette fillette est sommée de comparaître devant le tribunal le 29 décembre. Elle sera face à la justice dévoyée, à l’instar de l’ensemble du pays, par un code pénal liberticide et antidémocratique.

Le père de la jeune fille est également en prison, pour son appartenance présumée au mouvement Rachad. Ce tentacule obscurantiste prolonge la nébuleuse islamiste qui revendique souvent des prétentions de lutte armée. Prétendant à l’opposition politique non violente, mais interdit par le gouvernement en 2021, cette organisation a sa composante liée aux crimes de la « décennie noire ».

Mais les mêmes autorités répriment globalement le mouvement de protestation, qui leur a permis de se maintenir affaires. Le Comité national de libération des détenus (CNLD) déclare que plus de 300 personnes sont actuellement en prison, pour des accusations liées au mouvement Hirak. Ce groupe qui effectue un formidable travail sur Internet ne cesse de dénoncer une dictature plus cynique.

Les manifestants sont retournés dans les rues à partir de février de cette année, avec le slogan fort qui dit «  Tebboune ramené par l’armée, n’a aucune légitimité  ». Mais la détermination des citoyens est confrontée à l’emprise des militaires et à la manipulation de la justice, avec une connivence des médias livrés désormais à la pire médiocrité, après avoir foulé le peuple de démocratisme.

Si les marches ont été suspendues l’année dernière à cause de la pandémie, la pression des tribunaux a aussi été très pesante et oppressive, ce qui les a réduites. Avec l’apport des aventuriers et des rentiers agglutinés derrière les mêmes autorités bureaucratiques incompétentes et corrompues qui ont servi durant des décennies, les faux dévots du nationalisme, l’Algérie retourne à la médiocratie !

Sourde inquiétude des pauvres, d’Algérie, pour les prix de produits de base.
28 novembre 2021

Selon une déclaration à l’AFP de l’avocat de l’enfant, Abdelhalim Khereddine, elle avait été inculpée d’avoir assisté à un « rassemblement non armé ». Cependant, son défenseur a soutenu lors de sa déclaration qu’il demanderait le report du procès. Car la responsabilité pénale ne peut lui être appliquée, puisqu’elle n’a pas 18 ans. Selon la loi, les mineurs devraient être jugés que par un tribunal qui leur est consacré.

Les souffrances des Algériens avides de liberté et de l’émergence de leur patrie sont encore plus atroces et injustes. Ces citoyens du plus pays d’Afrique sont attachés à l’espérance. Ils croient que le Hirak n’est pas terminé, étant donné que la répression continue. Mais hélas, leur mouvement n’avait prévu la riposte des bureaucrates. Et surtout il n’avait aucun projet, après la chute de ce qui a été combattu.

Cependant les incompétents bureaucrates qui ont ruiné ce pays par la corruption, succèdent au despote Bouteflika qu’ils ont d’ailleurs bien servi par le passé. Ils se sont accaparés le pourvoir, avec la bénédiction des militaires. Avec lesquels ils sont associés pour la même prédation qui persiste et vire à l’apparition du fléau de la cocaïne au sein même des castes des apparatchiks et oligarques.

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Algérie

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?