POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Mois de mai sanglant en Libye, le pire depuis le début de l’année

A Derna, le LNA de Khalifa Haftar joue la rude partie contre une nébuleuse islamiste

 

lundi 11 juin 2018, par Azouz Benhocine

La promesse de tenir des élections de l’assemblée nationale et d’un chef d’Etat en décembre 2018 dans l’atmosphère de crise n’est pas aisée. Rien ne ne s’y prête à ce que de telles opérations se déroulent dans la sérénité. Le 2 mai, une attaque de Dae’esh a visé le quartier général de la Commission électorale nationale (HNEC) dans le quartier de Gorgi à Tripoli. L’utilisation d’armes à feu et d’explosifs a fait au moins 12 morts et 6 hommes blessés. Les victimes comprenaient des employés de HNEC.

La « MANUL » Mission d’appui des Nations Unies en Libye a émis à la fois un bilan et une alerte qu’elle a commenté ainsi : « Depuis le début de l’année 2018, le mois de mai est le plus morte mortel en Libye ». Elle dénombre pour cette seule période : 101 victimes civiles - 47 morts et 54 blessés. Quand on s’imagine que le pays s’apprête à organiser des élections présidentielles et législatives le 10 décembre prochain, le climat dans lequel se dérouleront ces deux votes, aux enjeux primordiaux, est vraiment déplaisant.

Les principales villes ou leurs régions touchées par ses violences Tripoli, Sabha, Benghazi, El-Kufra Al-Zawiya, Derna. Cette dernière localité de 120 000 habitants et située plus à l’est oriental de la Benghazi est en proie à l’une des grandes batailles que mènent les forces conduites par le général Haftar "l’Armée nationale libyenne" (LNA) depuis mi-mai. Contrôlée par des islamistes locaux appelés "Force de protection de Derna" (FDP) qui sont soutenus par des éléments internationaux affiliés d’Al-Qaïda et de Daesh

Elle est déjà en haut du palmarès pour le bilan des morts et des blessés lors du mois de mai 2018, alors que les affrontements continuent encore. Aux dernières nouvelles dont l’une d’elles recueillies sur Twitter, ces forces ont arrêté un certain Yahya Al-Asta Omar, terroriste et responsable du dossier sécuritaire de la brigade "Abu Salim" relevant d’Al-Qaïda".

Les hostilités sont généralisées en Libye, il n’y a pas de région où la paix a place avant les affrontements. Les 101 victimes de mai sont 38 hommes, trois femmes, quatre garçons et deux filles tués. Pour les blessés ils sont 43 hommes, trois femmes, six garçons et trois filles. La MANUL a aussi recensé 46 autres victimes violations possibles du droit international humanitaire. Ces atteintes ont été constatées à Beni Walid, Benghazi, Tripoli et Sabha.

A Derna la situation mérite d’être détaillée et ce jusqu’à début juin. La plupart des victimes civiles ont été causées par l’utilisation de tirs aveugles et d’armes non guidées telles que l’artillerie et les mortiers. C’est la LNA commandait par Khalifa Haftar bombarde les zones résidentielles qui sont densément peuplées. Et c’est là que la présence de combattants du DPF des islamistes se positionnent mettant en danger les civils. Tandis que les restrictions à la liberté de mouvement imposées par la LNA entravent les déplacements des civils qui fuient les zones de conflit.

Jour par jour, les victimes civiles comprenaient
- Un garçon de 11 ans qui a été blessé par un éclat d’obus au visage lors du bombardement du quartier de Ghazi le 16 mai. 
- Le 18 mai, un garçon de cinq ans a été blessé à la poitrine alors qu’il jouait à l’extérieur de sa maison dans la région d’al-Fataeh. 
- Le 22 mai, trois hommes ont été blessés par des éclats d’obus dans le bombardement du quartier d’al-Sahel al-Gharbi. 
- Le 25 mai, un garçon de 12 ans est mort d’une blessure aux éclats d’obus. Il a été frappé à l’intérieur des terres de la mosquée dans la région du Sahel al-Sharki. 
- Le 27 mai, un homme de 53 ans a été tué lorsque sa maison à al-Fataeh a été touchée par des obus. 
- Le 28 mai, deux hommes ont été tués et trois autres hommes, une femme et deux garçons ont été blessés lors du bombardement de plusieurs zones résidentielles, dont Al-Sahel al-Sharki, Bab Shiha et Sayeda Aisha. 
- Le 29 mai, une fillette a été blessée par balles mortelles alors qu’elle se tenait devant sa maison dans la région d’al-Sahel al-Sharki.
- Le 29 mai, l’accès des civils fuyant Derna s’était amélioré via le poste de contrôle de Kirsa. 
- Le 30 mai, sept hommes ont été tués et sept autres blessés lorsqu’un explosif inconnu a explosé près de l’entrée ouest de Derna alors que des familles locales se rassemblaient dans leurs véhicules pour chercher à quitter Derna par le poste de contrôle de Kirsa.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT