POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Taghit perle du Sahara algérien face aux réalités qui frappent par la mosquée



L’imam et le tourisme, le 1er crie à tue-tête pour empêcher le sommeil du 2ème qui aspire au repos


lundi 31 décembre 2018
par Damien Djamel Bouch’Raf


Quand les discours extrémistes et notamment celui de l’abrutissement politique sont officiels, la société ne fait qu’exprimer les instincts qui lui sont inoculés. Le Sahara algérien, le plus vaste désert du Monde, devait être paradisiaque pour ces somptueux paysages. D’abord il faut résoudre les contradictions sociologiques, avant de laisser croire à une quelconque harmonie. Nous préparons actuellement deux investigations, dont l’une sur le tourisme algérien. Voilà donc qu’arrive ce fait ahurissant ! La seconde concerne les logements construits ces dernières années...

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Mais quand les administrés ont enfanté l’une des plus macabre hécatombe terroriste de l’Histoire contemporaine de l’humanité, les pulsions criminelles s’ancrent. Et puis lorsque les dirigeants sont d’indécrottables incompétents, l’Etat perd sa teneur de puissance publique pouvant ordonner la paix. Les habitants du sud algérien étaient connus pour leur hospitalité, mais nous y voilà à vivre le contraire, pleinement la face qu’on ne saurait cacher !

- Le tourisme algérien étudié dans un rapport du FEM (Forum Economique Mondial) 13 mai 2015
- Le tourisme algérien : emblématique des ravages multiples 16 février 2014

Une « fetwa » contre le tourisme ponctuel de la fin d’année en Algérie. D’emblée nos questions : quelle plainte sera émise à l’encontre des auteur(s) ? Ce sabotage de l’économie, de la convivialité et de l’image du pays, demeurera-t-il impuni ? Et quel jugement sera fait à ces comportement que s’ils ne sont punis pour l’exemple, seront eux le modèle à suivre en matière de violence ?

Voilà donc ce que réserve l’Algérie profonde, et pas n’importe laquelle, à ses visiteurs ! Taghit devait être un haut lieu de plaisance et une oasis de joie qui dégagerait des effluves de liberté. Située à 1 200 km au sud-ouest de la capitale Alger, depuis des années cette bourgade des sables avait une indélébile empreinte d’exotisme et d’esprit festif.

Maintenant son image est comme le désiraient les beaux discours de concorde entre l’obscurantisme des sbires et le faux patriotisme des corrompus. Les visiteurs qui ont été contraints de rebrousser chemin, devraient recevoir les excuses des responsables et autres cannibales de la gestion infréquentable.

Des familles devaient séjourner pour fêter la nouvelle année 2019. Elles ont été accueillies avec la méchanceté des bédouins, toujours affolés d’imposer leur ruralité insipide. Par un passé récent ces vandalismes avides d’animosité ont créé le terrorisme et l’ont même exporté jusqu’en Afghanistan, pour massacrer des populations paisibles et ne pouvant se défendre que par des institutions.

- Algérie : le complexe économique du vin algérien 22 octobre 2013
- Algérie : l’or rouge des côtes. 7 octobre 2013

Même la complaisance d’une presse sans moindre scrupule, en rapportant cette affaire d’agression caractérisée contre des personnes, peu importe qu’elles soient algériennes ou pas, cite que des « citoyens » ont barré la route. Pardi ! Quelle citoyenneté méritent-ils ces vandales sortis des ténèbres barbares ?

Ceux qui ont chassé, dimanche 30 décembre, les vacanciers du nouvel an, ont été incités par un imam, selon diverses sources. Quelques-unes des indications locales, que nous avons essayé d’avoir, restent sans commentaires. Ne pouvant dire, si elles ont peur des répressions ou bien si leur incompréhension les laisse pantois !

Selon ces agences et lieux d’accueil, une fatwa promulguée par un imam a incité plusieurs dizaines de jeunes et d’autres assez âgés pour bloquer le passage routier en mettant des blocs de pierres. Ce qui a empêché les plaisanciers de rejoindre leur destination, l’oasis et ses dunes dorées. Ce n’est pas la 1ère fois que des prêches religieux ont des connotations incendiaires pour mobiliser la foule. Et quand la mosquée rayonne, ça va de soi !

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article