POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

La justice approuve l’interdiction de voyage aux USA, Trump a gagné !

Après le bras de fer juridique, certains musulmans n’auront pas de visas...

 

vendredi 30 juin 2017, par Azouz Benhocine

Pour le président des Etats-Unis, M. Trump, c’est une victoire de la sécurité. Il a rapidement salué, dans une déclaration officielle de la Maison Blanche suivi d’un Twitt (voir à la fin de ce sujet), la décision du tribunal d’entendre ses arguments sur l’interdiction de voyager aux USA, en octobre. Donc la décision est applicable, de facto aux musulmans, jusqu’à cette date et peut être prolongée au-delà. Du fait de son caractère temporaire, c’est une "suspension" formelle au lieu d’une interdiction définitive.

Voir en ligne : Notre dossier : USA - Etats-Unis

Donald Trump a gagné en justice l’interdiction de voyage pour six pays à majorité musulmane et son texte a été retoqué d’une manière assez légère. De suite, le Département d’Etat a adressé de nouvelles directives, hier, mercredi soir, aux ambassades et consulats américains sur l’application, qui entre en vigueur aujourd’hui, de la limitation de visiteurs étrangers concernés.

Les pays visés sont l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen. Emise dès mars, la législation originelle incluait l’Irak. Cette directive brandie dès la campagne électorale était déjà considérée comme celle qui a le plus encouragé l’électorat américain, qui a démenti les sondages pour son imprévisibilité, à opter pour l’actuel occupant de la Maison Blanche.

Le traumatisme du terrorisme islamiste rend aveugle le populisme électoraliste. Et l’envieux accès à la haute fonction de la grande nation que sont les Etats-Unis intéresse tous les ambitieux fortunés, pourvu le discours convient à une société angoissée. L’Arabie Saoudite non concernée par cette limitation de voyage aux USA est pourtant le pays poursuivi par les familles des victimes des attentats du 11 septembre 2001.

La décision approuvant la sentence prononcée par la Cour suprême est tombée lundi, sans révision majeure de la version originale des promesses électorales. La même instance judiciaire se prépare à entendre des arguments, en octobre prochain, sur la portée du pouvoir présidentiel sur la sécurité et l’immigration aux frontières. Ce qui peut rendre officielle et sans recours cette loi qui a effet temporairement pour être levée dès sa remise en cause.

La juridiction qui a statué, a aussi a déclaré que l’interdiction ne pouvait être imposée aveuglement à quiconque, elle est sélective. Les personnes qui ont « une demande crédible et une relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis », peuvent obtenir un visa. Ce qui rend les normes encore plus obscures, alors les explications ont suivi ces ordonnances.

Pour les évaluateurs de cette directive, il est encore possible à la grande majorité des personnes cherchant à entrer aux États-Unis, pour visiter un parent, accepter un emploi, fréquenter une université ou prononcer un discours. Une simple réservation d’hôtel, qu’elle soit ou non payée, ne constituerait pas une relation de bonne foi avec une entité aux États-Unis, note la directive adressée aux représentations diplomatique qui délivrent les visas.

Des frères et sœurs et des demi-frères et sœurs sont autorisés, mais pas des nièces ou des neveux, a être accueillis aux Etats-Unis. Des fils et des filles y ont aussi droit, mais les frères et sœurs n’ont pas possibilité. Les parents, y compris les beaux-parents, sont considérés comme une «  famille proche », mais les grands-parents ne le sont pas.

Les défenseurs des réfugiés et d’autres immigrants exhorteraient les juges à lever l’interdiction de voyager, que le président a initié, pour tous ceux qui cherchent à venir aux États-Unis. Ils ont commenté ainsi : Nous pensons qu’il est répugnant à nos valeurs qu’ils pourraient être traités différemment en raison de leur provenance ou de la façon dont ils choisissent de prier..0  » Mais en vain !

L’approbation de cette interdiction, est en conformité avec les pouvoirs dévolus au président de choisir qui peut entrer aux Etats-Unis. En outre, c’est démonstration que les priorités de sécurité nationale sont prépondérants par rapport à la nécessité de protéger les individus contre la discrimination fondée sur leurs croyances religieuses ou leur origine nationale.

Il n’y a aucun l’opinion générale majoritaire est proche de cette discrétionnaire directive. Parmi les autorités qui l’ont saluée, les fonctionnaires du ministère de la Sécurité intérieure ont émis un communiqué. Et se disent prêts «  ... d’exécuter en grande partie l’ordonnance du président.  » M. Trump a utilisé un langage similaire dans sa déclaration, affirmant que son interdiction de voyager serait désormais «  largement efficace  ».

Voici le Twitt et sa traduction ainsi : Très reconnaissant de la décision 9-O de la Cour suprême. Nous devons garder l’Amérique sûre !

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT