POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Dr Fekhar de Ghardaïa, pompier pour l’identité et pyromane dans l’agitation

Le lampiste pour la répression surfe sur la nouvelle vague de la revendication berbère

 

dimanche 12 juillet 2015, par Gros Emile

Est-ce l’héritage trouble du plus ancien parti politique de l’opposition en Algérie ou bien juste une aventure personnelle imbriquée aux désordres des choses ? Les troubles Ghardaïa ont un personnage clé : le Dr Kameledine Fekhar. Cet ancien du FFS, mais surtout trublion militant de la question amazygh, a été interpellé avec une trentaine d’autres personnes suite aux derniers affrontements. Il a rejoint la tendance extrémiste de l’autonomie et du fédéralisme, l’idée montante qui ne donne aucune chance au compromis avec l’identité arabe…

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

@JoachimRücker président du Haut-Commissariat des droits de l’homme #ONU basé en SUISSE Signez la pétition ici

En 1963 la promesse du pluralisme démocratique des maquis du FFS ne négociait pas la dimension berbère. La répartition ou bien le partage des richesses léguées par le colonialisme démantelé ne cachait pas aussi le matérialisme qui sous-tendait ces faits. En 1999, le même parti annonça son leader malade, alors que le vieux routier du nationalisme est revenu au pays pour concourir à la présidence contre Bouteflika... Nous précisons ces deux essentiels exemples, de ce parti algérien de la 3ème socialiste, pour situer ou interpréter le parcours de son transfuge protagoniste dans le climat de Ghardaïa.

Notre derniers articles sur Ghardaïa
- 38 arrestations, des couteaux, des cocktails Molotov et un fusil de chasse à Ghardaïa
- Paradoxes sociaux et clivages de sécularisation à Ghardaïa en Algérie
- A Ghardaïa, la responsabilité de Bouteflika est démotivée.

L’Algérie vit, ces dernières années notamment avec l’explosion de la communication sociale via le Web, l’émergence d’une forme plus poussée et radicale de la revendication berbère. Elle est exprimée par le mouvement, avec lequel sympathise une partie non-négligeable de la jeunesse, appelé le « MAK ». Même si on continue de l’ignorer et de l’appréhender avec suspicion, les questions laïques et identitaires l’aide à s’ancrer sur les thèmes religieux et culturels.

L e Mouvement de l’Autonomie de la Kabylie est conduit par le non-moins sulfureux « Ferhat Mehenni Imazighen ». Un autre ancien militant du groupe « berbéristes » des années 80 et ayant été aussi dirigeant du RCD. Fekhar de Ghardaïa a adopté cette même avancée de la revendication amazygh, en affront à des populations arabes qui, sur le terrain de Ghardaïa et aux yeux de cet extrémisme, sont conquérantes.

Il avait été membre du comité central du parti d’Aït-Ahmed, lequel a déclaré ne plus s’en occuper en démissionnant de la présidence de l’organisation fondée en 1963. Fekhar a rejoint le FFS en 1999 et été exclu en 2011, pour avoir été impliqué dans une rixe dans une mosquée de la ville la même année. Mais c’est en grande sa « nouvelle revendication extrémiste » qui en est la cause. Outre qu’il était dans l’action tribale et sectaire que l’islam obscurantiste a généré à travers plusieurs terres arabes et musulmanes.

Les retards de l’administration pour la prise en charge de la protection du patrimoine berbère est la conséquence de l’enthousiasmée orientation arabo-musulmane dominante, voire constitutionnellement et politiquement arrogante. L’élimination des substrats de l’identité berbère s’effectue par d’une part la montée de l’islam rigoriste et de l’autre des vecteurs constitutionnels imposés.

Si l’ethnocide des berbères est depuis l’indépendance une pratique annoncée dans les discours officiels, c’est parcequ’il est inconditionnelle de la prépondérance de la langue arabe et de l’islam. En 2015, dans un repli des évidences aussi bien religieuses que linguistiques, L’islam sunnite est non-négligeable de l’islamo-terrorisme, la culture berbère est encore castrée par l’aliénation idéologique du global et du détail.

Âgé de 52 ans Kameleddine Fekhar est médecin de profession, mais en étant en litige avec l’administration, il a été licencié et n’a jamais réussi à regagner son poste de travail dans la santé publique malgré des jugements qui lui sont favorables. Il se retrouve à militer dans une représentation locale d’ONG des droits de l’homme.

Il a été arrêté et emprisonné à plusieurs reprises avec d’autres mozabites. Il entretient sur le plan l’international et régional, en Afrique du nord, des relations an rapport avec la question amazyghe et les droits de l’homme. De ce fait, il est pris à partie par une partie des médias arabophones et gardiens des valeurs, islam et langue arabe, comme l’élément par qui une main étrangère est tentée de se déstabiliser le pays avec les questions de l’identité. Le « printemps arabe » est comme un focaliseur du complot contre l’Algérie, par le biais sunnite, ibadite et malikite…

Triste réalité d’un pays victime de la mauvaise gestion et de l’inconscience de ceux qui l’ont dirigé jusqu’...

Posted by Mossa Ag Attaher on dimanche 12 juillet 2015

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT