POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


De la protéine dans la météorite "Acfer 086" ramassée en Algérie.



Allende et Acfer 086 aux polymères d’acides aminés origine extraterrestre.


mardi 3 mars 2020
par N.E. Tatem


Ecouter l’article. La première fois qu’une protéine venue de l’espace céleste a été trouvée, c’était dans une météorite du Mexique avec le bloc baptisé Allendé. Elle vient d’être davantage caractérisée dans la météorite "Acfer 086", ramassée dans le sud algérien et tombée il y a 30 ans. Soumise à la spectrométrie de haute précision et à la nouvelle méthode de calcul de la masse "MALDI", elle a révélé une partie de sa structure moléculaire. Maintenant est obtenue la certitude de l’origine extraterrestre.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

La protéine continue de questionner. Les thèses qui ont tenté de cerner sa composante, ses origines et ses effets, s’enrichissent. Voilà qu’une molécule protéinique extraterrestre est déclarée avoir été découverte en Algérie, à Tamanrasset (à Aguemour) sur une météorite tombée entre 1989 et 1990. C’est la première fois qu’une protéine complète est découverte sur un objet venu depuis l’espace.

- 2IBorisov, 2è objet provenant de l’extérieur du Système solaire, contient de l’eau mardi 5 novembre 2019

On penserait d’emblée à la viande, comme richesse. La biosynthèse qui s’est effectuée quelque part dans l’espace, comme pour créer des steaks artificiels, a été réalisée, ce qui est curieux. En effet, nous avons publié un article sur la viande conçue en labo (voir ICI), voilà donc un fait assez particulier qui incite à croire que la vie peut exister ailleurs.

Sur le numéro 71 du Meteoritical Bulletin, de septembre 1991, une liste de météorites a été dressée pour la période de 1987 à 1991, parmi lesquelles une nommée par les scientifiques « Acfer 086 ». Elle contient de l’hémolithine, une protéine météorique contenant du fer et du lithium. L’annonce est faite sur arXiv.

Donc qu’elles tombent du ciel n’est pas extraordinaire, seulement quand on ne sait pas que peuvent-elles bien comporter. Les chercheurs en astrophysique sont donc à présent certains que la protéine, d’acfer 086, est bien d’origine extraterrestre. Cependant, l’étude ne détermine pas (du moins pas pour l’instant) d’où elle provient exactement, si d’un organisme vivant par exemple, ni comment elle s’est formée, si c’est biosynthèse chimique qui l’a engendrée. L’avenir en déterminera plus…

Des études récentes sur la Station spatiale internationale ont démontré que les protéines devraient être plus faciles à fabriquer dans l’espace, en raison de la gravité réduite. Cet ingrédient, le plus important pour un processus biochimique menant à la vie, trouvé sur une "source extraterrestre", suscite le rêve de l’existence d’autres âmes sur d’autres planètes.

- Les derniers travaux du vaisseau spatial InSight de la NASA sur la planète Mars vendredi 18 octobre 2019

L’avenir de la cristallisation des protéines en microgravité est conforté, voire vérifié maintenant, bien avec l’idée de l’environnement de microgravité, comme étant si bénéfique à la formation de cet ingrédient servant dans la nutrition. Les météorites en fabriquent ou bien en sont dotées, n’explique pas tout. Quand c’est une histoire de milliards d’années ainsi que des distances incalculables traversés par ces pierres, la recherche sera ardue.

Plusieurs autres matières dont le cyanure, pouvant jouer un rôle dans la construction des molécules nécessaires à la vie. Le ribose, entre autres, est un sucre présent dans les compositions complexes et les acides aminés, parmi les composants organiques essentiels dans la formation des protéines.

Cette découverte est considérée un indice de la vie qui pourrait émerger ailleurs que dans le système solaire. Les polymères d’acides aminés observés dans la météorite "Acfer 086" ont été caractérisés par spectrométrie de masse. Avec une meilleure précision que par le passé, du fait de l’évolution des pratiques scientifiques.

L’analyse du spectre a pu établir une structure de chaînes de résidus de glycine et d’hydroxy-glycine, terminée par des atomes de fer et comportant des atomes supplémentaires d’oxygène et de lithium. Ce qui dans le contexte terrestre, est proposé pour être capable d’absorber les photons et de diviser l’eau en groupes hydroxyle et hydrogène. Une propriété quasi établie dans les protéines.

La page de la météorite acfer 086, auprès du répertoire des objets extraterrestres qui sont étudiés : ICI.

Modèle de la molécule extraterrestre découverte par les chercheurs sur la météorite Acfer 086.
- En haut : illustration avec un mode dit de remplissage d’espace.
- Au centre : balles et bâtons.
- En bas : vue agrandie du fer ainsi que des terminaisons (oxygène et lithium).
- En blanc = H (hydrogène),
- en orange = Li (lithium),
- en gris = C (carbone),
- en bleu = N (azote),
- en rouge = O (oxygène)
- et en vert = Fe (fer). Les liaisons hydrogène sont représentées par des lignes pointillées. Crédits : Malcolm. W. McGeoch/ Sergei Dikler/Julie E. M. McGeoch/ arXiv

Répondre à cet article