POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > Editoriaux / Opinion > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > Plus difficile d’entrer en Chine après la crise du COVID-19.

Plus difficile d’entrer en Chine après la crise du COVID-19.

Les voyageurs internationaux indésirables au pays où l’épidémie est endiguée.

lundi 16 mars 2020, par Azouz Benhocine

Ecouter l’article.

La Chine compte fermer ses frontières pour l’accueil des étrangers, pour cause du COVIS-19. Ce qui inverse les prédictions de l’exterminations des plus d’un milliards d’âmes, dont le pays ne cesse depuis déjà 30 ans d’intriguer pour son essor économique et les révélations de ses cultures. Plus difficile d’accès pour les arrivées de l’étranger, alors que les cas malades importés augmentent.

Nous préparons un sujet sur les Fake news sur le COVID-19, comme nous avons déjà mis en ligne des sujets sur cette crise. D’abord, il est nécessaire de préciser que les pangolins sont un suspect principal, pour l’origine du virus. Mais une multitude d’analyses génétiques n’a pas encore trouvé de preuve concluante. Alors que la mutation de l’élément dont est "CORONAVIRUS" est incontestablement établie. Son est sa contagion et ses capacités destructrices.

| image - Getty |

- COVID19 déclaré pandémie par l’OMS par la faute des irresponsables.
12 mars 2020

Les autorités continuent dans la tradition de leur gouvernance, en redirigeant tous les vols internationaux qui devaient atterrir dans son nouvel aéroport international de Daxing vers l’aéroport international de Pékin, l’ancienne infrastructure. Une assistance est offerte aux voyageurs qui transitent par Pékin et vont vers d’autres destinations intérieures.

Pour favoriser le contrôle et pour que de nouvelles contaminations ne se produisent pas, des mesures sont mises en place. Depuis le 10 mars, l’aéroport international de Beijing Capital a désigné la zone D du terminal 3 comme zone spéciale, pour les vols entrants en provenance de pays et de régions gravement touchés. Les espace sont ainsi aseptisés au fur et à mesure des passages…

Outre la vérification de la température corporelle et l’inspection des informations dans une zone d’environ 100000 mètres carrés, de la structure aéroportuaire. Une surface isolée des autres canaux d’arrivée des passagers, ce qui empêche les infections croisées à l’aéroport. A Shanghai 3 cas sont venus samedi en provenance d’Italie, de France et d’Espagne, des citoyens chinois vivant en Europe. Il porte à 15 le nombre de cas importés dans cette même ville très liée à l’occident.

L’ensemble des cas enregistrés par le système médical de Chine est de 80 844. Tous confirmés à partir du test instauré à cet effet. Aussi une indication mérite d’être dite, selon un décompte initial, 11 régions de niveau provincial sont totalement exemptes d’infections. Ceci est dressé après que la fin des derniers patients du COVID-19 ont été constatés en interne d’un pays qui a été accablé.

- Que révèlent les autopsies post-mortem sur le COVID-19 ?
1er mars 2020

- Connotation de haine et désinformation dans le Coronavirus.
14 février 2020

Dans la renommée région de Wuhan, le nombre de décès a augmenté de 10, le 15 mars 2020, avec seulement 4 nouvelles contaminations enregistrées samedi 14 mars. Il a atteint 3 199 à la fin du samedi, 14 du même mois, pour l’ensemble de la Chine. Dans la matinée du 16 mars, c’est-à-dire aujourd’hui où la province centrale du Hunan a également vu son dernier patient COVID-19 sortir de l’hôpital.

Il a été précédé par le sud-ouest de la ville de Chongqing. Qui est devenu hier la dernière région de niveau provincial à n’avoir plus de patients atteints de COVID-19. Après sa convalescence, le dernier malade, un homme de 52 ans, est sorti d’un hôpital vers 11 heures, selon la commission de la santé de la municipalité.

Le continent chinois, comme il et est même désigné par les médias locaux, a signalé samedi, 15/03, 20 nouveaux cas d’infection, contre 11 la veille. Ce sont les données officielles de la commission nationale de la santé. L’épidémie qui a commencé en janvier, est désormais face à une menace accrue de nouvelles infections venant de l’extérieur. La gestion continue de ralentir la propagation du virus au niveau national.

Ce qu’il faut savoir aussi, des régions entières, comme le Hubei n’a constaté aucune nouvelle infection pendant 10 jours consécutifs. Depuis le 27 février, aucun nouveau cas de COVID-19. Et c’est la situation dans 16 villes et préfectures en dehors de Wuhan, qui a de son côté connu une augmentation à un chiffre pendant ces quatre derniers jours.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don