POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


3ème partie : Porosité des frontières et engagement islamiste en Algérie



Passer à l’acte en changeant de pays, le néo-terrorisme du Daesh


mercredi 19 novembre 2014
par N.E. Tatem


L’efficacité de nouvelles dispositions déployées depuis 2013, prises par les forces armées stationnées sur les frontières algériennes ont déjoué plusieurs tentatives d’infiltration par des terroristes, soit en les repoussant, soit en procédant à des arrestations. La dernière opération s’est déroulée le samedi 8 novembre. Elle a été soldée l’élimination d’un chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il s’agit d’un certain Ouhli Abdurrahman, alias Abou Alqama al-Nidjiri.

1ère Partie :L’Algérie face à la criminalité de l’islamisme armé.

La stratégie obscurantiste devance les volontés citoyennes

2è partie : Le rééquilibrage endogène en Algérie, face à la menace exogène

L’ANP subissant le « qui tue qui », saluée pour son investissement onéreux.


Voir en ligne : Notre dossier : ALGÉRIE


Agrandir le plan

Au cours de cette embuscade, qui a eu lieu aux environs de Bordj Badji Mokhtar, les soldats de l’ANP ont tué plusieurs terroristes. Elle n’est pas la seule notamment, nombreuses celles nocturnes, qui ont permis la mise hors d’état de nuire, ou l’arrestation, de dizaines d’autres criminels, effectuées lors des derniers mois.

Les mesures de sécurité mises en place sur les frontières venaient à la suite de mises en garde au sujet de la possible infiltration de l’Etat Islamique (ISIS), déjà revendiqué par des éléments en Algérie.

Ces pénétrations sont plus fréquentes par tout le sud. Nous avons rapporté le cas de 200 prétendus exilés syriens, dont nombreux se sont avérés des criminels de l’islamo-terrorisme. Notre sujet sur le refoulement de 150 terroristes, prétendument syriens...

Lors de se dernière réunion annuelle cette année, Interpol a mis en garde l’Algérie à être à l’affût des combattants présumés d’ISIS qui peuvent traverser les frontières internationales, selon le quotidien El Khabar. Une liste de quelques 3000 noms a été fourni aux autorités algériennes de ressortissants et d’étrangers susceptibles, pour des raisons quelconques et avérées, d’être tentés de rentrer activer en Algérie. Tuer…

Ces données ont permis d’arrêter plusieurs individus récemment. La menace peut venir de partout, mais son intention est de s’implanter localement. Les autorités algériennes ont démantelé dernièrement une cellule de 15 membres engagés dans le recrutement de combattants pour les groupes terroristes, opérant à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’Algérie. Un vrai réseau à travers les régions…

« Le vrai du faux » concernant le nombre d’Algériens impliqués au sein du Daesh, sont objet de spéculations.

Les autorités algériennes de sécurité soutiennent qu’il y a moins de 100 personnes dans les rangs de l’Etat Islamique, alors que les observateurs et experts disent 300. Ces approximations aux chiffres bien ronds ne se confirment guère sans rapprochement, alors que les vétérans du djihad qui ont fait « la décennie noire » en Algérie, sont soupçonnés d’avoir été recrutés par « Khorassan » l’unité d’élites relevant d’Al-Qaïda implantée en Syrie…

Les responsables militaires algériens ne rassurent pas que toutes les mesures nécessaires pour prévenir toute infiltration d’ISIS, ont été prise et mises en place. Le général Mohamed Saleh Asrik, un des chefs de l’ANP chargé du commandement du personnel, est l’un des rares à d’être exprimé : « Frontières méridionales et orientales de l’Algérie sont en sécurité » , a-t-dit des journalistes locaux, rapportés par la chaîne TV Al-Maghribia.

1ère Partie :L’Algérie face à la criminalité de l’islamisme armé.

La stratégie obscurantiste devance les volontés citoyennes

2è partie : Le rééquilibrage endogène en Algérie, face à la menace exogène

L’ANP subissant le « qui tue qui », saluée pour son investissement onéreux.

Répondre à cet article