POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > 9% des comptes twitter éliminés, que secrète l’avatar fictif d’un profil (...)

9% des comptes twitter éliminés, que secrète l’avatar fictif d’un profil anonyme ?

Les spams des comptes robotisés balayés avec les inactifs venus pour frapper opportunément !

samedi 14 juillet 2018
par Hugo Mastréo


Que cela offusque certains tenants des hauteurs de la communication, Twitter est devenu non seulement le réseau où se partagent les informations les plus pertinentes, mais aussi une source pour les diffuseurs et commentateurs de l’actualité. Le roi du "microbloguing" doit la teneur inégalée de ses courts messages, de 280 caractères pouvant être expédiés par SMS, depuis que nombreux officiels, à l’instar des deux locataires de la Maison Blanche, Obama et Trump, l’utilisent pour s’exprimer...

Voir en ligne : Notre compte TWITTER

Alors que les utilisateurs du Web et spécifiquement ceux des réseaux sociaux deviennent lunatiques pour leur vigilance en matière de données qui révèlent leurs affaires personnelles, Twitter s’est attaqué aux faux comptes en les désactivant. La plate-forme au logo de l’oiseau bleu, a purgé la présence de ses utilisateurs, en liquidant les faux et malveillants dans le but de rendre l’usage accueillant pour de vraies personnes.

Twitter a déclaré qu’il supprimera les comptes suspects en les verrouillant, refusant ainsi l’accès à leurs propriétaires. Cela signifie que les utilisateurs, de ce canal de sociabilisation par l’échange des idées, verront vraisemblablement une réduction de leur nombre de suiveurs, l’opération est effective depuis le 11 juillet 2018, date du communiqué. Le changement n’affectera pas les adhérents actifs, ayant une présence, au maximum, mensuelle.

Depuis des années déjà que Google ou d’autres mastodontes d’Internet exigent des inscriptions individuelles de personnes ou d’entreprises… Les avatars qui cacherait les portraits physiques sont aussi employés, à titre de faux pseudonymes différents de ceux des artistes, pour cacher ces intervenants nocifs tant à la convivialité, qu’à l’engagement pour des causes nobles. Ce sont même les moyens de prédilection des « hackers » (pirates).

C’est pour cela les trolls qui se distinguent par leur anonymat ont été petit-à-petit mis hors d’état de nuire, mais il en reste encore quelques nuisibles cas que les internautes évitent instinctivement, avec eux, la mise en contact. En outre les règles de Twitter qu’il ne faut pas enfreindre, consulter ICI, mérite le détour pour tous. Elles prônent comme chez Google ou Facebook que les comptes doivent effectivement être liés à des personnes et en cas, d’économie comme le marketing, avoir un représentant d’entreprises sur les réseaux.

Certaines sources tels les médias des Etats-Unis où généralement les réseaux sociaux ont leur centre de décisions, ont avancé le chiffre réel de 70 millions de comptes supprimés en mai et en juin sur Twitter. En conséquence, les actions en bourse de la société ont dégringolé. Mais comme tout optimisme d’entrepreneur, l’impact de confiance est plus consolidé, ce qui a effet positif pour l’avenir.

Pour les trois premiers mois de l’année 2018, Twitter comptait quelque 340 millions d’utilisateurs qui interagissent au moins deux fois par mois. Puis est arrivée l’exclusion d’une partie qui représente, selon des évaluations de Twitter lui-même, de 9% des comptes ouverts. Les plus fictifs créés pour interagir avec d’autres ou ceux inactifs depuis plus d’un mois qui ont servi dans des actions puis sont inertes et inutiles.

Il y a une catégorie de comptes que Twitter tient à s’en débarrasser inéluctablement, ce sont ceux employés par des robots à des fins de multiplier les échanges. L’automatisation de la distribution de l’information sert à accroître sa visibilité, ce donne teneur à nombreux « #FakNews » destinés à manipuler l’opinion. La caractéristique de « spam » pour une quantité massive de messages a été trouvée dans pas moins de 10 millions de comptes Twitter.

Répondre à cet article