POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La surveillance des aéroports des USA par « Quiet Skies » intéresse les analystes

Après le 11 septembre 2001, la grande vigilance veut calmer le ciel américain

mercredi 1er août 2018
par jaco


Le renforcement de la sécurité des aéroports américains va crescendo, elle plus étroite sur des lignes qu’elle juge potentiellement plus risquées, ou sur des vols avec un passager figurant sur une liste de surveillance pour terrorisme. Une nouvelle mission qui, selon certains policiers des airs, va au-delà du mandat du "US Federal Marshal Service". Elle s’appelle "Quiet Skies" (ciel calme), cette initiative, lancée en mars, soulevé des inquiétudes au sujet des douzaines de policiers.

Voir en ligne : Notre dossier USA États-Unis

Il y a quelques mois les médias occidentaux montraient leur étonnement et écœurement pour une visualisation, et la notation conséquente, des citoyens chinois qui se déplacent dans les rues. Le même genre de caméras est utilisé contre la délinquance partout dans le Monde. C’était comme la dénonciation de la dictature en Chine et la haute surveillance pour réduire les libertés. Mais derrière cette réalité asiatique, il y a un dessein pour améliorer le civisme dans la voie publique.

Le « TSA » (Transportation Security Administration) aux Etats-Unis concerne la sécurité interne de la fédération des 50 Etats. Elle n’a pas nié, ni confirmé l’existence de son nouveau programme qui a été décortiqué avec l’aide du personnel policier qui y travaille, par le journal "The Boston Globe". Vous pouvez lire l’enquête de ce média américain ICI. Comme il n’a plus effet en dehors des aéroports, l’écoute des appels des cibles ou le suivi n’est continue.

Mais il s’intéresse aux personnes auxquelles vous parlez, à votre douche et à d’autres futilités dont vous ne soupçonnez pas l’importance. L’affaire Snowden de triste mémoire, l’employé de la NSA, la filiale consacrée à l’espionnage ciblé des populations, des responsables et des entreprises, nous a tout appris. Depuis le lanceur d’alertes, classé traître, se réfugie en Russie pour échapper aux tueurs et au semblant de justice de son pays les USA.

Il comme nouveau programme « Quiet Skies », car plusieurs autres ont été essayés et appliqués depuis les attentats du 11 septembre 2001, est en vigueur depuis, mars d’après plusieurs sources, les derniers mois. Il utilise apparemment un algorithme inconnu, pour signaler les cas d’individus, sans aucun casier judiciaire et devront être surveillés dans les vols intérieurs.

Selon les médias américains, les policiers de l’air chargés de cette surveillance n’ont aucune liste de personnes soupçonnées, ni indications montrant même la nécessité d’un seuil de vigilance. Il consiste selon les dires des commissaires fédéraux le pilotent, les voyageurs sont surveillés depuis qu’ils sont au sol puis en l’air, pendant leurs vols. Tout comportement suspect est signalé à la TSA.

Voici par exemple les détails comportementaux qui suscitent une vigilance chez les agents qui sont des officiers, chargés de cette mission policière qui fait débat actuellement.
- • Inverser ou changer de direction et / ou s’arrêter en transit à l’aéroport
- • Tenter de changer d’apparence en changeant de vêtements, en se rasant, etc., à l’aéroport ou dans l’avion
- • Utiliser la réflexion dans les vitrines pour identifier la surveillance
- • Observer la zone de la porte d’embarquement de loin
- • Embarqué en dernier
- • Observer d’autres personnes qui semblent observer l’équipe de FAM et / ou le sujet

Mais quand on suppose qu’un suspect est identifié par la TSA, il devient une cible Quiet Skies, une fois qu’il est client ou accède aux lignes intérieures des Etats-Unis. Une équipe de commissaires de l’air a la tâche de surveiller chacun des mouvements de cette personne, dans l’aéroport. Ensuite les surveillants voyagent avec elle, en notant tout, y compris combien de fois elle a utilisé les toilettes et tenter de savoir si elle a ou non un regard froid et pénétrant.

Répondre à cet article