POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Depuis 1980, aucun attentat de réfugié ou des nationalités visées par Trump !

Le racisme du nouveau président est caduque pour la sécurité des USA...

 

mercredi 1er février 2017, par Azouz Benhocine

L’ONU a officiellement demandé à Donald Trump de reculer sur son décret de refouler à l’entrée aux Etats-Unis les ressortissants des 7 pays musulmans nommément désignés. Cette dénonciation peut encaisser une fin de non recevoir, l’arrogance du nouveau locataire de Maison Blanche ne peut être contenue. Le Jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, a qualifié cette décision de contraire aux droits humains. Deux institutions de l’ONU, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), ont conjointement rappelé que "le programme américain de réinsertion est l’un des plus importants dans le monde".

Voir en ligne : Notre dossier : USA Etats-Unis

Le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé Donald Trump à « annuler le décret anti-immigration » . Obama, qui avait promis de se tenir à l’écart du débat politique, sauf si « les valeurs fondamentales » de l’Amérique étaient menacées, sort de son silence. Il est de retour dix jours seulement après son départ. Mais qu’en est-il exactement de cet aveuglement du pire président que les Etats-Unis viennent d’élire ?


- Destitution de Trump : caricature de médias mainstream 15 janvier 2017

Précisément qu’en est-il de cette interdiction temporaire d’accès aux USA de tous les réfugiés qui est suivie de suspension des voyages de sept pays à majorité musulmane ? Cette idée revient au lundi 5 décembre 2015, lors de sa campagne électorale. Elle avait été précédée, aujourd’hui par la fracassante orientation, de la surveillance accrue des mosquées sur le sol américain et la création d’une base de données concernant tous les musulmans vivants dans son pays.

Mais à bien regarder, son appel à un arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis était fondé sur une méconnaissance de son sujet, puisqu’il a exactement dit : " jusqu’à ce que les représentants de notre pays peuvent comprendre ce qui se passe... " Pour aussi replacer ces propos dans leur contexte, ils ont été dits quelques jours après que Syed Rizwan Farook et sa femme, Tashfeen Malik, ont tué 14 personnes à San Bernardino, en Californie. C’était le dernier attentat vécu aux Etats-Unis.


- Trump face à Clinton : dernière phase de la campagne qui fait l’épilogue 31 août 2016

Cet ordre exécutif, car présidentiel, interdisant temporairement l’arrivée de tous les réfugiés et suspendant les voyageurs de sept pays à majorité musulmane ne se serait pas appliqué aux auteurs mêmes de ce qui est l’un des principaux attentats terroristes et islamiques sur le sol américain au cours des dernières années. Puisqu’il a été commis par des citoyens américains.

Aucune personne acceptée au séjour aux États-Unis, en tant que réfugié, aussi bien syrienne ou d’une autre nationalité, n’a été impliquée dans une attaque terroriste mortelle majeure, depuis la loi sur les réfugiés de 1980. Cette dernière a mis en place des procédures systématiques pour accepter les réfugiés aux États-Unis.


- Ce que Donald Trump a décidé pour l’avortement ! 25 janvier 2017

Selon une analyse, publiée en Septembre 2016 par l’Institut français Cato (en français : Institut Caton), qui est un think tank lancé en 1977 à San Francisco, connu pour ses forts liens avec les milieux conservateurs outre-atlantique qui prônent l’abolition du SMIG (salaire minimum garanti), les risques en matière d’immigration en relation avec le terrorisme, sont minimes. Son argument basé sur des statistiques (lire ICI) est édifiant. Le voici, ci-bas :

La possibilité qu’un américain soit assassiné dans une attaque terroriste provoquée par un réfugié est de 1 sur 3,64 milliards par an, alors que le risque d’être assassiné dans un attentat commis par un immigrant illégal est astronomique 1 chez 10,9 milliards par an. En revanche, le risque d’être assassiné par un touriste avec un visa B, visa de touriste le plus commun, est de 1 à 3,9 millions par an. Toute réponse du gouvernement au terrorisme doit tenir compte de la vaste gamme de risques posés par les terroristes nés à l’étranger qui sont entrés dans diverses catégories de visas.


- Donald Trump où le triomphe du projet de société ultraconservateur 9 novembre 2016

Avant 1980, trois réfugiés ont mené avec succès des attaques terroristes. Tous les trois étaient des réfugiés cubains, ils ont tué trois personnes, sans qu’aucun lien quelconque n’a été établi pour leur relation avec le régime castriste. Depuis le document de Cato, un réfugié somalien a blessé 13 personnes à l’Ohio, dans la State University, en Novembre 2016. Les enquêteurs ont qualifié en attaque terroriste ce fait où aucune personne n’a été tuée.

En fait, les auteurs des principaux attentats terroristes sont pour la plupart été des actes commis par citoyens américains, nés ou résidents légaux permanents, mais pas originaires des pays inclus dans l’interdiction. Voici les grands faits de cette criminalité qui se sont déroulés aux Etats-Unis et qui expliquent, d’après les islamistes qui les ont commis, et les ont réellement commis. Précision les pays des auteurs ne figurent pas dans la dernière directive présidentielle.


- Ce que Trump promet à la gauche en France ! 11 novembre 2016


- World Trade Center, le 11 Septembre, 2001 : Sur les 19 personnes qui ont détourné quatre avions, le 11 Septembre 2001, 15 d’entre elles venaient d’Arabie Saoudite. Deux étaient des Emirats arabes unis, un était d’Egypte et un du Liban.

- Attentats du Maraton de Boston en 2013 : Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev, sont nés au Kirghizistan leurs parents ont fui la guerre qui a déchiré la Tchétchénie. Dzhokhar Tsarnaev avait 8 ans à son arrivée et a obtenu l’asile politique. Cette dernière démarche est différente du processus d’arriver en tant que réfugié. Son frère cadet est devenu un citoyen naturalisé en Septembre 2012.

- L’attaque d’Orlando du nightclub : Omar Mateen a tué 49 personnes dans une discothèque gay à Orlando. Il était un citoyen américain vivant à Fort Pierce, en Floride. Il est né à New York et ses parents étaient d’Afghanistan. Sa campagne est née en Cisjordanie, arrêtée dernièrement pour entrave à l’enquête.

- Explosions de New York et du New Jersey : Le17 Septembre, 2016 un éventail de tirs d’armes portent sur des accusations de tentative de meurtre dont l’accusé est Ahmad Khan Rahimi. Ce dernier a explosé des bombes dans le New Jersey et dans le quartier de Chelsea à New York, cette dernière a fait 29 blessés. Il est né en Afghanistan et venu aux États-Unis en 1995. Son père est arrivé en quête d’asile. Le fils est citoyen américain naturalisé en 2011 et a passé du temps en Afghanistan et au Pakistan, selon les enquêteurs.

- Attaques San Bernardino : Nous l’avons citée ci-haut. Elle a inspiré l’interdiction décidée par Trump. Ni les tireurs qui sont Farook, 28 ans, citoyen américain né à Chicago ni Malik, 29 ans, né et grandi au Pakistan. Ce dernier a vécu en Arabie Saoudite, puis arrivé aux États-Unis suivant sa fiancée, avec un visa K-1 qui lui a permis de devenir résident permanent.


- Bashar et Trump face aux monarchies clientes des armuriers 28 novembre 2016

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT