POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Les islamistes n’ont aucune larme pour les victimes du terrorisme.

De l’Afghanistan à Mogadiscio : pour la "Takya" ne manque pas au musulman !

 

mardi 17 octobre 2017, par Damien Djamel Bouch’Raf

Le dernier des grands attentats terroristes que l’humanité a connu s’est déroulé le 14 octobre 2017 à Mogadiscio capitale de la Somalie. Pas moins de 300 victimes ont péri, suite à deux détonations. La seconde était programmée d’une manière à frapper au plein de l’amoncellement de la foule. Une méthode qui donne à réfléchir, tant que l’évolution de l’islamisme armé reprend du personnel djihadiste, que le vocable « radicalité » couvre...

D’abord un camion bourré d’explosifs défonce les immeubles de tout un quartier, dans un croisement de rues, le carrefour K5, sans importance institutionnel, mais néanmoins un quartier populaire. Puis, deux heures plus tard, un véhicule plus léger déchiquette la foule agglutinée pour observer les premiers dégâts.

Les frappes terroristes sont réduites à quelques pays, alors à quoi est due l’évolution de cette violence ? Il est vrai finalement que l’expérience des terroristes, ne se détourne ni de l’horreur et la lâcheté. C’est le cas de cet double-attentat de la capitale somalienne, avec moins de risque et plus de morts !

Cacher que la religion compte, autant que le kalachnikov, pour que qu’ils soient cités, que cela ne convient pas à ceux qui restent la mort dans l’âme. Wahhabisme ! Non, plutôt radicalisme ! Les milles et une façons qui font perdre les musulmans leur dignité de pieux sont toujours les mêmes, combien de fois la régression civilisationnelle a pris, dans l’Histoire, le raccourci religieux ?

Après que l’Afghanistan a été le terrain d’où la CIA et les monarchies arabes ont réussi à déloger les soviétiques, un virage a été pris dans la manipulation des forces internes des nations du Monde. Un processus quelconque a été poursuivi, pour recruter dans les tribus et le cités les agents de de la mort.

Alors sans occulter l’ordure pavée de ses véritables intentions, voilà qu’à l’autre bout des terres d’islam, après l’extrême-Asie, c’est en Afrique du Nord que continua l’anticommunisme... La chute du Mur de Berlin étant le décor de l’époque qui continue à ce jour, alors on exécute le scénario et on lance le tournage.

L’Algérie est au moins dans la chronologie de l’évolution du terrorisme dont les auteurs se revendiquent de l’islam, le second laboratoire à subir la cruauté, quand le téléphone portable équipé de caméra n’existait pas ! Les dirigeants d’Alger ont choisi, dès les années 80 du siècle dernier, la religion politisée, pour faire du peuple ce qu’il est actuellement...

Là où les forces occidentales hégémoniques n’ont pas de dictatures à leur solde, comme à l’époque de l’Amérique Latine des années 50, 60 et 70, il fallait inventer. L’obscurantisme assume la fonction d’acteur dirigeant au pouvoir (Pakistan, Iran, Soudan, Turquie, Arabie Saoudite...). Et ils’imbrique, en se présentant en opposant politique, doté de l’islam et des dollars qataris, iraniens et saoudiens. Pour faire l’œuvre afghane !

Aucune idéologie de référence, à moins que la théologie dite l’islamisme paisible dont la « Takya » (conviction profonde = radicalisation) s’en empare de l’offrande de la pauvreté et des fléaux, comme la corruption, où la conversion à la croyance divines des délinquants fait d’eux des dépollués et même des justiciers.

Bilan jamais enregistré de la sorte. Les « Shebabs » somaliens qui se revendiquent d’Al-Qaïda ont procédé en deux temps. Habituellement quelques minutes séparaient les deux explosions. Cette fois la patience et la mise en confiance des curieux venus voir de prêt, font la démonstrations que les Kamikazes et la propagandes sont inutiles...

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT