POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


93 enfants du sahel africain découverts dans 2 réseaux de mendicité à Alger



Le refoulement au Niger d’où déclarent venir les migrants, nombreux séjournent sans dessein en Algérie


lundi 19 novembre 2018
par Damien Djamel Bouch’Raf


Dans une dépêche de l’APS datée du 18 novembre 2018, pas moins de 90 enfants, tous d’origine africaine, ont été découverts dans 2 réseaux de mendicité. L’article de l’agence algérienne a pour source un communiqué des services de la wilaya (département) de la capitale. Plus précisément, il s’agit de 93 cas de très jeunes individus qui ont été libérés d’une traite humaine grave que l’Algérie découvre.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Dans des médias africains, notamment marocains et sénégalais, il a été fait allégation, lors de l’été dernier, qu’en Algérie l’esclavage toucherait des migrants, comme en Libye qui reste, même dans ce pays où règne le chaos, à vérifier. Les services de sûreté, notamment la gendarmerie nationale a multiplié ses recherches pour dénicher de tels cas. Où trouver, des personnes d’origine africaine qui soient pris par des délinquants pour travailler sous contrainte dans l’agriculture ou bien des secteurs informels, en vain, toutes les recherches n’ont rien trouvé...

- L’armée algérienne déploie 80 000 hommes aux frontières du sud... 22 juin 2018

Voilà que tombe donc cette affaire, d’enfants qui se livrent à la mendicité dans la capitale. Cette filière a été découverte par les services de police de la wilaya d’Alger. Dans le cadre des efforts de lutte contre la migration clandestine, ainsi que les réseaux de traite humaine, l’exploitation de cette marmaille, dont la bonne centaine est d’origine nigérienne. Ce qui offre l’occasion à l’administration algérienne de traiter avec efficacité la situation de présence sur le sol national, dans une extrême précarité, de populations africaines.

Une première opération a permis la récupération et la reconduite de 39 enfants, tous de nationalité nigérienne. Ils ont été libérés des mains d’une bande, dont l’origine n’a pas été précisée, qui s’adonnait à cette traite humaine. Elle les exploitait à quémander l’aumône, plus souvent dans les rues des communes de Mohammadia et Bab Ezzouar. Ces jeunes ont été transférés à Tamenrasset, afin de leur faire regagner le Niger, d’où ils disent être parvenus à pénétrer dans l’illégalité l’Algérie.

Pour la seconde action policière, qui a eu lieu jeudi 15 novembre, elle a permis la récupération de 54 enfants, de nationalité nigérienne aussi. Il s’avère que 28 d’entre eux sont orphelins. Leur champ de mendicité sont les communes de Bir Mourad Raïs et Bab Ezzouar. Le plus souvent, ils étaient en compagnie de deux hommes de nationalité nigérienne. Ces cas ont été pris en charge dans les centres d’aide sociale pour personnes sans-abris, dans la commune de Dely Ibrahim, selon le communiqué. Ce dernier a précisé que les enfants jouissent d’une bonne condition physique et psychologique.

- Forte pression aux frontières d’Algérie et le choc pour esclavage de migrants... vendredi 1er juin 2018

La diplomatie algérienne s’est attelée, depuis ces dernières années, à trouver une destination de retour aux africains qui traversent son sol, sans documents de voyage comme les passeports. Les autorités militaires diffusent quotidiennement des communiqués où elles annoncent avoir appréhendé des migrants illégaux dans diverses villes et régions. La reconduite aux frontières des ressortissants nigériens qui sont rentrés en Algérie illégalement, intervient à la demande du gouvernement nigérien, d’après la dépêche de l’APS.

Le fléau de la mendicité, à laquelle s’adonnent des enfants, touche nombreux pays africains. Le cas du Sénégal où des marabouts et des écoles coraniques qui, jouant le rôle des structures d’accueil de type orphelinat, utilisent des foules de jeunes pour se trouver des ressources. Et afin de les héberger dans des conditions qui restent lamentables. Ces pensionnaires sont tous délaissés par leurs parents.

Plusieurs médias ont cité ces établissements "sénégalais" afin d’alerter sur la misère où ils végètent, quand la démission des responsables s’aveugle éternellement à ignorer ces foyers de grandes difficultés sociales...

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Nous organisons des sondages, merci de vous inscrire à nos panels.

Répondre à cet article