POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

#BringBackOurGirls : deux années plus tard, des signes...

Au Nigéria les autorités impuissantes et la solidarité internationale en panne.

 

jeudi 14 avril 2016, par Azouz Benhocine

Affaire close, selon une information publiée par « AfrikMag », citant un rapport des nations Unis. En effet, un envoyé de l’ONU a été hâtif, après une récente mission du mois passé. Cet officiel s’est empressé de croire que l’histoire des lycéennes kidnappées par Boko-Haram, datant d’il y a exactement deux années, du 12 avril 2014, est terminée. Mais la réplique est venue du groupe terroriste africain lui-même, un vrai démenti. Boko-Haram a remis à la chaîne de TV CNN un enregistrement vidéo montrant quelques unes des otages. L’oubli n’est pas permis et les preuves sont là.

Voir en ligne : Notre dossier : BOKO-HARAM

Voici la vidéo, datant de décembre 2015, diffusée par CNN. Les filles donnent leur nom pour être identifiées.

Si cette vidéo existe, donc les sources à partir desquelles elle est venue, peuvent être utilisées pour remonter une piste. Elle peut permettre d’atteindre l’objectif de libérer ces filles. Elle montre seulement une quinzaine. Elles sont 200 enlevées, il y a, jour pour jour, deux ans, et qui ne sont pas revenues.


- BOKO HARAM : ISLAMO-TERRORISTE DU NIGERIA
- Des adolescentes dans les attentats de Boko Haram

Le souvenir ne laisse pas indifférent et des opinions exigent de toutes les autorités de prendre leurs responsabilités. Les parents ont manifesté au Nigéria, le jour exact de l’enlèvement, il y a 2 ans. Et dans certaines capitales du Monde, comme Paris en France avec une centaine de personnes, des regroupements ont été organisés pour briser le silence.

Deux années sont passées, comme accordées aux enquêteurs et à la sécurité officielle du Nigéria pour résoudre cette prise d’otages. Mais en vain, les spéculations pleuvent. Mais aussi la mobilisation reprend. Surtout que les signes de vies et des reconnaissances des membres des familles, sont formelles à propos de la justesse des nouvelles récentes.

Dans l’article de Populi-Scoop (lire ICI) sur cet acte criminel, nous avons dénoncé, il y a 2 ans, l’inaction du gouvernement nigérian. Mais c’est toute la communauté internationale qui n’a rien fait. #BringBackOurGirls, à laquelle nous avons apporté notre modeste appel, était une campagne pour les sans-voix ! A se demander où sont les courageux agents secrets de la CIA, ainsi que les dévoués humanitaires, pour retrouver ces proies retenues en gages ?


- 2000 victimes au Nigéria ne mobilisent pas comme #CharlieHebdo
- Nigéria : Boko-Haram assassine des agents du vaccin antipolio

Âgées entre 14 et 18 ans, elles étaient 276 à être kidnappées par le groupe islamiste dans leur école à Chibok, dans l’Etat de Borno du nord-est du Nigéria. 53 d’entre elles ont réussi à s’échapper des griffes des membres de la secte islamo-terroriste. Et une dizaine de corps retrouvés, de femmes massacrées, dont la moitié a été formellement reconnue comme faisant partie des enlevées.

Elles sont donc quelques 200 à manquer encore à leurs familles et amis. Mais l’épilogue est déjà dit, malgré que la situation de la majorité reste à ce jour inconnue. La pétition internationale, à consulter ICI, sur la plateforme « change.org » a recueilli 1 104 591 soutiens, deux années plus tard, dans la soirée du 13 avril 2016.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT