POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > High-tech / Sciences > Avalé « Molnupiravir », stoppe, après 24H, la contagion au COVID-19

Avalé « Molnupiravir », stoppe, après 24H, la contagion au COVID-19

Pris par voie orale, il bloque la transmission du SARS-CoV-2 chez les furets

mercredi 9 décembre 2020, par Jaco

Le « molnupiravir » fait actuellement, en ce décembre 2020, l’objet d’essais cliniques avancés de phase II / III. Donc relativement récent, puisqu’il est encore expérimental, ce nouveau médicament est actif par voie orale. Les travaux de test à trois doses différentes toutes les 12 heures, pendant cinq jours chez des patients atteints du SRAS-CoV-2. Précisons que ce produit est encore à l’étape d’essai qui est aussi très prometteuse.

Ecouter l’article.

Originellement, il a été développé pour le traitement de la grippe. Cet antiviral Le médicament est pris par voie orale. Le traitement peut être démarré tôt pour un triple bénéfice potentiel, dès le commencement des sensations comme la fébrilité. Il permet d’inhiber la progression des atteintes qui entraînent les patients vers une maladie grave.

Les anticorps qui ont soigné Trump du COVID-19 autorisés par la FDA.23 novembre 2020

Parmi aussi ses vertus il raccourcit la phase infectieuse pour atténuer l’effet émotionnel et le coût socio-économique de l’isolement prolongé du malade. Ce qui permet globalement de contenir rapidement les contagions locales, rompant ainsi la chaîne de transmission. Ces contaminations peuvent avoir de fortes flambées.

Microbiologie de revue NATURE
L’analogue de ribonucléoside MK-4482 / EIDD-2801 administré à des fins thérapeutiques bloque la transmission du SARS-CoV-2 chez les furets

Actuellement la fin travaux d’essai sur des cobayes animaliers. Si les données basées sur le furet se traduisent positives chez l’homme, les patients de Covid-19 traités avec ce médicament pourraient devenir non infectieux dans les 24 heures, suivant le début du traitement.

Les scientifiques qui suivent cette nouvelle option médicamenteuse pour la COVID-19 pensent que les furets sont un modèle de transmission pertinent, car ils propagent facilement le SRAS-CoV-2 et en sont aussi gravement vulnérables. Et il est d’une famille de rongeurs très contaminants pour l’homme, mais la maladie est de moindre gravité selon les auteurs de l’étude. En France des élevages de visons ont été, dès septembre, détectés atteints infectés le virus a muté aussi lors de ce transit.

L’expérience est probante sur le processus de contagion. Les experts détaillent que des tests ont été effectués sur des furets et il a été observé qu’ils présentaient une réduction de la quantité de particules virales. Ensuite, ces furets ont été mis avec d’autres qui n’avaient pas été traités. Aucun des furets du deuxième groupe n’a été infecté par le COVID-19.

Des cyberattaques ciblant les institutions sanitaires pour COVID-19.
13 novembre 2020

Le « molnupiravir » est un médicament antiviral développé à l’Université Emory d’Atlanta par la société d’innovation pharmaceutique Drug Innovation Ventures à Emory (DRIVE), qui a été autorisée par Ridgeback Biotherapeutics et s’est associée à Merck & Co pour cela. Initialement la molécule a été conçue pour traiter la grippe et prévenir le virus en le copiant, en créant des erreurs lors de la réplication de l’ARN viral.

C’est la première démonstration connue d’un médicament disponible par voie orale qui bloque rapidement la transmission du SRAS-CoV-2. Donc elle pourrait changer la donne, d’après les chercheurs dans les travaux publiés dans la revue Nature Microbiology, que vous pouvez consulter au document ici.

Pour nos lecteurs, il est de saisir entre le vaccin pour COVID-19 pourrait signifier la fin de la pandémie. Et le médicament qui traite d’une manière primaire la propagation et atténue les symptômes lourds. Jusqu’à ce que la vaccination de masse soit disponible, il est vital d’arrêter la transmission communautaire.

Dans les premiers tests sur les animaux, le nouveau médicament antiviral MK-4482 / EIDD-2801 ou Molnupiravir, a réussi à supprimer "complètement" la transmission du coronavirus en seulement 24 heures, selon des études de l’Institut des sciences biomédicales de l’Université d’État de Géorgie. Laquelle a été reprise, comme ici par notre sujet…

Image : Crédit Unsplash.com

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Notre dossier COVID-19

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don