POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, (...) > Disparition des ânes en Afrique, leurs peaux transformées en (...)

Disparition des ânes en Afrique, leurs peaux transformées en gélatine.

Besoins en matières premières de la Chine en médecine traditionnelle..

dimanche 30 mai 2021, par Hugo Mastréo

En Afrique la disparition des ânes est constatée, la forte demande chinoise en est à l’origine de cette filière d’élevage devenue fructueuse. La puissance asiatique produit chaque année 5 000 tonnes de « ejiao », une gélatine pour médecine traditionnelle, une activité qui nécessite environ 4 millions de peaux. Ce chiffre est officiel dans les statistiques de l’économie de Pékin, alors qu’il exclut les exploitations informelles de cet animal domestique dans une industrie qui se destine à diverses marchandises.

Des pays ont souvent constaté la disparition d’espèces d’animaux domestiques, notamment les ânes. En Algérie, par exemple, cette baisse de la population des petits mammifères quadrupèdes ongulés, de la famille des équidés, a été attribuée à la présence des Chinois, prétendument pour les manger. Ils sont venus suite à des différents contrats économiques, de même qu’avec les pérégrinations de leur diaspora mondiale est estimée à 70 millions d’âmes.

Si un tel élevage est certainement plus simple, mais la nourriture en végétaux exige des volumes pour répondre aux besoins de ces bêtes, le rend plus délicat. Nonobstant c’est une idée d’agronomie qui mérite d’être mieux appréhendée, car elle permet, selon même notre publication, de produire un ingrédient de haute valeur nutritive et d’un prix inégalé sur le marché.

Chine : clonage à grande échelle des cochons.
mercredi 15 janvier 2014

La forte demande de ces animaux a des effets sur les sociétés humaines. Elle entraîne des crimes comme les vols des bêtes. Alors que les prix deviennent prohibitifs pour de nombreux agriculteurs qui ont besoin de cet animal, leur permettant de travailler avec plus de facilités leurs terres. La Chine est déjà connue pour les cornes de rhinocéros, la-voilà aussi pour le massacre des ânes.

Mais à l’origine, certaines nourritures et composants alimentaires coûtent vraiment chers. Et c’est la manière de les élaborer ainsi que le prix de la matière première qui en donne de telles valeurs. Environ 1,8 million de peaux d’ânes sont vendues chaque année pour la gélatine qui en dérive. En Chine elle est appelée « ejiao » et s’arrache quel que soit les enchères qui en découlent.

Cette précieuse matière visqueuse qui a de fortes capacités de concentration se vend environ 325 euros le kilogramme. Elle est utilisée dans diverses industries et présente dans bien des produits notamment de plusieurs variétés de l’alimentation. Populi-Scoop consacre sa publication à la population des bêtes de somme qui a accompagna les hommes : l’âne.

Des données de l’organisation britannique The Donkey Sanctuary, disent que la demande totale s’élève à 10 millions de peaux. Ces données positives maintenant montrées par la FAO pourraient être très différentes dans quelques années si la demande pour ces animaux continue d’augmenter, car on en tire cette ressource.

La viande conçue en laboratoire autorisée aux USA, de la science à l’industrie.
20 novembre 2018

Selon un rapport réalisé par la FAO (Fond Alimentaire de l’ONU) et publié dans Plos One, depuis 1997, le nombre d’ânes dans le monde a augmenté de 19%, passant de 40 981 873 à 50 451 887 animaux. L’Éthiopie a la plus grande population d’ânes du continent africain, avec 7,4 millions de têtes. Elle a construit deux grands abattoirs appartenant à des Chinois. Dont celui du comté de Baringo, au nord-ouest de Nairobi.

La Chine produit chaque année 5 000 tonnes de « ejiao », ce qui nécessite environ 4 millions de peaux. De plus, ce nombre exclut les personnes qui se procurent des peaux d’ânes illégalement. Le Burkina Faso et le Niger ont récemment interdit l’exportation des ânes. Cependant, d’autres pays d’Afrique ont légalisé le commerce des ânes malgré ses implications.

L’Afrique du Sud, le Kenya, l’Éthiopie, le Burkina Faso ou le Niger sont désormais les principaux exportateurs de ce précieux produit, peaux d’ânes, pour la médecine traditionnelle chinoise, ce qui a mis en danger les zones rurales de ces pays. La gélatine à base de peau d’âne ou « ejiao » est une substance utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise.

Sa consommation est une menace pour l’espèce, notamment en Afrique. Le Burkina Faso et le Niger ont récemment interdit l’exportation des ânes. Cependant, d’autres pays d’Afrique ont légalisé le commerce des ânes malgré les implications d’une surexploitation qui impacte d’autres branches de l’agriculture. Cette étude, source de notre article, alerte sur cet animal...

La gélatine n’est pas uniquement un produit de la médecine traditionnelle chinoise. Dans l’alimentation et les produits cosmétiques, elle a une place souvent incontournable. D’où la disparition des ânes en Afrique, dont les peaux, voire les animaux en entier, sont exportés en Chine. Ce qui a un effet négatif sur la vie des gens. Leurs activités agricoles deviennent plus pénibles, voire moins rentables aussi.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Chine

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don