POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Des projets de coup d’état contre Mahmoud Abbas fomentés en Iran

Le divorce de l’Iran avec les officiels palestiniens consommé...

 

mardi 2 août 2016, par Hugo Mastréo

De vieilles traditions, le Fatah, principale organisation au sein de l’OLP et dans les institutions palestiniennes, recevait et aidait les mouvements de libération du Monde. La résistance iranienne bénéficie de considération des démocrates à travers le Monde. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat palestinien a cru nécessaire, et par fidélité à ses principes, de rencontrer les représentants des opposants iraniens. Ces positions contre les dictatures sont abandonnées par des pays comme l’Algérie, les communistes, comme Cuba ou le Venezuela, ou bien les nations révolutionnaires...

Voir en ligne : Notre dossier : IRAN OLP

Samedi 30 juillet, le leader palestinien Abu-Mazzen (Mahmoud Abbes) a rencontré à sa résidence de Paris, Maryam Radjavi, la dirigeante de la résistance iranienne. Le conseiller du ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Sheikh-El-Islam, a publié dimanche une réaction hystérique et ses remarques ont été publiés à travers les médias d’Etat. L’autorité palestinienne a publié, de son côté, un communiqué de mise au point. Un tel échange mérite des explications, quand l’évolution de la région en moult cruautés et du colonialisme sioniste en apartheid, recherche des issues...


- L’Iran en phase finale de levée de l’embargo des occidentaux 16 janvier 2016

Dernièrement, dans de semblables circonstances, le 3 juin dernier, la capitale française a abrité une conférence pour relancer le processus de paix, le chef de l’Etat palestinien a refusé de discuter avec son homologue de l’entité sioniste. Autour de François Hollande, étaient présents Ban ki-Moon, le secrétaire général des Nations unies, le secrétaire d’Etat américain John Kerry, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini et nombre de ministres des affaires étrangères.

De son côté Khaled Meshaal, le chef du Hamas, chef du mouvement islamiste qui administre l’enclave de Gaza et connu pour être proche du régime des Mollahs d’Iran, qui s’est dit déjà par le passé prêt de reconnaître Israël et d’entretenir des discussions sous la condition d’application de la légalité internationale, vient de réitérer en début juillet sa position. C’était à l’occasion du décès d’un militant de son mouvement, Muhammad Fakia, tue sous les balles des tueurs de Tsaha près de Hébron. Le martyr est accusé d’avoir tué le rabbin Michael Mark.


- La résistance "sommoud" en Palestine à l’expansion des colonies provoque l’hystérie colonialiste. 5 octobre 2015

Ce qui fait, que la réaction iranienne à la démarche du Chef du Fatah palestinien et Chef de l’Etat palestinien, avec la représentante de l’opposition du régime sanguinaire de Téhéran, a une signification de rupture. La déclaration iranienne, déjà attendue virulente, car aussi, les dires du responsable du Hamas étaient inattendus. Machaâl a insisté dernièrement : "... nous devons nous unir et d’accord sur un programme politique commun sur la base de la résistance et de l’action politique."

Le porte-parole de la diplomatie d’Iran a qualifié la rencontre palestinienne avec la chef de la résistance du peuple iranien, que c’est le reflet de la trahison et de la politique de ceux qui ont un rôle destructeur, en semant les divisions entre les rangs palestiniens ainsi qu’entre les nations arabes et islamiques. Ils soutiennent ces coups de division de notre pays avec la Palestine ainsi que dans la région des pays arabes et musulmans.


- Dur d’être journaliste : en étant islamiste en Iran et opposant en Turquie ! 4 novembre 2015

La réaction palestinienne ne s’est pas faite attendre. Un communiqué a été publié, à lire ICI, en langue arabe. Ce texte qualifie la réaction du conseiller du ministre iranien des affaires étrangères, d’insultante, envers le chef du peuple palestinien qui est le commandant du mouvement national de libération de cette nation, elle est contre la cause palestinienne en général.

En outre, dans sa réponse le Fatah a bien déterminé sa vision de cette dernière sortie des tyrans iraniens. Ces derniers, selon les officiels palestiniens, cherche à « détruire les rangs palestiniens et d’approfondir les divisions en incitant un côté à agir contre l’autre, afin d’obtenir de plus grandes positions qui sont seulement dans leurs propres intérêts et objectifs. Ces derniers n’ont rien à voir avec El-Qods, la première Qibla des musulmans et le troisième sanctuaire sacré, où est aussi incarnée la juste cause palestinienne. Le régime iranien manipule tout simplement un côté palestinien, en un outil pour servir ses intérêts afin de développer son influence dans la région. »


- Israël a espionné les négociations du nucléaire iranien 25 mars 2015

Les Palestiniens suivent depuis des années une politique de "Sommoud" (résistance paisible) face au colonialisme expansionniste d’Israël, au point de l’avoir isoler diplomatiquement. Dans son analyse de l’attaque du régime théocratique iranien, contre les représentants officiels palestiniens, le communiqué s’étale pour expliquer les ambitions des Mollahs.

Le Fatah a rappelé à Sheikh-El-Islam, qu’il est avec ses semblables d’hideux traîtres. Ils ont ignoré les valeurs de «  loyauté au mouvement Fatah, lequel a accueilli la révolution iranienne et l’a soutenu, avec même des capacités financières et matérielles, dont celles militaires, en ouvrant des camps aux révolutionnaires.  »


- Sedat : holding à 100 milliards au cabinet du guide d’Iran 31 mars 2016

L’espoir que les islamistes iraniens seraient respectueux du cadre et des règles, pour que leur pays soutienne la cause palestinienne, dans ses choix politiques et diplomatiques, est maintenant perdu chez les Palestiniens. Plusieurs fois, la trahison et les coups bas sans des valeurs de loyauté, envers les officiels de Palestine, se vérifient.

La persistance des jeux iraniens dans la région du Moyen-Orient, se traduit pour le cas de la Palestine par le soutien des instigateurs du coup d’Etat contre les dirigeants palestiniens. Ce qui est contraire aux principes et intérêts nationaux de la lutte que se sont fixés les Palestiniens. Actuellement la démarche palestinienne accepte des frontières provisoires, mais ouvre à travers le Monde un champ de plaidoyer juste pour la cause d’un Etat libre et indépendant conformément aux règles internationales.


- Iran : il y a 25 ans massacres par Khomeyni de prisonniers politiques 21 septembre 2013

Un tel régime n’a «  absolument pas le droit de parler de la cause de Palestine du peuple palestinien et de son président.  » a souligné le communiqué du Fatah. Au sein du régime des Mollahs, une partie de l’établissement aspire à la mort, la destruction, à la guerre civile et à la discorde sectaire dans tous les pays arabes où il a réussi à atteindre et continue de se faire des alliés.

Fatah Palestine

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT