POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

10 jours de lutte antiterroriste à Tipaza en Algérie...

La réconciliation et la concorde, au lieu d’assagir, remobilisent les repentis.

 

mardi 1er août 2017, par Damien Djamel Bouch’Raf

C’est parce qu’il y a illusion d’amadouer l’anticonstitutionnel islamisme, puisqu’il s’agit de partis religieux que l’article 41 de la première loi bannît, que l’insécurité demeure en Algérie. La théologie politisée est le vecteur à la fois du terrorisme et du maintien du modèle de pouvoir qui n’a cessé de ruiner l’Algérie. Elle se place dans le poste d’une opposition religieuse, d’ailleurs alliée dans le black-out politique, bien devant les démocrates que l’ancien régime redoute. Car le renouveau démocratique prévoit de demander des comptes, de restituer les biens mal-acquis par la corruption et les détournements et de juger tous les crimes...

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie.

Le terrorisme persiste en Algérie, d’une manière plus persistante dans certaines régions plus que d’autres. Le sud du pays, du fait du repli des criminels de la nébuleuse qui a sévi lors de la "décennie noire" au Mali et de l’étendu des frontières, est devenu la principale source de la menace à laquelle l’armée se trouve de réaliser l’une des plus ardue tâche de protection du pays.

Mais dans le centre et l’est de l’Algérie des poches de récalcitrants, sortant tous de l’islam politique légal, continuent de mener la vie dure aux militaires et ne s’en prenant que rarement aux civils. Parmi ces derniers la radicalisation, qui est la conversion d’islamisme à la prise d’armes, continue d’alimenter en combattants obscurantistes la présence de groupuscules que les démagogues disent le retour de Bouteflika aux affaires a aidé à la stabilité.

Animés par la théologie du Djihad, souvent dite idéologie, à laquelle nombreux complices politiques, dont les décideurs qui ont la responsabilité sur les affaires du pays, se refusent à la rupture avec l’islam politique. Les militants islamistes, en désespoir de voir leurs "application de la charia" vécue dans le pays au préalable confessionnel les justifiant, suivent la radicalisation qui se reproduit encore avec des cycles incessants.

La cellule terroriste ayant prêté allégeance à Daech (État islamique ) démantelée par la sûreté nationale dans la wilaya de Tipaza, est l’exemple même du continuel recommencement. Parmi ce groupe figure un repenti qui a bénéficié de la clémence de la justice, dans le cadre de la concorde nationale chère à la présidence de l’Algérie. Et qui même donnée pour exemple à certains du Monde, notamment la Libye ou bien faisant de prouesse pour les occidentaux.

La recomposition des réseaux et des recrutements, et même des rapatriements de l’étranger, continue. Des éléments pouvant encore réaliser ce qui a été l’insécurité, de triste mémoire, des années du grand malheur, sont systématiquement retrouvés avec les personnes éliminées par l’armée en Algérie. On revient à la case départ, contrairement aux idées de la réconciliation qui est une abjecte abdication aux islamistes...

Les régions, comme Tipaza, constituent des sites, de part leur géographie, idoines au regroupement d’éléments que l’islamisme légal a endoctriné, pour constituer des groupes terroristes. L’ANP a démantelé l’une des plus dangereuses factions, nouvellement composée de nouveaux recrues et d’anciens vétérans et même de terroristes venus de l’extérieur du pays.

Nous vous donnons ici, le déroulement de l’opération qui a duré la dernière décade du mois de juillet 2017 à Tipaza. Cette région à l’ouest d’Alger est boisée, dont la végétation forestière de maquis et arborée s’étend vers Blida, plus à l’ouest, et au sud vers Aïn-Defla et Médéa est un refuge adéquat pour abriter des criminels.

- C’est dès le début de l’année que cette faction avait été lancée. Le 29 mars, le dangereux terroriste, le dénommé H. Ahmed alias « Okba » a été abattu par les forces de l’armée, à Tipaza. Il était dans divers groupes terroristes dès 1998, selon le communiqué du MDN daté du 30, le lendemain de son élimination. Autour de cet individu un collectif tentait de se regrouper. La déroute a duré 3 mois...

- Puis arrive de France Mohamed-Yacine Aknouche, aucune date de son retour. Âgé de 43 ans, cet homme a rejoint le GIA (Groupe islamique armé), qui opérait dans la région de Tipaza, Alger et Blida. Il séjournait dans l’ancienne métropole coloniale, où il a été condamné à 8 ans de réclusion criminelle pour faits de terrorisme. Son apprentissage s’est fait en Europe, notamment en Angleterre et en Belgique où il a fréquenté divers djihadistes. Ce qui fait de lui un chef expérimenté.

Rentré dernièrement, comme nombreux qui désirent revenir en Algérie, voir ce cas aussi dans cet article qui désire revenir en Algérie. Ceux déjà sur place projetaient opérer dans la région ouest de la capitale. L’existence de moyens utilisés par les terroristes a poussé les enquêteurs de l’armée de déceler un projet d’envergure à réveiller une plus grande vigilance, une opération concluante...

- Dans une dépêche de l’APS, le 14 juin, un terroriste s’est rendu aux autorités militaires à Tipaza, consulter ICI. Il s’agit du dénommé R. Nassim qui s’est présenté de lui-même, la veille le 13. Généralement les renseignements fournis par ceux

- Exactement à partir du 20 juillet 2017, la découverte de deux (02) bombes de confection artisanale, ainsi que des outils de détonation, a commencé la série de traques continuelles dont nous vous exposons ci-après la suite.

- Le lendemain, le 21 juillet, les recherches sont devenus un ratissage d’envergure à mobiliser des détachements de l’Armée Nationale Populaire. Ces derniers ont découvert, le 21 juillet 2017 une (01) casemate, contenant des denrées alimentaires et divers objets. Ce qui a donné aussi le signal des préparatifs pour la présence de personnes qui rendaient visite à cet emplacement pour manger et s’équiper.

- Le 23 juillet 2017 a suivi découvert et la destruction, de plusieurs identiques lieux. Soit au total douze (12) casemates et huit (08) bombes de confection artisanale, dont une partie a été repérée à Jijel. Cette autre région est aussi infectée d’islamistes armés.

- Le jour d’après, au soir du 24 juillet 2017 à 20h 00, deux (02) dangereux terroristes ont été abattus. C’était suite à une embuscade tendue au sud-est de la commune d’Aghbal, sur les chemins des casemates identifiées dans la wilaya de Tipaza.

- Le 25 juillet 2017, dans la même localité, une autre casemate pour terroristes contenant deux (02) pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, (04) chargeurs, (06) bombes artisanales, (02) paires de jumelles et divers équipements. Poursuivant des traces, avec une dynamique opération, ce qui a permis, d’être les deux (02) autres terroristes tués auparavant.

- Le 28 juillet 2017, quatre (04) bombes de confection artisanale et des outils de détonation ont été trouvés suite à une fouille minutieuse d’une zone, aussi de Tipaza, suspectée d’être fréquentée par des terroristes.

- Dans la matinée du 31 juillet 2017, un détachement de militaires a neutralisé six (06) dangereux terroristes et récupéré cinq (05) pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov, une (01) mitrailleuse de type RPK, une quantité de munitions et d’autres objets. C’est l’un des groupes les plus fournis et dangereux de Tipaza.

Ces terroristes s’entraînaient dans les maquis situés sur les hauteurs d’Aïn-Tagourait. Cela dure depuis des mois, voire depuis les années de la fausse concorde. Les trois compères ont projeté d’assassiner le commissaire de police et le chef de brigade de la ville. L’information est a été trouvée dans les moyens informatiques trouvés dans l’appartement où logeaient Mohamed-Yacine Aknouche.

Le neveu de ce dernier, appelé Oussama et âgé de 14 ans faisait un immense travail de surveillance et de transfert des informations. Un certain A. Mohamed, un repenti connu dont l’âge est 45 ans, issu de la commune de Aïn-Tagouraït, a été trouvé parmi les éliminés.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT