POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


En Libye, les traces de Belmokhtar disent qu’il court toujours

Depuis son retour d’Afghanistan, il fait courir plusieurs services de sécurité

samedi 16 juin 2018
par Rebel Kazimir


Deux islamistes armés faisant sources d’informations aux forces libyennes ont confirmé que Belmokhtar, plus connu sous le nom de "L’Aâouar" (le Borgne), œil perdu en Afghanistan, est bien vivant. Dans ce pays de l’Est africain il a été donné mort en 2015, il s’en est sorti vivant et gambade actuellement dans des pays comme le Tchad, le Niger et le Mali. Les experts de la sécurité algérienne confirment, s’il était éliminé ça se saurait. Car il est polygame, marié à plusieurs femmes de cette région, où il agit depuis la fin des années 90. La nouvelle aurait été colportée au sein des tribus où ne manquent pas les points de renseignement...

Parmi les survivants des terroristes qui ont fait l’Afghanistan pour le compte de la CIA et de l’Arabie Saoudite, l’algérien Mokhtar Belmokhtar. Il revient sur scène ces jours-ci pour des renseignements recueillis dernièrement à son sujet en Libye. Sur indications sécuritaires libyens donnés aux islamistes armés, El Majalaa, magazine saoudien basé à Londres, rapporte que Mokhtar Belmokhtar est toujours en vie. Contrairement aux affirmations américaines qui l’ont donné pour mort à plusieurs reprises en 2013, 2015 et 2016.

Quand on se demande comment cet individu a rejoint l’Asie, parmi un contingent dépassant les 20 000 de ses compatriotes algériens ? On se rappelle les homélies de l’Imam égyptien El-Ghazali qui prêchait le djihad, sous les ordres de Messaâdia, Chadli et Mehri, à la TV. De même la place de la religion qui bannit les activités culturelles et la liberté de la femme est à outrance, plus que dévastatrice...

La filière algérienne d’Afghanistan a constitué le second contingent en nombre de combattants après les pachtounes locaux. Le rapatriement de ces milliers de djihadistes a été spontané, sur décision personnelle des concernés comme Belmokhtar. Il a été aidé par les islamistes comme Mahmoud Nahnah qui se vantait d’avoir ramené ses frères à la mère patrie. Ce qui a fait la décennie noire classée une hécatombe des plus barbares de l’Histoire contemporaine de l’humanité.

Artisan du ralliement des djihadistes algériens à Al-Qaïda dès1994 , Belmokhtar était des rares deux ou trois algériens à contacter Benladen, alors basé à Khartoum au Soudan. Ce dernier voulant se rapprocher du Maghreb, était accueilli en Afrique par Omar El-Bashir. Il envoya en 1998 un émissaire des contacts afghans de Belmokhar, un certain Abou Mohamed al-Yamani qui a été reçu sur le sol algérien par le lieutenant du GIA et conduisant des opérations aux 4 coins du pays.

L’une des grandes attaques conduite par cet émir qui fut parmi les premiers à investir les zones sud d’Algérie avec le GSPC, l’héritier du GIA, est celle du site gazier de Tiguentourine de 2013. Sanguinaire impénitent, il a ordonné l’exécution de plus 40 otages sur les 800 qui ont été pris dans cette assaille. L’attaque a été menée par Al-Mulathamine (la Brigade des Masqués) qui a formé "les signataires du sang" dont les trentaine de membres ont été soit éliminés, soit arrêtés par l’armée algérienne.

Belmokhtar n’a pas été trouvé au sein de cette faction qui a été créée pour donner du commandement à des émirs dirigeants des sous-groupes. Elle-même coiffée par l’AQMI, une nouvelleformation de quelques 1000 à 2000 membres, dirigés par des Algériens. C’est la plus imposante organisation qui n’a pas rejoint l’Etat Islamique « DAESH », pour préserver ses moyens et défendre un dogme religieux salafiste et sunnite, ayant originellement beaucoup de sympathisants parmi les islamistes voués au radicalisme.

Cacher les visages est une pratique répandue chez ces criminels, pour ne pas être reconnus et revenir parmi les croyants pour les inciter. Aguerri par une longue expérience, Belmokhtar est continuellement à la recherche de se distinguer et de vouloir être au sommet des organisations qui ont activé en Algérie et la région du Sahel.

D’innombrables enlèvements, d’Européens et de Canadiens, sont attribués à Belmokhtar, ce qui lui a permis de ramasser des rançons qui auraient fait de l’AQMI la filiale la plus riche d’Al-Qaïda. L’islamisme au Mali alimente, depuis 2013 selon les données utilisés par les experts, le terrorisme de Belmokhtar. Son groupe All-Mulathameen a fusionné avec divers groupes touaregs pour fonder al-Mourabitoun (les Sentinelles)...

Surnoms et alias :
- Khaled Abou al-Abbas
- Le Borgne
- L’insaisissable
- L’émir du Sahel
- Le Ben Laden du Sahara
- Mister Marlboro

Né le 1er juin 1972 dans la wilaya de Ghardaïa de la communauté arabe des châamba Sa famille l’appelle Mokhtar...

Allégeance

Flag of Hezbi Islami Gulbuddin.svg Hezb-e-Islami Gulbuddin (1991-1992)
GIA (1992-1998)
Flag of Jihad.svg GSPC (1998-2007)
Flag of Jihad.svg Al-Qaïda (depuis 2007)
ShababFlag.svg AQMI (2007-2012)
Flag of Jihad.svg Les Signataires par le sang (2012-2013)
Flag of Jihad.svg Al-Mourabitoune (2013-2015)
ShababFlag.svg AQMI (depuis 2015)
ShababFlag.svg Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (depuis 2017)

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article