POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Une IA (Intelligence Artificielle) de google améliore la lecture de (...)

Une IA (Intelligence Artificielle) de google améliore la lecture de prospection du cancer des poumons



La détection précoce, le dépistage primordial permettant l’atout de traiter à temps.


mercredi 22 mai 2019
par Gros Emile


Dans la publication des résultats d’une recherche, en médecine nouvelle, publiée aujourd’hui dans "Nature Medicine", un modèle d’apprentissage automatique (IA = Intelligence Artificielle) a permis d’améliorer la prédiction d’un cancer des poumons. C’est déjà le détecter mieux que par l’ancienne méthode de radiologie, effectué par radiologie manipulée par l’humain.

Voir en ligne : Notre dossier : IA "Intelligence Artificielle"

Identifier et localiser le tissu malin dans les poumons nécessite des capacités et a l’effet d’intervenir précocement. C’est un nouveau modèle de prospection qui sera mis à disposition via l’API Google Cloud Healthcare, à mesure que le géant d’Internet poursuit ses essais et des tests supplémentaires, avec des organisations partenaires, que les résultats seront déployés, connus du public des praticiens et en bénéficiera aux patients.

L’IA (Intelligence Artificielle) continue de trouver des applications, notamment dans l’automatisation des gestes qui sont d’une délicatesse très poussée. Ces actes où intervient l’humain de haute formation sont une suite insoutenable d’actes récurrents, devenant une ennuyeuse routine. Ils sont fréquents en médecine.

- L’un de nos derniers articles : Opportunité de GOOGLE pour certifier des compétences numériques en Afrique 2 mai 2019

Avec leur exigeante habilité, tels des mouvements et autres actions bien intentionnés pour vaincre le mal et où l’appareillage à être de plus en plus perspicace. Alors y participe à leur maîtrise, voire à leur amélioration, des moyens qui sont robotisés, obéissant aux commandes pointilleuses et réglés par l’ordinateur tenant à diverses riches ressources le faisant fonctionner.

Google s’est toujours intéressé à plusieurs domaines de haute technologie ainsi que du secteur médical. Ce n’est pas le premier cas où le moteur de recherche qui appartient à un mastodonte appelé « Alphabet » participe à des travaux scientifiques dans la détection et le traitement du cancer.

L’ année dernière, des chercheurs de l’Université de New York ont utilisé Google Inception v3 : voir ICI, qui est un outil d’automatisation en informatique, pour détecter le cancer du poumon. Aussi la conception de traitements de médecine de précision obéit justement à une intervention de grande qualité. Outre l’apport de compétence, c’est aussi un amoindrissement évident du coût.

Pour l’un des cancers les plus répandus, slon l’OMS (voir ICI) celui des poumons, les chercheurs Google sur l’IA travaillant avec Northwestern Medicine, un hôpital et université que nous avons citée dans notre article sur le classement des établissements d’études supérieurs, ont créé un modèle d’IA capable de le détecter, avec des performances, de loin meilleurs que ceux des dépistages des radiologues humains.

- Des professions en voie d’extinction à cause de l’IA (Intelligence Artificielle) 9 avril 2019

Pour les analystes de cette nouvelle technique, cette méthode faisant intervenir une machine ayant appris sur diverses constructions, le commentaire est tranchant : l’IA est meilleure que celle d’un humain ayant en moyenne huit ans d’expérience, selon la presse en ligne qui a rapporté cette prouesse.

A titre comparatif, l’analyse d’un seul scanner, le modèle de l’IA a détecté les faux positifs du cancer 5% plus souvent en moyenne qu’un groupe de six experts humains qui était 11%. Ce qui réduit la marge d’erreur. Les humains et l’IA ont obtenu des résultats similaires pour dans la visualisation des tomodensitométries antérieures.

Voilà comment se présente cette avancée, d’après une communication d’un responsable, chef de produit, de Google, Shravya Shetty, dans son blog : «  Le système d’intelligence artificielle utilise l’apprentissage de la machine. Il compile les visions en 3D. Ce qui étudie des observations volumétriques et permet donc d’analyser l’anatomie complète du scanner thoracique. Ainsi que des correctifs basés sur des techniques de détection d’objets identifiant des régions présentant des lésions malignes  ».

Répondre à cet article