POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Arts / Culture > Faible traitement judiciaire du pillage des vestiges archéologiques.

Faible traitement judiciaire du pillage des vestiges archéologiques.

C’est l’un des trafics transfrontaliers les plus fréquents et fructueux.

mercredi 23 décembre 2020, par N.E. Tatem

Un trésor biens archéologiques, jugé inestimable par les médias qui ont rapporté l’information dès le 17 décembre 2020, a été découvert en France chez un citoyen lorrain qualifié de pilleur. Les chercheurs déambulant sur des sites avérés, ou simplement des terrains, susceptibles de contenir des vestiges du passé, a été réglementée en 2010, alors que Frédéric Mitterrand était ministre de la Culture.

Depuis plus de surveillance de la part des douanes et l’éveil de certains lanceurs d’alerte intervenant dans ce domaine précis. Chaque année, en dépit de la faiblesse des moyens et du manque de vigilance à ce sujet, des dizaines de cas sont signalés, ici et là, de pratiques de fouilles illégales et pillages.

Les fragments de parchemins de la mer morte sont faux.
Mercredi 27 mai 2020

Une enquête a débuté en octobre 2019, lorsque le nommé Patrice a appelé Onroerend Erfgoed, l’Organisation flamande du patrimoine immobilier. Il lui a affirmé qu’il avait récemment acheté un verger de pommiers dans la ville belge de Gingelom et que, lors du nettoyage de la propriété, il avait trouvé 14.154 Monnaies romaines.

Ce principal protagoniste de la dernière intervention en France a une longue histoire de découvertes archéologiques, selon l’organe de presse hollandais De Standaard. Sa découverte de 5 250 pièces du troisième et quatrième siècles, qu’il aurait trouvé sur une route à Pierreville, en France, en 1993, lui a été autorisée et il a conservé son butin. Mais depuis il réveillé des soupçons.

Accumuler une fortune par tous les moyens est le propre des ambitieux, voire les aventuriers avides pécuniairement ont ce but. Mais ça reste abjecte d’avoir une telle appétence sans donner ou accomplir un labeur qui rend l’enrichissement mérité et légal. Certes tous les moyens sont bons, cependant la prise de biens collectifs est un délit.

101 personnes arrêtées et 19000 objets volés retrouvés dans le cadre de la répression internationale du trafic d’art. Et leur volonté de s’accaparer des objets de valeur historique, certainement pour les monnayer ou bien les garder par la ferveur des collectionneurs en est la raison.

Aide au patrimoine en Libye, un concours de l’ambassade des USA.
mercredi 21 octobre 2020

Les informations du genre ne sont pas été révélées par les médias. Sur le site Web d’Interpol elles y figurent mais n’intéressent pas. Avec l’arrestation en France d’un prospecteur qui est basé en Belgique et semble passionné par les objets dits « artefacts archéologiques », le sujet est devant des préoccupations des spécialistes et autres conservateurs des richesses culturelles.

À la suite d’une enquête conjointe des deux pays, Belgique et France, les autorités ont trouvé, en cette mi-décembre 2020, un trésor archéologique en la possession du Français et de sa mère qui vit dans le premier pays cité. Il s’avère être un chasseur de trésors l’un des plus grands pillards archéologiques de l’histoire européenne.

Vestiges de la diversité de l’identité algérienne
undi 3 novembre 2014

Il est accusé, au regard du volume des objets découverts à domicile, d’avoir ramassé illégalement et à grande échelle des biens culturels. Il prétend avoir déterré 14 154 pièces de monnaie romaine dans un champ belge qui lui appartient. Ce contrevenant est passible d’une peine d’emprisonnement et de centaines de milliers d’euros d’amendes douanières, selon les autorités françaises.

Son outil est un détecteur de métaux, ce qui est interdite en France, sauf dans le cadre de la recherche scientifique. Mais pas en Belgique, pour l’utilisation personnelle de ces instruments. Cette autorisation donne au chercheur le droit de conserver ses découvertes s’il est propriétaire du terrain où elles se trouvent.

Le suspect a déclaré avoir trouvé d’anciennes pièces de monnaie romaines dans son verger de pommiers en Belgique, mais les experts disent que c’est impossible. D’autant qu’il s’agit de quelqu’un qui a gardé une précédente trouvaille. Elles lui ont saisi, cette fois, plus de 27000 artefacts archéologiques, potentiellement pillés par un seul collectionneur en Belgique. Un pilleur récidiviste...

Vous voulez consulter des articles intéressants sur ce sujet des trafics des richesses archéologiques, voici le lien vers cette rubrique du site ArtNews

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Les plus anciens messages de réseaux sociaux du Web retrouvés.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don