POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La justice d’Arabie Saoudite à double standard et cas du britannique pris avec du vin



360 coups de fouet pour Andrée Karl, âgé de 74 ans, sujet protégé par sa nationalité


mercredi 14 octobre 2015
par Gros Emile


La famille d’un britannique, âgé de 74 ans appelé Karl Andrée, s’est adressée au premier ministre David Cameron, afin de lui épargner les 350 coups de fouet auxquels il est condamné en Arabie Saoudite. Habituellement de simples coups de téléphone de pays redoutés, notamment occidentaux, débouchent sur des libérations par cette monarchie qui a les lois les plus réactionnaires et archaïques du Monde. Par contre les ressortissants des pays africains, arabes ou asiatiques, sans importance, passent entre les mains des bourreaux coupeurs de têtes et des flagellations.

Voir en ligne : Notre dossier : Arabie Saoudite

Le vieil homme anglais vivant en Arabie Saoudite, où il y travaille depuis 25 ans, a été pris en possession, à Jeddah (ouest), avec du vin artisanal, fait maison et préparé par ses soins, qu’il transportait. Il est confronté à subir les 350 coups de fouet prévus à cet effet. Sa famille, le connaissant malade de plusieurs pathologies, souffrant de 3 types de cancer et d’asthme, croit qu’il ne survivra pas à cette peine.


- L’Arabie Saoudite bat son propre record des exécutions à la peine de mort
- Les émigrants victimes de la justice pénale d’Arabie Saoudite

Dans ce royaume des pires injustices, rarement un ressortissant de pays occidentaux n’a été vraiment puni, pour des méfaits quelconques que la législation soi-disant inspiré e du Coran sanctionne.

La plus récente information est celle d’un homme australien de 57 ans, du nom de Peter mutty qui, comme Andrée, a été trouvé en possession d’alcool fait maison. Arrêté par la police saoudienne, il a purgé cinq mois de prison puis a reçu 28 coups de fouet.

La presse britannique s’est emparée de l’affaire Andrée Karl que dernièrement. Puisque déjà emprisonné pendant plus d’un an, déjà 14 mois, il n’était pas connu dans l’attente de ce calvaire. Le septuagénaire avait été arrêté le 25 août 2014, la mobilisation s’est chargée de son cas que récemment.

Karl Andree attire plus l’attention médiatique, après Raïf Badawi, le blogueur condamné à 1000 coups de fouets et détenu depuis 2012, Ali al-Nimr, condamné à mort pour avoir participé à des manifestations anti-gouvernementales alors qu’il était mineur ou encore Alaa Brinji, un autre blogueur emprisonné depuis un an. C’est l’occasion de vérifier pleinement le double-standard de la justice saoudienne.

Le Premier ministre britannique David Cameron, auquel la famille de ce justiciable s’est adressée, devait intervenir dans l’affaire. Les services du chef de l’exécutif anglais ont assuré qu’ils vont écrire à l’Arabie saoudite, d’après titres et organes médiatiques. Toujours en détention, à la prison de Braiman à Jeddah, il est dans l’attente du châtiment corporel.

L’alcool est illégal en Arabie Saoudite, mais très peu de cas ont été connus dans l’application de la peine, prétendument attribué à la loi coranique. Le Foreign Office britannique, les services du premier ministère, mettent en garde, sur son site Internet, que les sanctions pour la possession de boissons alcoolisées sont graves.

Andrée Karl a développé et géré des compagnies pétrolières en Arabie, pendant plus d’un quart de siècle. Et le traitement qui lui réservé ne cesse de créer des contestations en Angleterre, où il est aussi grand-père de sept petits-enfants. Ses proches ont témoigné qu’«  Avant son arrestation, il était heureux dans son travail et se sentait en sécurité.  »

Ses proches ont rencontré le sous-secrétaire d’État et parlementaire chargé des Affaires étrangères, Tobias Ellwood, pour discuter de sa situation. Les autorités britanniques ont annoncé, mardi 13 octobre, leur retrait pour un appel d’offres pour moderniser le système pénitentiaire en Arabie Saoudite. Le gouvernement a décidé qu’il ne maintiendrait pas sa candidature, d’après une déclaration officielle.

Quelques 140 exécutions capitales ont eu lieu en Arabie saoudite depuis le début de l’année 2015. Selon des sources d’ONG, depuis 1985 pas moins de 2.250 personnes ont subi le même sort. Dans un rapport d’Amnesty International, plus que la moitié de ces condamnés étaient étrangers. Une pétition lancée par la famille d’Andrée Karl, sur Change-Org, a recueilli plus de 131 810 soutiens en moins de 24 heures.

Répondre à cet article