POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.

Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > nationale, fait politique, une et première page, médias, actualité, pays, (...) > L’accord de paix, pour la Libye, est fragile à cause des ingérences.

L’accord de paix, pour la Libye, est fragile à cause des ingérences.

Le cessez-le-feu est en place, son contrôle est entre les mains locales.

samedi 24 octobre 2020, par Azouz Benhocine

Il y a un préalable pour que le nouvel accord de vesse-le-feu en Libye soit définitif et qu’il soit vraiment respecté. Tous les ingérences militaires que l’une ou l’autre des parties a obtenu de leurs soutiens étrangers doivent également être suspendues. Jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement unifié soit en place, selon l’accord, le départ de tous les factions militaires étrangères est aussi une condition urgente. Bien sûr, toutes les unités militaires et groupes armés doivent se retirer des lignes de front et regagner leurs camps. Et tous les combattants et mercenaires étrangers doivent quitter la Libye, avant le 23 janvier, soit dans un délai de 3 mois.

Ecouter l’article.

Les dernières réunions entre Libyens ont été suivies de près par les Nations Unies en Suisse. Elles ont regroupé entre cinq officiers militaires de chaque côté représentant le GNA et l’ANL, après avoir tenu, il y a quelques jours, des entretiens préliminaires en Égypte. L’envoyée intérimaire de l’ONU en Libye est Stephanie Williams. Elle a suivi et avait exigé l’acceptation d’un cessez-le-feu. Les deux parties mettront en place un comité militaire conjoint qui formera une salle des opérations commandant une force limitée au personnel régulier qui prend part à cette démarche de paix.

- Aide au patrimoine en Libye, un concours de l’ambassade des USA.
21 octobre 2020

Les deux délégations militaires qui ont conclu l’accord se réuniront bientôt avec des sous-comités pour élaborer des détails sur des questions difficiles. Leurs objectifs sont le retrait des lignes de front, le départ des mercenaires et l’unification des forces armées. Puis une série de discussions politiques est prévue au début du mois prochain à Tunis. Cette nouvelle voie se rajoute aux moult tractations qui se sont déroulées ces derniers mois et semaines dans plusieurs pays. Des discussions en Egypte ont poussé à cette négociation, sous l’égide de l’ONU.

Depuis le renversement de l’ancien dictateur qui n’a pas réussi à créer une nation développée ni réduire le tribalisme archaïque, la Libye a plongé dans le désordre. Un accord historique a été signé le 23octobre 2020 en Suisse entre les belligérants pour un cessez-le-feu permanent et complet qui sera applicable à l’échelle nationale et avec effet immédiat. L’ONU a pour une fois joué un rôle déterminant., mais aucune assurance pour son respect...

D’emblée il faut préciser qu’au regard des données régionale, la trêve qui doit être prolongée, le plus longtemps possible, n’inclut pas les groupes « terroristes ». Cette condition est même émise par l’ONU qui a désigné des labels de criminels tels que l’EIIL (ISIS), qui est présent dans certaines régions du sud.

C’est la Mission de soutien des Nations Unies dans le pays (MANUL), qui a dirigé cette médiation, quand les autres diplomaties tentent de prendre des distances ou n’apporte aucune confiance aux parties locales en conflit. C’est l’un des rares actes courageux qui peut aider à garantir un avenir plus pacifique, pour tout le peuple libyen, s’il est respecté. Il a été accepté par les partisans du gouvernement reconnu par l’ONU à Tripoli. Ainsi que par ceux qui assiègent la capitale depuis des mois, suite à une offensive des forces de l’administration rivale de la soi-disant Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le commandant Khalifa Haftar.

Pour une fois les forces rivales qui s’affrontent pour le pouvoir, sans acceptation de partage, ont convenu d’un cessez-le-feu permanent et qui a effet à l’échelle nationale. Ses termes prévoient le départ de tous les combattants et mercenaires étrangers du pays le plus rapidement possible et dans un délai ne dépassant pas les trois mois.

- Un général en Libye face aux milices du terrorisme tribale et international.
21 avril 2019

Les confrontations les plus insoutenables sont généralement dues à des ingérences étrangères dans une Libye à la porosité incontrôlable. Souvent les mensonges et les manipulations sont fabriqués même de l’étranger, pour diaboliser l’un des 2 principaux camps en rivalité. Celui du maréchal Khalifa Haftar rejoint par le parlement élu à Benghazi ou bien celui du gouvernement officiel qui se veut proche de la secte des "frères musulmans".

La Turquie, à la barbe des instances internationales et des pays de la région du Moyen-Orient et d’Afrique du nord, a envoyé quelques 5000 mercenaires de diverses nationalités, mais ayant été opérationnels en Syrie depuis 2011. Ankara soutient le gouvernement installé à Tripoli et reconnu par l’ONU que dirige par le premier-ministre, Fayez al-Sarraj.

Selon les observateurs qui suivent cet accord et ses effets, il y aurait au moins des mercenaires de neuf pays. Ils combattraient en Libye pour le compte soit du GNA (gouvernement de Saraj), qui est soutenu par la Turquie, soit avec l’ANL, soutenue par la Russie, les Émirats arabes unis et l’Égypte. Ces présences étrangères causent de graves souffrances à la population. Comme elles sont de l’extérieur, elles risquent de ne pas adhérer aux termes du cessez-le-feu. Ce qui sera un problème dans les semaines à venir.

Les représentants des 2 parties libyennes identifieront tous les nombreux groupes armés libyens avec l’aide de l’ONU. Les ressortissants locaux seront identifiés pour intégrer leurs combattants dans les institutions étatiques. De équipes pour des opérations policières conjointes sécuriseront les zones d’où les forces militaires des deux parties se sont retirées. Les deux adversaires en Libye travailleront avec la mission de l’ONU, pour mettre en place un moyen de surveiller la trêve. Et elles ont demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies une résolution pour assurer la conformité.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Notre dossier Libye

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don