POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Suite au camouflet juridique aux décrets de Trump, plus de vols à destination des Etats-Unis



60.000 visas suspendus retrouvent leur validité, la ruée vers l’ouest...


lundi 6 février 2017
par Azouz Benhocine


Le promoteur des ordres exécutifs décrétés par Donald Trump, le 27 janvier, pour arrêter l’accueil des réfugiés, pendant 4 mois, et le bannissement, temporairement aussi pendant 90 jours, de ressortissants de sept pays à majorité musulmane est Andrew P. Bremberg. Il est actuellement adjoint au président et directeur du Conseil de la politique intérieure, rattaché à la Maison Blanche. Il était le chef de l’équipe de transition pour la santé et les services sociaux, repris des cercles républicains qui ont travaillé avec G. W. Bush, où il a servi de 2001 à 2009 comme chef d’état-major et secrétaire-adjoint de la santé publique. Un vrai faucon de la droite américaine...

Voir en ligne : Notre dossier : USA Etats-Unis

Ces projets, de fermeture sélective de l’accès aux Etats-Unis pour les étrangers, existaient depuis longtemps. Et Donald Trump n’a fait que mettre en exécution ses promesses, qui lui ont permis d’être élu. Un véritable contrôle du visa pour travail dans le pays, mais aussi du choix de visiteurs touristiques, selon des affinités douteuses. Les juges qui ont suspendu la décision présidentielle, ont accordé un répit aux associations et aux personnes interpellées dernièrement à leur arrivée sur le sol américain. Une bataille juridique de longue haleine s’ouvre donc.


- Depuis 1980, aucun attentat de réfugié ou des nationalités visées par Trump ! 1er février 2017

Dans ce Twitt Trump dit : Je ne peux pas croire qu’un juge mettrait notre pays dans des risques et périls. Si quelque chose arrive, un blâme pour le système judiciaire. Les gens mauvais vont affluer !

La démocratie américaine qui donnait des leçons d’humanisme et de liberté, ne l’a jamais été telle qu’elle était présentée. Elle est désormais habitée d’un régime qui incarne réellement des réflexes dont leur seule vivacité est l’agression de pays tiers, avec l’installation de dictatures comme en Amérique Latine. Faut-il encore citer la guerre du Vietnam et ses causes d’un insoutenable impérialisme aussi spectaculaire que consacré par tous les alliés occidentaux ?

Donald Trump n’est que le produit parfait des forces de l’argent, du racisme et de la fureur colonialiste qui existerait dans le mental politique occidental, invasif et terrifiant. Les projets de la nouvelle administration Trump suggèrent une répression sévère contre les immigrants, dont la suspension du fameux visa H-1B qui permettait à certaines élites du Monde de travailler aux Etats-Unis, la nation leader du modèle désuet pour qui ses votes intronisent Hitler et tant d’autres dangereux organisateurs de guerre.


- 2 mosquées incendiées au Texas pendant janvier 2017 31 janvier 2017

Surtout le bannissement des réfugiés que l’humanisme longtemps galvaudé comme celui du Monde civilisé, celui qui génère des conflits promis à être finis une fois la disparition de l’URSS acquises, alors plus que c’est bien plus de misères et de déplacements de populations persécutées. Les spoliations colonialistes de terres à leurs légitimes occupants et la prédation de richesses ont été durant les siècles d’hégémonie partial et principal but des forces captatrices de fortunes.

Le discrétionnaire arsenal juridique répressif de personnes étrangères aux Etats-Unis est tellement sélectif et sans parité envers même la menace à laquelle il prétend parer. En effet comment l’Arabie Saoudite, l’Egypte, les monarchies du Golf arabique et même le Liban, ne figurent pas dans l’exclusion de l’accès temporaire au pays de Donald Trump, son initiateur ? A prétention économique et sécurité, ces derniers textes présidentiels ont été rejetés par des juges fédéraux et la bataille juridique est désormais engagée.


- Ce que Donald Trump a décidé pour l’avortement ! 25 janvier 2017

Le Visa H-1B est celui qu’il faut pour travailler aux Etats-Unis de manière temporaire mais suffisamment longtemps pour pouvoir y faire carrière. Il permet est entreprises américaines d’embaucher des employés venant de pays étrangers, en raison de leurs qualifications ou de leurs compétences particulières. Il est dédié aux employés dits « qualifiés ou spécialisés », un VISA de travail intéressant et très convoité pour exercer des compétences dans le premier pays de la Terre.

Répondre à cet article